,

L’Union des Démocrates Musulmans Français met le cap sur les législatives

Chers compatriotes de métropole, d’Outre-mer, de l’étranger,

Comme vous le savez tous, la campagne des parrainages pour la présidentielle s’achève ce soir, à 18h. Je ne serai donc pas candidat, aux côtés de l’UDMF, pour ce scrutin majeur qui définira les choix que fera la France durant les cinq prochaines années.

Une campagne inédite         

Comme vous le constatez chaque jour depuis le début de cette élection, la campagne que nous vivons est inédite. Les règles pour concourir à ce scrutin ont été encore beaucoup plus difficiles pour les petits partis indépendants, comme celui auquel j’appartiens.

Cette année, le Conseil Constitutionnel a décidé de mettre en place un véritable outil de délation pour divulguer l’identité de toutes celles et ceux qui parrainent un candidat. Un choix stratégique pour museler et contrôler davantage nos élus.

Ce dispositif a été complexifié, puisque ce sont les élus qui ont eu pour obligation d’envoyer par eux-mêmes leurs formulaires de parrainage auprès du Conseil Constitutionnel, alors que ces derniers sont déjà largement surchargés de toutes parts.

A ceci s’ajoute l’état d’esprit dans lequel s’est déroulée cette campagne. Une campagne sans précédent sur bien des aspects. D’abord avec la victoire surprise à la primaire de la Droite et du Centre d’un François Fillon non attendu. Puis, en l’espace de quelques semaines, par sa disgrâce avec l’affaire Pénélope et sa mise en examen. Puis, par la victoire d’un Benoit Hamon côté PS, loin d’être prévu lui aussi. Ironie du sort, dernièrement, nous avons même eu droit au refus de M. Valls, finaliste de ces primaires, de parrainer le candidat socialiste.

Je comprends donc aisément, dans ce brouhaha, que les maires, qui m’avaient initialement donné leur promesse de parrainage, aient eu au final bien du mal à maintenir leur choix de départ durant la débâcle qui a succédé ces dernières semaines.

Une victoire symbolique

Malgré ces nombreuses épreuves, Il va de soi que ma candidature aurait difficilement pu aboutir dès ma première participation à ce scrutin. Je sais naturellement qu’il nous faudra travailler dans la durée pour continuer à convaincre et pour y parvenir demain.

Et même si les parrainages, rendus difficiles par les instances en place, n’ont pas été au rendez-vous, je suis néanmoins fier que mon nom, Kamel Messaoudi, puisse être l’un des seuls (au côté de celui déjà bien connu de Rama Yade) à représenter la diversité sur la liste des candidats remontée et validée par le Conseil Constitutionnel.

En voici, pour preuve, l’exhaustivité des noms qui vous permettra de comparer par vous-même :

ALLIOT-MARIE Michèle / ARTHAUD Nathalie / ASSELINEAU François / BAROIN François / BLANAL Jérôme / BORLOO Jean-Louis / CAMUS Renaud / CAZENEUVE Bernard / CHEMINADE Jacques / DE PREVOISIN Robert / DELAFON Olivier / DUPONT-AIGNAN Nicolas / FAUDOT Bastien / FESSARD DE FOUCAULT Bertrand / FILLON François / GORGES Jean-Pierre / GOUE Michaël / GUAINO Henri / GUILBERT Jean-Paul / GUYOT Stéphane / HAMON Benoît / JARDIN Alexandre / JUPPE Alain / LARROUTUROU Pierre / LASSALLE Jean / LE PEN Marine / MACRON Emmanuel / MARCHANDISE Charlotte / MARTINEZ Jean-Claude /MELENCHON Jean-Luc /  MESSAOUDI Kamel / MIGUET Nicolas / MILLO Jean-Luc / PASSERIEUX Régis / POUTOU Philippe / REGIS Olivier / TAUZIN Didier / TEMARU Oscar / TONIUTTI Emmanuel / TRAMBOUZE Bernard / TROADEC Christian / VERGNE Michel / WAECHTER Antoine / YADE Rama

Cela constitue déjà une première victoire symbolique, et nul doute que l’UDMF parviendra tôt ou tard à se positionner dans ce scrutin, en continuant sa stratégie de conquête sur le terrain.

