in

Paris rappelle une diplomate qui a osé lever la main sur un soldat israélien

Le vendredi 20 septembre, les soldats de l’armée israélienne s’attaquent lâchement à un convoi humanitaire transportant des tentes, des vivres et des médicaments à des Palestiniens vivant depuis des décennies à Khirbet al Makhoul, dans les terriotires occupés et qui viennent d’être expulsés de leurs maisons, détruites sur ordre de la Cour suprême israélienne. Les humanitaires et diplomates originaires de plusieurs pays européens dont la France et l’Espagne ont été malmenés par les soldats israéliens quand ils ont essayé de résister pacifiquement à la saisie du matériel d’urgence qu’ils transportaient. Parmi eux, Marion Fesneau-Castaing, une diplomate française chargée de l’action sociale et humanitaire au Consulat général de France à Jérusalem, qui a été extraite violemment du véhicule et mise à terre. Quand elle s’est relevée avec l’aide d’une de ses collègues, elle a osé lever la main sur un soldat israélien. Mal lui en a pris. Le gouvernement israélien a tout de suite exigé son expulsion.

Comme de coutume, Israël joue la victime et actionne sa machine de propagande. Une campagne haineuse est lancée sur le net contre la diplomate française Marion Fesneau-Castaing comme si elle avait été coupable d’un crime contre l’humanité. Mais comment a réagi le gouvernement français ? A-t-il défendu l’intégrité et l’honneur de sa diplomate malmenée sous les caméras ? Non, bien-sûr. Il a même poussé la bassesse jusqu’à décider de rappeler la diplomate à Paris avant la fin de l’année. Israël a réclamé l’expulsion de la diplomate et il a finalement obtenu une expulsion déguisée sous forme d’un « rappel » administratif alors que la mission de la diplomate devait durer encore deux années. Qu’est-ce qu’on ne fait pas pour sauver les relations privilégiées avec Israël ?

Au-delà de l’aspect humain que n’oubliera pas de sitôt cette diplomate courageuse qui a sauvé à cette occasion l’honneur de la diplomatie française, il n’en demeure pas moins qu’à travers sa gestion désastreuse de cet épisode, le gouvernement français montre combien il est indifférent aux violations flagrantes du droit international et humanitaire perpétrées par l’Etat d’Israël alors même qu’il n’hésite pas à entrer en guerre ailleurs au nom de la défense de la démocratie et des droits de l’Homme comme il l’a fait en Libye et au Mali !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

La leader du parti nationaliste norvégien refuse de présenter des excuses pour son dérapage islamophobe

Le candidat FN aux municipales à Marseille compare le viol à “un rapport amoureux”