in

Mawlid al Nabi (25 mai 2002)

C’est autour du 6ème siècle de l’Hégire que la “mawlid”, anniversaire de la naissance du Prophète, devint une fête publique. Ce sont, surtout, les coutumes locales qui déterminent la manière de célébrer le mawlid ( mouloud au Maghreb ).

Elle consiste, le plus fréquemment en récitations de litanies variées dans les mosquées ou l’on récite parfois “Al Bourdah”, Le Manteau, poème d’Al Busiri, consacré à la louange du Prophète.

Certains pays célèbrent le mawlid par des processions dans les rues, peut-être inspirées par des processions de saints chrétiens ou autre.

C’est pour cela que certains théologiens ont condamné cette célébration, en se basant sur les propos du Prophète, qui nous a recommandé “de ne pas faire pour lui ce que les chrétiens ont fait pour Jésus.”

D’autres savants disent au contraire que c’est une “bid’a hassana ou moustahaba”, bonne innovation durant laquelle il faut se rappeler ( dikra ) de la vie du Prophète, sans accessoires ni exubérance.

Issu de la tribu des “Quouraïch”, il est né en Arabie, environ vers 570 – 571 de l’ère chrétienne, le 12 Rabi’ Al – Awal de l’année dite de l’Eléphant ( Coran, Sourate 105 ), selon certaines traditions, dans une maison qui existe encore à l’heure actuelle, à la Mecque. A sa naissance, un feu allumé depuis 1000 ans en Perse, s’est éteint. Il y eut d’autres signes, entre autres : sa mère entendait des voix qui lui disaient : “tu vas enfanter le guide de cette communauté” et les idoles de la Mecque qui sont tombées.

A l’époque, il existait l’empire perse et l’empire byzantin.

Sa mère l’envoya dans la tribu des Bani-Bakr pour l’allaitement comme le faisaient les Arabes à cette période. Après sa quatrième année, alors qu’il jouait avec ses frères de lait, deux hommes ( des anges ) vinrent vêtus de blanc, lui ouvrirent la poitrine et lui lavèrent le cœur. Cela lui arriva une seconde fois avant l’Ascension et le Voyage Nocturne.

Ses oncles maternels étaient Médinois. A l’âge de 6 ans, il rejoint son Grand-père Abd-Almouttalib puis à la mort de celui-ci, il fut élevé par Abou Talib son oncle, qui était chef d’une grande famille. Il fut élevé parmi ses cousins dont Ali. Son oncle l’aimait plus que ses enfants. Il ne sortait pas sans lui. A 12 ou 14 ans, il l’enverra en Syrie, accompagner des caravanes commerciales. Un moine du nom de Bahira le vit et a reconnu en lui les signes du Prophète décrit dans la Bible. Un nuage lui faisait de l’ombre et les pierres sur son passage lui disaient “Salam aleykoum ô Prophète.”

A 25 ans, il épousa Khadija ( qu’Allah l’agrée ), pour laquelle il avait fait du commerce. Elle le demanda en mariage et fut sa seule femme tant qu’elle vivait. Il aimait la retraite spirituelle et restait dans le mont de la lumière dans la grotte “Ghar Hira” jusqu’à ce que vienne l’ange Gabriel ( Gibril, que La Paix d’Allah soit sur lui ) Il l’entendit sans le voir lui dire “Ô Mouhammad, tu es le Prophète de cette communauté.”

Sous forme humaine, il le prit dans ses bras en lui disant “Lis !” Il répondit “je suis illettré”, puis une deuxième fois, puis une troisième. L’ange dit “Lis au nom de ton seigneur, Celui qui a créé !”

 « Lis au nom de ton Seigneur qui créa ! qui créa l’homme d’une adhérence (’alaq). Lis, ton Seigneur étant le très Généreux qui enseigne par le Calame et enseigne à l’homme ce qu’il ignorait. » (sourate 96, 1-5)

Dieu en effet crée toute chose, ce que nous savons et ce que nous ne savons pas. Puis il a ennobli les fils d’Adam.

L’ange n’a pas précisé l’origine de la matière de la création. Il a dit “il a crée l’Homme d’une adhérence”. Ceci est une étape, la première de la création après la rencontre du spermatozoïde et de l’ovule.