Consigne de vote

Etant absent de cette élection, je demande à tous ceux qui se retrouvent au travers des valeurs républicaines qu’incarne l’UDMF, de se mobiliser massivement dans les urnes et cela dès le premier tour, afin de faire barrage aux idées contraires à nos principes.

Françaises, Français, mobilisez-vous pour faire reculer ceux qui incarnent en profondeur le mépris, le rejet, la haine et la division. Sanctionnez sans modération ceux qui cherchent désespérément à islamiser tous les débats pour des raisons purement électoralistes, afin de nous détourner des questions centrales.

Sanctionnez ceux qui se sentent, aujourd’hui, au-dessus des lois de la République, méprisant la justice et dépensant sans scrupules l’argent des contribuables. Tel est mon souhait et tel est le combat qu’incarne l’UDMF depuis son origine.

En route vers les législatives

Mes chers compatriotes,

Le moment est donc venu pour moi de vous servir autrement. Voilà pourquoi je vous donne d’ores et déjà rendez-vous pour les législatives qui attendent les Français dès le mois de juin prochain.

Je serai effectivement candidat dans la première circonscription sur la collectivité d’Outre-mer française de Mayotte.

Je continuerai ainsi mon engagement au sein de l’Union des Démocrates Musulmans Français pour mener les combats qui sont les nôtres. Ceux pour la justice, l’égalité, le rassemblement et pour l’amour de notre Nation.

Vive la République ! Vive la France !

Kamel Messaoudi

Communiqué disponible depuis le site de campagne : http://udmf2017.fr

Dans la perspective des législatives, nous vous invitons à lire ou à relire le récent entretien accordé à Oumma par Nagib Azergui, fondateur et président de l’Union des Démocrates Musulmans Français.

6 Comments

Laisser une réponse
  1. on attend donc avec impatience le programme que l’UDMF va proposer aux Français, en particulier en matière de politique de réindustrialisation, de suppression du chômage et de droit du travail, sur les questions la sortie de l’OTAN, de l’UE, de l’euro, quelle nouvelle politique en matière de coopération internationale, de désarmement et de sécurité collective, en particulier contre les guerres, les trafics d’armes et de drogues et, ce qui va avec, la lutte contre les paradis fiscaux et les Etats qui les soutiennent. Pour le droit à l’existence de la Palestine aussi. Si les musulmans peuvent apporter quelque chose à la société française, c’est avant tout leur capacité à travailler et à penser hors des sentiers battus et à proposer un système économique rompant avec la logique de l’économie basée sur l’usure, l’inégalité et la spéculation. Comment sortir de la société de la convoitise, de la pub et de la consommation. Bref, les Français le savent bien, on attend des candidats et des partis qui proposent une voie de rupture avec le système dominant arrivé à bout de souffle et incapable de se renouveler.

  2. Je ne saurais trop vous encourager et vous souhaite de tout mon cœur que vous réussissiez dans votre démarche et que parveniez à montrer la voie aux musulmans abasourdis et à la volonté toute béante.

    D’aucuns feraient mieux de s’en inspirer, qui contribueraient à rendre possible le droit et l’égalité pour tous.

  3. Ce qui démontre de manière intrinsèque le côte communautariste de ce mouvement, est l’ordre des mot employés dans son nom : Union des Démocrates Musulmans Français.
    Vous ne rassemblerez rien d’autre que vous même sous cette appellation et resterez marginaux.

    Par contre, l’Union des Démocrates Français Musulmans aurait une dimension bien plus crédible vis-à-vis de la majorité des Français, qui auraient moins tendance à considérer que vous privilégieriez davantage les musulmans que les Français.
    A moins que ce soit effectivement votre objectif de privilégier les musulmans d’abord.
    Mais dans ce cas ca sent le repli haineux que vous condamnez chez les autres…
    Hypocrisie?

    • Vous avez dû vous tromper de site web, ici c’est Oumma.com, pas françaisdesouche.com.
      Et tant que vous y êtes, vous pourrez reprendre votre vrai nom.

      PS: « par contre » n’existe pas en français écrit, on dit « en revanche ». Au moins vous aurez appris quelque chose chez ces musulmans que vous haïssez tant.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *