in

Maréchal nous voilà !

Le maréchal Philippe Pétain était âgé de quatre-vingt-quatre ans lorsque les Français l’ont mis à la tête de leur pays, en 1940, pour les « sauver », car ils croyaient à l’époque aux miracles que peut réaliser un homme du seul fait d’être « ancien combattant ». Finalement, il les a livrés à la puissance occupante, au point que même l’hymne national, « La Marseillaise », composé en 1792, fut remplacé par un chant patriotique plus approprié aux nouvelles circonstances, « Maréchal nous voilà ! ». On trouve dans ce chant une petite phrase qui a dû marquer Bouteflika, « Français, levons la tête !» qui, rendue en patois algérien, a donné « Arfâa raçak ya bâ ! ».

Abdelaziz Bouteflika, venu à l’histoire du pays dans le mystérieux sillage de Boumediene qui l’a gâté comme un enfant, tient entre ses mains, en vertu d’une succession d’aberrations, le sort d’une nation de quarante millions d’âmes non instruites des causes de la vie et de la mort des nations, et s’amuse avec son destin comme un enfant avec un hochet.

Il n’y a pas que les enfants qui jouent avec des hochets, au sens figuré le mot est utilisé dans l’expression « le pouvoir et ses hochets ». Ce n’est pas tant à Bouteflika que je m’intéresse, c’est au hochet qui se trouve être non pas les hurluberlus, les corrompus, les valets et les malotrus qu’il agite sous nos yeux mais notre pauvre pays, nos misérables vies, l’avenir de cette nation qui n’a jamais connu d’avenir mais seulement les abysses du passé, qui est restée coincée dans une aube éternelle, une « perpétuelle aurore ».

A l’âge où un vieil homme croyant pense à faire le maximum de bien pour compenser le mal fait volontairement ou non tout au long de son existence, cet homme multiplie, envers le pays qui lui a tout donné en échange de rien, les actes de mal. Pour ne prendre que les faits saillants et notoires de la saison II de sa vie au pouvoir, il a violé en 2008 la Constitution pour rester au pouvoir par la ruse, l’intrigue et la fraude ; il a postulé à un quatrième mandat, alors qu’il se savait fortement handicapé, montrant qu’il n’a cure de l’intérêt du pays ; il a fait la chasse aux hommes compétents, honnêtes et patriotes dans les rouages de l’Etat et cherché à la bougie les profils de corrompus, de valets et de malotrus qui conviennent à son style et à ses plans, leur confiant les structures de l’Etat et des partis dont il a besoin pour consolider son pouvoir jusqu’à ce que Dieu le rappelle, échéance qu’il tient à reculer le plus longtemps possible.

Ce n’est pas une coïncidence, ce n’est pas par hasard ou par accident qu’il a placé les personnages qui sont aujourd’hui aux postes stratégiques du pays et dont le dénominateur commun est l’intérêt personnel en échange d’une fidélité animale. De nombreux indices montrent à tout le monde que le pays dérive à vau-l’eau, qu’on ne cherche pas des solutions pour le long terme mais juste pour le temps qu’il lui reste à vivre, et pourtant on continue de se comporter comme si tout allait pour le mieux dans le meilleur des pays.

Sans parler de ce qu’on ne sait pas, de ce qu’on découvrira peut-être un jour et qui est probablement plus grave que ce qu’on a vu ou sait et qui donne sens aux manœuvres en cours. Les « affaires » sont expédiées au pas de charge par une justice encadrée au plus près pour que les corrompus, aux plus hauts postes de l’Etat, en retrait ou en fuite, ne soient pas inquiétés.

C’est dans cette ambiance surréaliste qu’un Ouyahia, actionné comme un hochet, est sorti en pleine lumière pour nous assurer que tout va pour le mieux et, qu’en guise de reconnaissance, nous devrions entonner à haute voix, dirigés par sa baguette de maestro, « Maréchal nous voilà ! » : « Tous tes enfants qui t’aiment/ Et vénèrent tes ans/ A ton appel suprême ont répondu « présent »/ Maréchal nous voilà !…/ En nous donnant ta vie/ Ton génie et ta foi/ Tu sauves la patrie/ Une seconde fois/ Maréchal nous voilà !… ». Il est arrivé au général de Gaulle de traiter les Français de « peuple de veaux » ? Que devrions-nous dire de nous-mêmes ?

A peine lâché, Ouyahia accourt à perdre haleine pour révéler en toute urgence aux médias que les Algériens ne savent pas à quel malheur ils ont échappé, si Bouteflika ne s’était pas sacrifié en se résignant à son corps défendant à un quatrième mandat. Retrouvant son souffle de commis, comme il aime à se définir, il nous a appris dans la foulée un secret : Boutef a récupéré 150% de ses capacités intellectuelles !