Il répéta : “Lis ! Et Ton Seigneur ..” Cette répétition signifie qu’il faut transmettre : “Lis au gens !”

Mouhammad se mit à trembler et eu peur qu’un djinn ne l’ait possédé, il dit à Khadija : “Couvrez-moi, couvrez-moi” en rentrant chez lui. Après avoir entendu son histoire, elle lui dit : “Ne t’affliges pas car Dieu ne peut pas te vouloir du mal ( te laisser tomber ) car tu aides l’orphelin, tu respectes les liens familiaux et tu es véridique ; tu protèges aussi le faible et tu aides les gens dans la difficulté.”

Elle alla voir son cousin, versés dans les Ecritures, Waraqa Ibnou Nawfal, qui reconnu que Mouhammad a été choisi par Dieu pour être Prophète.

Il n’y eut plus de révélation pendant environ trois ans. Puis Allah révéla :

« Lis au nom de ton Seigneur qui créa ! qui créa l’homme d’une adhérence (’alaq). Lis, ton Seigneur étant le très Généreux qui enseigne par le Calame et enseigne à l’homme ce qu’il ignorait. »(sourate 96, 1-5)

« Ô toi, qui est couvert d’un manteau ! Lève toi et avertis ! » (Sourate 74, 1-2)

Dieu a fait de lui le Sceau de la Prophétie, il a reçu les 7 versets que nul Prophète avant lui n’a reçus  : La Fatiha. Prologue ou ouverture du Coran, elle a plusieurs autres titres parmi lesquels : les sept répétées ( parce qu’on les répète dans chacune des rak’aas, cycle de prières )

Dieu nous a fait don d’un prophète, accompagné de miracles jusqu’à la fin des temps, comme d’autres Prophètes ont eu leurs miracles. Le miracle de Mouhammad est cependant différent de celui des autres envoyés ( que La Paix d’Allah soit sur eux ).

Jésus – Issa ressuscitait les morts, avec la permission de Dieu, guérissait l’aveugle, le lépreux et son message, l’Evangile, se différenciait de ses miracles. Quant à Mouhammad c’est son message qui est miracle, le Coran !

Un jour, alors qu’il délaissa un tronc de palmier qu’il utilisait comme Mimbar ( chaire ) pour un autre, les compagnons entendirent le tronc pleurer l’absence du Prophète.

Ibnou Abbas rapporte qu’ils mangeaient (les compagnons) avec le Prophète et ils entendaient la nourriture glorifier Dieu, à l’instar de toute la création.

“Ce qui est dans les cieux et ce qui sur la terre glorifient Allah, le Souverain, le Pur, le Puissant, le Sage” ( Traduction du sens verset 1, Sourate 62, Al Djoumou’a, Le Vendredi)

Et tous les peuples, ou la plupart, ont combattu leur Prophète et leurs histoires sont contées dans le Coran pour l’éternité.

En 622 ( date de départ du calendrier musulman ), Mouhammad doit quitter la Mecque et part s’installer à Médine.

La révélation du Coran continua et, la toute jeune communauté musulmane s’agrandit.

En l’an 630, Mouhammad , à la tête de dix mille hommes, prit La Mecque sans violence et ordonna la destruction des autels aux dieux païens. Les gens s’étant repentis de leur attitude Mouhammad leur accorda son pardon ainsi qu’aux habitants de Tâ’if dont l’armée fut dispersée dans la vallée de Hunaïn. Mouhammad réorganisa son administration, et pendant son pèlerinage de l’adieu institua le pèlerinage du Hadj, puis retourna à Médine. Le 8 juin 632, après une courte maladie, s’éteignait le Prophète d’une des plus grandes religions du monde qui compte aujourd’hui environ un milliard d’êtres humains. Excepté sa première femme, il eut durant ses dix dernières années, onze ou quatorze épouses selon les traditions. Et Allah est le Plus Savant !


 

Mosquée El Feth
49, rue Suzanne Lannoy-Blin
59720 Louvroil
Tél. : (00.33) 03.27.65.23.89

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

L’éternelle problématique de la femme musulmane (partie 1 sur 2)

L’éternelle problématique de la femme musulmane (partie2 et fin)