in

Non au hold up électoral de l’islam de France !

Faute de répondre aux préoccupations réelles des citoyens, la stigmatisation et la quête du bouc émissaire sont devenues monnaie courante dans la bouche de certains politiques, ou autres thuriféraires d’une démagogie soporifique.

Face aux problèmes croissants des citoyens – emploi, logement, accès aux soins, retraites… – on préfère détourner l’attention en divisant, en suscitant la méfiance de tous envers tous : les jeunes, « tous des racailles » ; les immigrés, « tous des délinquants » ; les Gens du Voyage, « tous des fauteurs de trouble » ; les Roms, « tous des fraudeurs » et aujourd’hui, bien placés dans ce triste palmarès à la Machiavel, les musulmans, « tous des envahisseurs ou citoyens inassimilables, coupables et responsables des nombreux maux de notre société ». Nous pensons que la France et les Français, dans toute leur diversité, méritent mieux qu’une logique de haine. Nous croyons que la République est la République de tous les Français.

Nous sommes convaincus que la laïcité et la citoyenneté ne sauraient être confisquées à des visées purement électoralistes, en jetant l’opprobre sur plusieurs millions de nos concitoyens de confession musulmane. A l’instar de l’antisémitisme et du racisme, l’islamophobie, avec son lot quotidien de stigmatisation, de violences verbales et physiques, de profanation de lieux de culte, de cimetières… n’est pas une opinion, c’est un délit !

Pratiquée par des politiciens de tous bords, confortés par certains médias peu scrupuleux de la déontologie élémentaire, l’islamophobie, au nom de la liberté d’expression, ne saurait être réduite à un créneau politique porteur à l’approche d’échéances cruciales pour notre pays. La rupture que certains prônent, sous prétexte qu’il faut affronter « les sujets qui fâchent », constitue une imposture intellectuelle en plus d’un danger pour la cohésion nationale : la chasse sur le terrain des idées frontistes et le silence complice ou embarrassé d’une certaine classe politique sont le terreau de la mise à mal de nos valeurs républicaines.

Aujourd’hui, ce sont les valeurs d’Egalité, de Fraternité et de Liberté qui se débattent sur le terrain de l’inimitié et de la phobie du musulman. Mesdames et Messieurs les élus, responsables politiques ou candidats à la Magistrature Suprême, ce sont nos valeurs républicaines qui sont aujourd’hui remises en question par des discours haineux et des postures irresponsables qui minent notre vivre-ensemble et sapent la cohésion nationale. Les apprentis sorciers de la politique aux relents populistes, les discours extrémistes et les anathèmes à l’endroit de plusieurs millions de nos concitoyens mettent à mal le contrat social républicain et n’honorent pas la Politique : il est urgent, aujourd’hui plus qu’hier encore, de redonner à cette dernière ses lettres de noblesse.

Les musulmans de France représentent une composante importante de l’identité française d’aujourd’hui et la diversité fait partie du paysage sociologique français, de facto, multiculturel. En mettant l’accent sur un islam tombant sous une présomption d’incompatibilité avec nos valeurs républicaines, certains confortent la surenchère fantasmatique qui nourrit les peurs et alimente un climat de xénophobie et d’islamophobie ambiants dans notre beau pays.

L’islam ne saurait être pris en otage par des manoeuvres politiciennes quelconques, et encore moins céder aux rites sacrificiels sur l’autel des logiques électoralistes et des discours politiciens peu scrupuleux. Les musulmans de France ne sauraient être relégués dans un vulgaire « thème de campagne » des prochains scrutins nationaux : la division et la diversion ne sauraient suppléer une politique, cette Politique au service de l’Homme que nous appelons de nos voeux.

La République doit reconnaître tous ses enfants car tous, dans leur altérité et leur diversité, sont légitimes. Apporter des réponses politiques aux inquiétudes légitimes des Français (emploi, mal logement, insécurité, précarité…), promouvoir le vivre-ensemble, la citoyenneté, voire la fraternité qui fait tant défaut aujourd’hui, voilà les priorités auxquelles tout responsable politique doit s’atteler. Et si le véritable enjeu des prochaines échéances était le respect des droits et des libertés, des principes d’égalité de tous sans distinction devant la loi et d’égale dignité de la personne humaine ? Et si le vrai changement espéré passait par la promotion d’une politique de rupture au service des citoyens ?

Mesdames et Messieurs les Serviteurs de la Nation, il est impérieux d’agir contre ce nouveau fléau qui mine les fondements de notre vivre-ensemble. Il est tout autant urgent d’agir afin d’éviter que l’islam de France ne soit victime d’un quelconque hold up électoral….

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Nadine Morano totalement ridiculisée par le journaliste Jean-Jacques Bourdin

A muslim has a dream