in

Londres : une mère et ses deux filles traînées en justice pour avoir agressé violemment une femme voilée

Aussi ignoble que cela puisse paraître, agresser une femme musulmane en plein jour et tenter de lui arracher son voile au détour d’une rue ou à la sortie des écoles, et comble de l’abject, devant ses enfants terrifiés, est devenu un vrai sport national ici et ailleurs, auquel s’adonne avec une totale décomplexion, ou encore une rage décuplée, voire une mauvaise foi confondante le sexe dit faible.

Autant de qualités que réunissent parfaitement Emma Marie Camilleri, 35 ans, et ses jumelles de 18 ans…

Desinhibées, enragées et profondément malhonnêtes, au risque de se rendre coupables d’un vilain parjure, Emma Marie Camilleri, cette mère de famille et chef de bande, a comparu hier devant le tribunal de Croydon, au sud de Londres, accompagnée de ses complices qui ne sont autres que ses deux filles, Sarah et Ashleigh, afin de répondre de l’odieuse attaque commise à l’encontre de Mai Saber, une jeune maman musulmane de 25 ans, en juin dernier.

Niant tout en bloc avec un aplomb phénoménal, ce trio infernal n’a toutefois pas réussi à intimider la plaignante, restée imperturbable en dépit d’une confrontation qu’elle redoutait par-dessus tout, et dont la version des faits a été corroborée par un témoin de poids qui s’était interposé entre elle et ses assaillantes déchaînées.

Cette attaque, verbale et physique, particulièrement violente avait pris par surprise la malheureuse Mai Saber, alors qu’elle venait chercher tranquillement ses deux jeunes enfants à l’école primaire islamique Al-Khair.

A-t-il eu peur, au dernier moment, de défendre des criminelles indéfendables ? Toujours est-il que l’avocat des trois furies a brillé par son absence, obligeant la présidente de la Cour Mimi Watts, après l’avoir attendu vainement, à ajourner le procès en juin prochain. Quant à Mai Saber, qui pensait pouvoir tourner la page de cet épisode éprouvant à l’issue d'une journée décisive, il lui faudra s’armer de courage pour croiser à nouveau le regard de trois dangereuses islamophobes.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

La célèbre marque japonaise Uniqlo lance sa première collection de hijabs et de “modestwear” aux Etats-Unis

Des “migrants en mal de sexe” : le tour du monde d’un gros fake (vidéo)