in

Mort de Malcolm X : deux hommes condamnés pour son meurtre sur le point d’être innocentés

Plus de 56 ans après l’assassinat, le 21 février 1965, à Harlem, du charismatique et très influent Malcolm X, réduit à jamais au silence devant un auditoire de 400 personnes littéralement suspendues à ses lèvres, une question obsédante ne cesse de hanter les esprits : qui se cache derrière ce meurtre sur lequel flotte le parfum du crime politique ? Un parfum pour le moins entêtant qui, pour beaucoup, exhale les effluves des hautes sphères…

Dans cette sombre affaire judiciaire encore nimbée de mystère, même si l’implication du FBI et de la police de New York y transperce les zones d’ombre, les coups de théâtre se succèdent. 

Ainsi, un an après que le bureau du procureur de Manhattan a décidé de rouvrir l’enquête, accédant à la requête pressante de llyasah Shabazz, la troisième fille de Malcolm X désespérément en quête de justice et de vérité, deux hommes, membres à l’époque de « Nation of Islam », qui furent condamnés à la prison à vie pour le meurtre de son père, sont en passe d’être innocentés. Il s’agit de Muhammad Aziz, 83 ans, lequel recouvra la liberté en 1985, et du défunt Khalil Islam, relâché deux ans plus tard, en 1987, et décédé en 2009.

Publicité
Publicité
Publicité

« Ces hommes n’ont pas eu droit à la justice qu’ils méritaient », a déclaré au New York Times, mercredi 17 novembre, le procureur de Manhattan, Cyrus Vance. Aux côtés de leurs avocats et d’une association luttant contre les erreurs judiciaires, The Innocence Project, ce dernier s’apprête à déposer devant la Cour suprême de New York un dossier conjoint pour obtenir l’annulation des condamnations de ces deux anciens activistes.

Muhammad A. Aziz, à gauche, et le défunt Khalil Islam

« Tout cela n’aurait jamais dû arriver. Ces faits étaient et sont la conséquence d’un processus corrompu jusqu’à la moelle, qui reste trop familier, même en 2021 », a réagi Muhammad Aziz, dans une déclaration transmise par ses avocats. 

En 1966, trois hommes furent déclarés coupables de l’assassinat du leader musulman du mouvement noir aux Etats-Unis : Muhammad Abdul Aziz, le défunt Khalil Islam et Mujahid Abdul Halim. Des années durant, les deux premiers ne cessèrent de clamer leur innocence, soutenus en cela par Mujahid Abdul Halim, qui reconnut être le seul des trois à avoir pris part au meurtre.

Publicité
Publicité
Publicité

Qui se cache derrière les mains criminelles qui exécutèrent froidement Malcolm X, alias El-Hajj Malek El-Shabazz, l’homme à abattre dans l’Amérique ségrégationniste des années 60 ? La question dérangeante, qui brûle toutes les lèvres, risque fort de rester encore longtemps en suspens…

Laisser un commentaire

Chargement…

0

Un candidat musulman en lice pour la présidentielle 2022 !

Égypte : une invasion de scorpions après des pluies diluviennes