in

Logiciel espion Pegasus : Salah Hamouri porte plainte en France contre NSO, l’entreprise israélienne qui l’a conçu

Alors que l’arbitraire israélien, sans trêve et sans limites, l’a de nouveau frappé, le 7 mars dernier, l’envoyant une fois encore croupir en prison, sous le régime cruel et inique de la détention administrative (à savoir sans inculpation ni jugement, pour une durée inconnue et renouvelable indéfiniment), Salah Hamouri, dont la résistance est loin d’avoir été annihilée par ce terrible acharnement à son encontre, long de 20 ans, a courageusement lancé la contre-attaque… judiciaire.

Nous vous invitons, à cet égard, à lire ou relire l’entretien qu’a accordé à Oumma, le 11 mars, Bertrand Heilbronn, président de l’Association France Palestine Solidarité, dans lequel celui-ci réagissait à l’annonce de la nouvelle arrestation insupportable de l’avocat franco-palestinien.

Militant des droits humains dans l’âme et ardent défenseur des droits des prisonniers politiques palestiniens, Salah Hamouri vient de porter plainte en France, mardi 5 avril, conjointement avec la Fédération internationale pour les droits humains (FIDH) et la Ligue des droits de l’homme (LDH), contre l’entreprise israélienne NSO Group Technologies, conceptrice du logiciel espion Pegasus, pour l’avoir illégalement infiltré dans son téléphone. 

Publicité

Cette violation a commencé sur le territoire palestinien occupé et s’est poursuivie sur le sol français, ce qui constitue une violation caractérisée du droit au respect de la vie privée, en vertu du droit français.

Comme le rapporte le site de l’AFPS : « En octobre 2021, Salah Hamouri a contacté Frontline Defenders (FLD) afin de procéder à un examen de son téléphone, après avoir découvert que les téléphones d’autres défenseurs des droits humains palestiniens avaient été infiltrés. Frontline Defenders a terminé son enquête en novembre 2021 et a fait confirmer ses conclusions par Citizen Lab et Amnesty International. L’enquête a révélé que les téléphones de Salah Hamouri et d’autres défenseurs des droits humains palestiniens avaient été piratés par le logiciel espion Pegasus, commercialisé par NSO Group, une entreprise technologique israélienne. L’enquête a confirmé que le téléphone de Salah Hammouri avait été infiltré en avril 2021. En décembre 2021, Salah Hamouri a demandé à la FIDH de le représenter pour porter plainte contre NSO Group, qui s’est illégalement servi de son logiciel espion pour pirater et infiltrer non seulement son téléphone, mais aussi tous les détails de sa vie professionnelle et de sa vie privée, le privant ainsi, entre autres, de son droit au respect de la vie privée.»

Publicité

« Nous exhortons aujourd’hui la procureure de la République de Paris à ouvrir une enquête préliminaire sur les violations dénoncées dans notre plainte », appellent à l’unisson les avocats Emmanuel Daoud, Clémence Bectarte et Patrick Baudouin.

Avec, pour seules armes, sa détermination farouche, inébranlable, et sa parfaite connaissance du droit, Salah Hamouri, la bête noire de l’Etat d’apartheid, continue de le clamer haut et fort, même derrière les barreaux de geôles infâmes : « Je poursuis mon combat parce que je veux que tous les Palestiniens puissent vivre dans la liberté et la dignité, et je sais que cela ne se fera pas sans lutte ni sans sacrifice de la part de ceux qui sont prêts à prendre position ».

Son épouse, Elsa Lefort Hamouri, qui est interdite d’entrée en Israël depuis 2016, a témoigné récemment, en faisant preuve d’une dignité inaltérable, malgré les épreuves.

Publicité

Laisser un commentaire

Chargement…

0

Tunisie: Il n’y a pratiquement plus de pain à vendre dans les boulangeries, en pleine période de ramadan

Ramadan : tour d’horizon en images de musulmans effectuant la prière de Tarawih