On ne peut jamais récupérer que 100% de quoi que ce soit, car le verbe s’applique à ce qu’on avait déjà, sans dire qu’à partir d’un certain âge aucune récupération n’est possible et que la mort cellulaire poursuit son œuvre irréversible. Mais comme on est au pays de la « chèvre qui vole » où Ouyahia compte parmi les grands maîtres du culte, a beau mentir qui vient de… haut. Ce n’est pas vrai ? Alors que Bouteflika parle au peuple, qu’il montre ces fameux 150% !

Emporté par son excès de zèle habituel, convaincu d’en savoir plus que les autres, car se mesurant à l’aune des incultes qu’il fréquente, Ouyahia profère très souvent des bêtises, des faussetés et des inepties. Il ne dit pratiquement que les unes ou les autres de son air le plus sérieux, donc à son insu, et en est encore à croire qu’il suffit de dire quelque chose sous le sceau de l’officialité pour qu’elle soit vraie.

Les Algériens en vie actuellement n’étaient pas là il y a deux mille ans pour reprocher à Massinissa et Syphax de diverger sur l’attitude à adopter face aux guerres puniques, divergence qui allait entraîner notre colonisation par les Romains. Ni quand nos ancêtres firent appel aux frères Barberousse pour les défendre contre les Espagnols au XVIe siècle et qui finirent par s’installer à demeure, jusqu’à ce que les Français les en délogent en 1830. Nous n’étions pas là non plus pour adjurer l’Emir Abdelkader, cheikh Boumaza et le bey Ahmed de coordonner leur résistance face à l’ennemi, ni pour conseiller aux cheikhs al-Mokrani et Ahaddad de placer leurs forces sous un commandement unique pour mieux résister à une armée coloniale affaiblie par la guerre franco-prussienne.

Mais aujourd’hui, nous sommes là, en chair et en os, bien portants physiquement et mentalement, instruits pour la plupart, fiers de nos moustaches, rotant de gaz et de pétrole, et normalement conscients que notre intérêt est de veiller à la sauvegarde de notre pays, un pays que nous n’avons pour nous tout seuls que depuis un petit demi-siècle. Or, nous assistons à sa liquidation morale, politique et économique, en continuant de ruminer comme des vaches qui regardent le train passer en broutant paisiblement. Le règne de Bouteflika ne sera pas sans conséquence sur l’histoire de l’Algérie et nous le paierons très cher.

La situation que nous vivons n’est pas normale, naturelle, rationnelle. Cette période n’est pas une période comme une autre. Elle est, au plan interne, le stade terminal d’une maladie chronique contractée à l’Indépendance et jamais soignée, et au plan externe, un encerclement effectif et complet de notre pays. Elle a été rendue possible par l’inconscience d’à peu près la moitié du peuple algérien, enfants et vieillards mis à part, mais surtout par la passivité d’une catégorie qu’on pourrait évaluer à quelques centaines d’individus, peut-être même moins.

Ceux-là avaient et ont toujours les moyens de faire quelque chose pour stopper la dérive suicidaire, mais ils ne l’ont pas fait. Mais eux aussi, s’ils devaient parler, tiendraient des propos qui, rappelant ceux de Chadli Bendjedid en septembre 1988, quinze jours avant l’explosion qui allait conduire aux 200.000 morts que nous avons déjà oubliés, sont passés par pertes et profits. Chadli s’était égosillé dans un discours officiel retransmis à une heure de grande écoute : « Pourquoi le peuple ne bouge-il pas ? Pourquoi accepte-t-il tout ? »

Ils feraient valoir des arguments difficiles à récuser : à quoi servent ces dizaines de partis et de personnalités qui ne savent que bavarder, donner des interviews, signer des communiqués, étaler leur médiocrité et leurs ambitions sur les plateaux de télévision, sans avoir une quelconque vision de ce qui devrait être fait pour construire une nation viable, ni un diagnostic convenable de la situation, ni même un programme économique ?

Les milieux « bien-pensants » (ce ne serait pas un abus de langage ?), les partis, les intellectuels, les universitaires, la presse, les classes moyennes, tout ce beau monde a pris l’habitude de compter sur la dialectique des « clans » et la pluralité des « décideurs » pour maintenir les équilibres et empêcher que la balance ne penche trop en faveur d’un côté.

