in

L’Iran, destination phare du tourisme médical et de santé du monde islamique

Sa réputation n’est plus à faire en matière de soins de santé de qualité et d’installations médicales de pointe, l’Iran s’est imposé au fil du temps comme la destination privilégiée de ses proches voisins musulmans, qui sont plus de 30 000 à converger annuellement vers ses hôpitaux dans le cadre du tourisme médical, et plus de 20 000 à fréquenter ses cliniques de bien-être et autres centres de thalassothérapie dans le cadre du tourisme de santé.

A ce fort potentiel touristique très ciblé, qui n’a rien désormais à envier à  l’Europe et aux Etats-Unis, jusqu’ici difficiles à égaler et a fortiori à surclasser, s’ajoute une situation géographique idéale qui permet à la République islamique d’Iran d’attirer sur son sol une clientèle limitrophe ou avoisinante en constante augmentation et diversification, parmi laquelle les  Afghans, les Pakistanais, les Arméniens, les Azerbaïdjanais, les Irakiens et les Turcs comptent parmi ses plus fidèles patients. Les émirats du Golfe persique, les pays d’Asie centrale et certaines contrées d’Amérique latine n’hésitent plus à s’envoler vers la terre persane, conquis, eux aussi, par un rapport qualité-prix des prestations médicales qui fait la très nette différence.

Riche d’une main-d’œuvre hautement qualifiée, de spécialistes de renom, d’infrastructures modernisées et en expansion, d’une industrie pharmaceutique en plein essor, l’Iran, qui peut se targuer de figurer dans le Top 5 des pays les plus performants en biotechnologie, recueille les fruits de son investissement dans le développement du tourisme médical, un pari d’avenir relevé haut la main. Sans jamais avoir eu recours à de grandes campagnes promotionnelles pour vanter ses spécificités sans équivalent au Moyen-Orient, telles que sa chirurgie générale, cardiaque, des yeux ou encore esthétique, mais aussi ses traitements de la fertilité, de cellules souches et la dialyse, le bouche-à-oreille a été de loin son meilleur vecteur de communication.

Richement doté en sources thermales, appréciées pour leurs vertus curatives, qui sont plus de mille à couler dans ses montagnes, et tirant profit de ses déserts, propices à la relaxation, la contemplation et la méditation, l’Iran a su également exploiter ses atouts naturels précieux, qui en ont fait en l’espace de quelques années un haut lieu incontournable du tourisme de santé.

Si l’on devait dresser une cartographie des disciplines médicales dans lesquelles l’Iran est passé maître, on réaliserait très vite que son système de santé couvre l’ensemble de son territoire, une autre carte maîtresse qui vient renforcer le maillage d'un pôle d’excellence à nul autre pareil :

-La province de Téhéran est connue et reconnue pour son traitement de la tuberculose et des maladies pulmonaires ;

– Khorasan Razavi croule sous les demandes pour des hospitalisations en ophtalmologie, soins de la peau, chirurgie cardiaque et orthopédique ;

– Fars s’est spécialisée dans les greffes de moelle, du foie, des reins… ;

– Yazd fait l’unanimité pour son traitement de l'infertilité ;

– Qom est prisé pour son soleil et sa zone désertique ;

– Enfin, Hamedan, Ilam et Zanjan, ont vu fleurir des centres de médecine à base de plantes dont le succès ne se dément pas.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

La marque Divine lance sa nouvelle gamme de chocolat halal

La « Fraternité musulmane » en pleine expansion aux Etats-Unis