in

Marine Le Pen porte plainte contre BHL sur fond d’affaire de Villeurbanne

Entre les parachutes dorés en terrain conquis, miracles de la cooptation, les rapprochements impensables UMP-FN de second tour, fruit de petits arrangements entre faux ennemis, les coups bas qui pleuvent, et les invectives cinglantes qui fusent de-ci de-là, la scène bouillonnante du théâtre politique national, décidément pleine de ressources, nous ressert une nouvelle pantalonnade pour les législatives, aux allures de match retour grossièrement tactique de la présidentielle. 

Fourbir ses arguments n’est pas un vain mot pour le FN, qui use de la rhétorique haineuse comme d’une arme acérée qui façonne et enflamme les consciences, à l’instar de Louis Aliot, le vice-président du parti. Lundi dernier, le conseiller régional du  Languedoc-Roussillon rebondissait  sur BFMTV-RMC  sur l’agression commise sur trois jeunes juifs à Villeurbanne, mais à la manière du frontisme, en se vautrant dans la politique de caniveau…

Ce sont des "milieux jeunes" et "musulmans" qui sont impliqués dans l'agression de Villeurbanne, un acte "bien sûr" condamné par le FN, a-t-il affirmé sans détour, avant d’approfondir sa pensée nauséeuse : C'est quoi les "milieux jeunes" ? "C'est-à-dire des milieux on va dire… musulmans qui s'identifient au conflit israélo-palestinien et qui prennent dans les rues des jeunes juifs pour cible". Qu’on se le dise !

Le sens de la nuance, la présomption d’innocence ? Inconnus au bataillon pour l’extrême droite française qui ne dit plus son nom, et qui hurle avec les loups pour conquérir sa nouvelle respectabilité. Ironie du sort, que récolte Marine Le Pen pour casser systématiquement de l’arabe, pour diaboliser le musulman avec une rare constance, bref pour montrer patte blanche au système ? Une tribune assassine de BHL sur le site du CRIF !

Tout ça pour ça, le système est redoutable !

Sur tous les fronts, notre philosophe tout terrain a accusé mardi l’héritière du FN de  «faire systématiquement huer, dans ses meetings, des noms à consonance juive», décochant une petite flèche empoisonnée : "Est-ce un hasard, vraiment, si cette agression survient au lendemain d’une campagne où l’on a vu une candidate, Mme Le Pen, faire systématiquement huer, dans ses meetings, des noms à consonance juive ?".

Louis Aliot, droit dans ses bottes, avait commencé la semaine du bon pied en exacerbant l’islamophobie, tout en jurant ses grands dieux que le FN n’était pas antisémite. Difficile d’imaginer que quelques jours plus tard sa compagne et présidente Marine Le Pen porterait plainte pour diffamation contre BHL, après que le parfum d’antisémitisme qui flotte sur le FN ait été ravivé par l’un des ambassadeurs d’Israël en France. Intrigues, vous avez dit intrigues ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Législatives : le premier grand test électoral de l’ère Hollande

Voyage en Israël : calmos les Tunisiens et Algériens