Le feu est partout autour de nous, mais on continue de se dorloter : « Il est encore loin ! » Si nous continuons de laisser faire, si chacun attend que les autres commencent, plongent en premier, soient tabassés, emprisonnés ou abattus, le pays s’écroulera et Daech, qui n’est plus très loin de nos frontières et dont les bases morales sont déjà solidement installées en Algérie, nous réduira à l’esclavage. On surveille peut-être du ciel, de terre et de mer les voies et pistes menant à notre territoire, oubliant que Daech est déjà là, dans nos murs, sous l’aspect de dizaines de milliers de jeunes et de moins jeunes qui n’attendent que le moment de faiblesse propice pour s’habiller de noir et commencer à décapiter et à charcuter.

Nos maréchaux-ferrants peuvent continuer à nous endormir avec des mots et bomber le ventre, ils ne nous y prendront pas une deuxième fois. Ils n’ont pas prévenu la formation des GIA et de l’AIS avec qui ils ont été contraints de négocier à la fin, mais cette imprévoyance a couté 200.000 morts et des dizaines de milliards de dollars de destructions économiques. Et ce n’est pas fini…

Il est faux de prétendre que les Algériens « n’étaient pas comme ça autrefois », sous-entendant que nous étions meilleurs, que nous étions pétris de qualités à ne savoir où en mettre et que nous les avons perdues par on ne sait quel mystère. Non, on se trompe ; c’était de fausses impressions, des illusions, on se mentait, on se gonflait la gandoura pour cacher combien nous étions chétifs sur ce plan. Nous n’avions que la peau et les os, le reste étant l’effet du pétrole et du gaz. Si nous avions été tels, valeureux et conscients, nous n’aurions pas eu pour dirigeants le grand nombre de Djouha, d’« aghiouls » (âne en berbère) et de bandits que nous avons eus à notre tête depuis 1962.

Le mal est toujours venu de nous-mêmes, des plus mauvais d’entre nous, de nos innombrables Djouhas, de ceux qui n’ont en vue que leurs intérêts, des ignorants et des incompétents à l’affût des bonnes et lucratives occasions ou places à prendre. Lorsqu’eux osent, nous reculons ; tandis qu’eux se permettent ce qu’ils veulent, nous faisons semblant de protester du bout des lèvres ou de la plume ; pendant qu’eux agissent et avancent de moins en moins masqués, nous nous aplatissons de plus en plus jusqu’à ne plus être visibles pour ne pas entraver leur avancée ; quand eux piétinent les lois, nous nous ligotons avec son respect ; alors qu’ils nous assènent des gifles retentissantes, nous leur tendons l’autre joue… Ils sont forts de notre faiblesse, audacieux de notre mollesse, impudiques de notre pudeur.

Eux forment un « Nous », parce que peu nombreux et disposant des moyens de l’Etat, de la collectivité, c’est-à-dire les nôtres. Nous, nous sommes des millions mais désaccordés, dispersés, non reliés par des liens nationaux de nature morale, culturelle et politique. Il y a un peu de « Nous » à In Salah, Ghardaïa et en Kabylie, mais ailleurs il n’y a toujours que des « moi », des poussières de « moi ». J’ai déjà utilisé une image empruntée à la médecine : le corps est une nation biologique. Nous ne sommes pas un corps, un ensemble cohérent d’individus, mais des cellules non assemblées pour former des molécules, un tissu, des organes, un organisme et enfin une entité animée par une conscience… Mais nous pouvons devenir un corps social, une nation biologique.

Nous savons comment naissent les sociétés : par l’apparition en leur sein du « désir de vivre ensemble », par leur solidarité instinctive devant un péril global, par leur réaction commune à un mal venant de dirigeants inaptes ou corrompus comme ont fait les Tunisiens, les Sénégalais, les Burkinabés, les Zimbabwéens. L’impératif de bâtir notre nation sur des bases saines, rationnelles, modernes et démocratiques nous interpelle.

Peu importe notre passé récent ou lointain, seul compte notre présent précaire et notre avenir menacé. L’Algérie a mal existé ?  Il est temps de la stabiliser à jamais. Il y avait comme un doute sur notre passé ? Effaçons-le par un coup d’éclat psychologique, digne du 1er novembre 1954. L’Algérie a été mal construite depuis l’indépendance ? Il faut la reconstruire de fond en comble. Maintenant, tant qu’il y a du pétrole et du gaz, plutôt que demain quand on sera sans ressources, réduits à l’impuissance. Maintenant plutôt que demain car le temps presse, le monde change et les Etats précaires s’effondrent sous nos yeux et à nos portes comme des châteaux de sable.

Ce chantier sera celui où se formeront notre « Nous » et la société que nous serons devenus. L’œuvre entreprise en commun sera l’usine de transformation d’où, rentrés encanaillés, nous sortirons lavés de nos anciennes lâchetés, libérés de notre mauvaise conscience, de notre égoïsme, de notre « fhama » héritée des siècles de la décadence et de la mentalité de Djouha.

Cette victoire sur nous-mêmes sera la défaite des ennemis de la société algérienne, ceux qui ont tout fait jusqu’ici pour empêcher son avènement, s’ingéniant à nous maintenir à l’état de populace, de masses populaires, de population à nourrir… La lutte est en nous, en chacun de nous, entre la volonté veule de garder les avantages que nous croyons tirer de notre soumission, de notre abdication, et la prise de conscience que nous perdrons ces avantages et le reste aussi, quand la précarité sera devenue une banqueroute nationale, une catastrophe générale.

Passés de la colonisabilité à l’encanaillement, il est temps d’inaugurer l’ère qui marquera notre passage de l’encanaillement à la renaissance, de l’assistanat à l’édification d’un nouveau pays sur des bases morales, culturelles, sociales, économiques et politiques nouvelles. Un pays qui ressemblera aux autres, aux gagnants, à ceux qui avancent, aux nations fortes, homogènes, éternelles. Un pays où aucun individu ou clan ne pourra plus jamais nous subordonner à sa maladie mentale ou physique, à sa mégalomanie, ses ruses ou son satanisme. Plus jamais nous ne devons chanter une version ou une autre de « Maréchal nous voilà ! », mais uniquement « Algérie nous voilà ! »

10 commentaires

Laissez un commentaire
  1. tant que le régionalisme kabyle où des kabyles se rabaissent parfois à la botte et à la solde de l’occident et d’israël et de son extrême-droite, ne détruit pas la nation algérienne et l’Algérie, votre projet de chantier et de reconstruction pourrait être viable

    • @djamila,
      Tant que des trolls et des faux profils de votre espèce polluent le Web en mission de défense de leur maîtres les corrompus d’alger et à leur tete Bouteflika l’L’Algérie continuera sa descente aux enfers.
      Insulter les kabyles qui restent les seuls en Algérie qui se battent contre le système de gabégie institué par Bouteflika pour rester au pouvoir lui et sa famille (et très bien décrit par Mr BOUKROUH) relève du harkisme sous de faux airs de patriotisme.
      La vraie alliance avec le sionisme et la France contre notre cher pays n’est pas du fait des kabyles mais de vos maitres qui vous paient au nombre de commentaires sur le net de soutien au régime corrompu. Cette politique de diversion à travers les faux profils comme les votres ne portera jamais ses fruits soyez en sure.
      Prétendre que autre chose que les plus grands régionalistes qu’à connu notre pays n’est pas le clan actuel des Bouteflika relève d’une malhonneteté et d’une propension au mensonge monumentales.

  2. Il faut reconnaître à Mr Boukrouh une aptitude particulière à
    présenter une interprétation objective de la situation doublée d’un esprit analytique de haute volée. C’est tout à son honneur, néanmoins tout ce qu’il avance ne nous est pas inconnu car nous l’appréhendions déjà lors des premiers événements fratricides post-indépendance. Nous avions eu à ce moment là, un avant goût des plus significatifs de ce qu’était en fait l’Algérie, divisée et séditieuse. Quoi ajouter de plus qui ne soit maintes fois ressassé. S’il vous plait ramenez-nous un docteur pour nous soigner car nous sommes très malades.

  3. on n’a rien inventé du tout: la MAK de Kab., un groupuscule raciste contre les arabes et les maghrébins, groupuscule raciste kab en France qui s’invente une histoire toute faite et vont même en Israël pour serrer les mains d’extrême-droitard dans le but de détruire l’Algérie.
    Ensuite, leur alphabet inventé de toute pièces est un plagiat à 100% de l’alphabet de la première population algérienne originaire d’Afrique subsaharienne et de pas du tout de la Kab., Kahina est en plus des Aurès mais n’a jamais été kab.
    Enfin beaucoup de kab enfants de harkis en France livrent des listes aux autorités françaises depuis plus de 20 ans pour jeter l’opprobre sur des musulmans.
    Des kab très versatiles qui retournent leurs vestes aisément et se disent américains ou occidentales sans compter leur racisme contre les maghrébins et contre les arabes.
    Pour conclure, kabyles vient d’un verbe arabe qui signifie ” ils acceptent” mais leur problème est qu’ils acceptent tout même de détruire l’Algérie car les bretons, les occitans… n’agissent même pas comme eux le font en Algérie: pas mal aussi.Pas mal d’entre eux acceptent de devenir catholiques mais pas pour pratiquer le catholicisme mais pour obtenir quelques poignées d’euros et leurs visas d’ailleurs une vidéo connue circule à ce sujet : ils ne croient pas du tout au prophète Issa aleyhi assalam mais au visa.
    L’an dernier un kab de tizi ouzou a proféré à mon encontre plein d’injures racistes pour rien.
    Ne pas généraliser mais alors que les kab en fassent autant: qu’ils ne se prennent pas pour plus royalistes que les fachos pour s’octroyer les droits d’injurier par racisme d’autres maghrébins français une fois qu’ils ont posés les pieds loin d’une région algérienne qu’ils veulent jeter dans la dissendance et dans l’affaissement complet occidental
    Enfin les kab n’ont pas le monopole de l’Histoire de l’Algérie quand on sait que pas mal d’entre eux sont harkis durant cette guerre d’Algérie.

