in ,

Miss Michigan, rattrapée par ses tweets islamophobes et anti-Noirs, perd sa couronne

Galvanisée par la rhétorique « trumpienne » aux accents outranciers et fielleux, l’Américaine aux racines chinoises Kathy Zhu se faisait une haute idée de la grandeur de l’Amérique… blanche, où l’hydre hideuse du racisme a ressurgi des profondeurs.
Souhaitant être l’incarnation de l’Amérique selon Trump (ou plutôt son idiote utile…), furieusement islamophobe et xénophobe, où le suprémacisme blanc et le racisme anti-noirs ont fait un retour fracassant, cette reine de beauté sacrée Miss Michigan rayonnait sous les feux des projecteurs. Elle se voulait plus farouchement américaine que les Américains eux-mêmes, même si son visage trahissait ses origines venues d’ailleurs…
Il faut dire que, coiffée de son diadème brillant de mille feux, son avenir s’annonçait radieux de l’autre côté de l’Atlantique, d’autant plus qu’elle comptait bien tirer profit de sa notoriété naissante pour apporter sa pierre à l’édifice.

Et pour que le slogan « Make America great again » ne soit pas une douce utopie, la zélée Kathy Zhu, inspirée par son maître à penser du Bureau ovale, a pris un malin plaisir à souffler sur les braises sur Twitter. Sans doute, espérait-elle que ce serait un formidable tremplin vers la gloire !
Jusqu’à ce vendredi 19 juillet, où la reine de beauté a chu lourdement de son trône, emportée par la bourrasque du scandale.
Heureusement que dans l’Amérique de Trump, il y a encore des sursauts de conscience des plus salutaires qui font rempart à la manifestation de la haine et à sa propagation. Outrée par les tweets « offensants », notamment contre le port du hijab et la communauté noire, postés par celle qui se rêvait un grand destin, l’organisation Miss World America (MWA) a décidé de faire un exemple : jugée indigne de son titre de Miss Michigan, Kathy Zhu s’est vu retirer sa couronne et les privilèges qui vont avec. La sanction prenant effet immédiatement.
Couverte de déshonneur, on était fondé à penser que la fervente partisane de l’Amérique blanche, celle qui flatte les plus bas instincts et fait sortir du bois des racistes fanatisés à l’extrême, ferait profil bas et amende honorable… Que nenni !!
C’est en criant à la « discrimination » que la fulminante Kathy Zhu a fait à nouveau parler d’elle quelques jours plus tard : « Miss World America est une organisation qui n’hésite pas à discriminer les personnes qui n’ont pas les mêmes opinions que les membres qui la composent », a-t-elle tweeté.
Autant dire que cette jeune américaine d’origine chinoise qui livre une croisade hargneuse contre le hijab, ce « symbole d’oppression de la femme » comme elle l’a écrit à maintes reprises, et qui éprouve une véritable répulsion pour ses concitoyens noirs, n’est pas encore mûre pour une autocritique…
 

Publicité
Publicité
Publicité

Commentaires

Laissez un commentaire

Laisser un commentaire

Chargement…

0

La parlementaire américaine Ilhan Omar présente une résolution pour soutenir le droit au boycott

Entre ‘‘euthanasier la tradition musulmane hégémonique’’ et répéter René Guénon, une autre voie est possible