in

Palestine : première femme élue à la tête de l’Association des ingénieurs

Nadia Habash, architecte connue pour la préservation des bâtiments historiques palestiniens, vient de devenir la première femme à diriger l’Association des ingénieurs palestiniens.

Près de 11 000 ingénieurs palestiniens se sont inscrits pour voter lors de l’élection de jeudi de l’association, qui compte un conseil de 15 membres représentant la profession en Cisjordanie occupée.

Nadia Habash, nommée parmi les 50 architectes les plus influents du Moyen-Orient, est aussi connue pour sa dénonciation de l’Autorité palestinienne, qui l’a arrêtée en juillet dernier, avec ses deux enfants, alors qu’elle participait à un sit-in de protestation contre l’assassinat de Nizar Banat. Elle a été relâchée peu de temps après le tollé provoqué par son arrestation et celle d’autres militants.

Publicité
Publicité
Publicité

Agée de 60 ans, née à Jérusalem et ayant fait ses études d’architecture en Jordanie puis aux USA, Nadia Habash est revenue en 1982 enseigner à l’Université de Birzeit, au nord de Ramallah.

Elle a remporté de nombreux prix, et doit sa célébrité à la préservation et la rénovation de vieilles maisons et marchés, tels que les palais Araba, les bâtiments historiques palestiniens près de la ville de Jénine, la vieille ville d’As-Samu, proche d’Hébron, ou encore le marché aux légumes de la ville de Bethléem. En 2019, elle a été nommée par le magazine Middle East Architect comme l’une des 50 architectes les plus influentes du monde arabe.

Les autorités israéliennes lui ont interdit de voyager pendant 29 ans, entre 1988 et 2017, ce qui l’a empêchée de participer à de nombreuses conférences.

Publicité
Publicité
Publicité

Elle a remercié jeudi les ingénieurs palestiniens de l’avoir nommée, et d’avoir assuré le caractère démocratique de l’élection, qu’elle a remportée avec les voix du FPLP et celles du Hamas, contre celles du Fatah.

(Traduit par EuroPalestine)

Source : Palestine Deep Dive

Laisser un commentaire

Chargement…

0

Attaque Nouvelle-Zélande : « Ce n’est pas ça notre religion ! », se sont indignés les citoyens musulmans

Arabie saoudite: les «licenciements» massifs de Yéménites inquiètent Human Rights Watch