    • “quand on sait que pas mal d’entre eux sont harkis durant cette guerre d’Algérie”!! Et quand on sait que les maîtres à penser de la guerre d’Algérie sont kabyles? Et quand on sait que cette dernière est lancée à Akefadou en Kabylie? Et quaDjamila: nd on sait que pendant ce temps, à l’ouest on disait wach bihoum zwawa m3a n’saraù? Du charabia!! c’est ce qu’on appelle une obsession, tu es obsédée par les kabyles. Laisse moi conclure: cette obsession découle d’un profond sentiment d’infériorité vis à vis des kabyles, tout simplement.

      • nait challal
        “complexe d’infériorité”??? Vous rêvez ou quoi? Et en plus, vous insultez une femme, toujours aussi digne et courageux!

        La Kabylie c’est la terre la plus christianisée d’Algérie, toujours prête à négocier son identité fondamentale pour un visa ou une bourse. Regardez Paris, la ville plus kabyle hors d’Algérie, la honte que vous nous faites, à cirer les pompes des Français, à cracher sur l’islam, sur la révolution de l’indépendance…

        Heureusement que je suis originaire de de l’autre côté du pays, de la terre de Abou Méziane (devenu en arabe dialectal Boumédiène) et de l’émir Abdelkader!

  4. Je ne crois pas que le problème soit Bouteflika et son clan.Ce ne sont que des exécuteurs!!
    Le pouvoir en Algérie est toujours aux mains des putchistes (militaires et civils).
    La preuve c’est que la justice suisse a fait marche arrière sur le dossier du tueur Nezzar suite aux pressions interminables des dirigeants algériens.

  5. Madame Djamila, j’espère que vous faites la part des choses. 90% des Kabyles ne pensent pas comme le MAK. Les vrais et réels Kabyles qui tiennent à leur pays n’ont nullement l’intention de diviser l’Algérie. l’Algérie c’est leur pays depuis des millénaires. Relisez l’histoire du Maghreb.

  6. Ce que devient l’Algérie fait très mal au cœur. Le pays est gangrené par énormément de corruption à tout les niveaux. De l’état jusqu’au peuple. C’est devenu un sport national.
    Le niveau intellectuel baisse année après année.
    L’anarchie a pris le dessus sur le respect, l’éducation, l’école…
    Tout le contraire des pays civilisés mais bon là, il s’agit d’un problème général à l’ Afrique et qui malheureusement déteint sur les pays occidentaux.
    Nos mauvaises mœurs nous suivent même en occident.
    En tout cas une chose est sure, cette mafia au pouvoir a encore de beaux jours devant elle.
    Ils ont tout compris au peuple algérien ” du pain et des jeux”.
    Enfin pour finir par rapport à un commentaire sur les kabyles, je ne fais aucune généralité mais je partage certaines choses écrites.
    Et j’ajouterai que tant que l’Algérie n’aura pas à sa tête un président kabyle, cette région de l’Algérie sera toujours aussi critique vis à vis du pouvoir quoi qu’il fasse. Quant à la haine de l’algérien non kabyle alors là c’est un travail de mentalité.
    Restons optimiste quand même…

  7. Je ne suis pas Algérien mais cela me fait trop mal au coeur de voir l Algérie devenue comme ça …A l image des autres pays arabes que de divisons de gâchis de rivalités destructrices… l Algérie et le Maroc sont complémentaires on aurait duon devait on doit on devra vivre ensemble parce qu on est qu’UN avec nos spécificités …et en respectant TOUTES les minorités qui font notre richesse:rif kabylle juifs chrétiens…dommage dommage

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Foi et raison : la recherche de la connaissance

De la reconnaissance et de l’ingratitude à la lumière de la morale musulmane