in

Le candidat FN aux municipales à Marseille compare le viol à “un rapport amoureux”

La démagogie frontiste a beau avoir le vent en poupe dans la cité phocéenne, il n’est pas sûr que la Canebière ait apprécié le cynisme de la « réponse par l’absurde » ou présentée comme telle par Stéphane Ravier, le candidat de la génération cocardière « Bleu Marine » aux municipales 2014, qui a surtout montré, samedi soir, sur Canal +, sa capacité à faire du Le Pen en frappant au-dessous du niveau de la ceinture…

Aura-t-il gagné du galon en s’enlisant dans un dérapage scabreux qui dévalue toujours un peu plus l’exercice de la politique et lui vaut aujourd’hui une avalanche de réactions indignées sur les réseaux sociaux ?  Il y a fort à parier que les apôtres de la provocation, notamment à la haine raciale et anti-islam, que sont le patriarche du FN et sa présidente de fille ne renieront pas l’abus de langage de leur poulain marseillais, tant il est du même tonneau que la rhétorique ordurière dont ils nous abreuvent régulièrement et qui les mènent tout droit devant les tribunaux.

Sa faconde du midi n’a pas réussi à faire passer son assimilation indigeste entre le viol et "un rapport amoureux" en réponse à la question d’Ardisson "Est-ce qu’il ne faudrait pas légaliser le cannabis ?", Stéphane Ravier récuse tout « dérapage », et à la manière de la dynastie Le Pen, quand elle est prise dans la tourmente, celui-ci préfère noyer le poisson en criant à "la grossière manipulation de ses propos" sur son blog, indiquant :  "Cette proposition'[de légaliser le viol] est bien sûr une réponse par l’absurde à celle (…) de légaliser la vente et la consommation du cannabis".

Eternel donneur de leçons et expert en analogies nauséeuses, le FN, qui est en ordre de bataille pour conquérir les Hôtels de Ville de France et de Navarre, ferait bien de balayer devant sa porte avant de se poser en sauveur de la France d’en bas et de lui faire toucher le fond…

Passage à partir de 21'50

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Paris rappelle une diplomate qui a osé lever la main sur un soldat israélien

Vers la déconfiture de la France en Syrie