in

Loi sur le génocide arménien : Ankara s’indigne

Le premier coup de semonce en provenance d’Ankara n’y a rien fait, les sénateurs, animés par la même inconséquence que leurs pairs de l’Assemblée Nationale,  ont  entériné hier une volonté de légiférer là où la loi n’avait pas à passer : la sanction de la négation des génocides reconnus par la France, avec au premier chef celui des Arméniens en 1915.

Au grand dam des décideurs économiques qui font commerce avec la Turquie, le responsable de la Chambre de Commerce française installée de l’autre côté du Bosphore se désolant de cet entêtement à la française, nos parlementaires ont cédé aux sirènes de l’électoralisme, alors même que la France, au bord du gouffre économique, ne peut plus s'offrir le luxe de jouer les moralisateurs.

Une pluie diluvienne de réactions a fustigé, en Turquie,  la ratification de ce projet de loi, le Premier ministre Erdogan ayant indiqué qu’il ne foulerait plus le sol français si la loi était promulguée.  La voix d’Alain Juppé quiappellait Ankara, hier, sur Canal +,  "à conserver son sang froid", en renouvelant son opposition à cette loi de la discorde, semble se perdre dans un tonnerre d’indignations, allant du ministre turc de la Justice, Sadullah Ergin, qui a dénoncé "un manque total de respect pour la Turquie", au ministre des Affaires étrangères qui a "condamné fermement un acte irresponsable", en passant par  le ministre du Travail qui s’est emporté : "Sarkozy, passera dans l'Histoire comme l'homme qui a massacré l'Histoire".

La presse  turque était à l’unisson, s’offusquant d’un coup de poignard français porté à la liberté d’opinion : "Le président français Sarkozy a tourné le dos à la liberté et à la Turquie pour quelques votes", critiquait le journal populaire Posta, tandis que le journal à grand tirage Hürriyet barrait sa une d'un grand "Il a massacré la démocratie", à côté d'une photo de Nicolas Sarkozy.

Après avoir donné des verges pour se faire fouetter, la France est à présent sur la sellette en Turquie, les prochaines heures pouvant sonner le glas des relations économiques et diplomatiques. Beau résultat pour quelques voix arméniennes dans l'escarcelle présidentielle !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

La Tunisie s’impose face au Maroc au prix d’un hold-up parfait (vidéo)

Valérie Pécresse ignore le nombre de soldats français morts en Afghanistan