in

L’interview complaisante dans l’Humanité de Kamel Daoud, le chouchou de BHL

On n’attend pas du quotidien l’Humanité une sympathie particulière pour les arabes et autres musulmans. La période de la Guerre d’Algérie a laissé des traces. Ce temps où des militants du Parti Communiste, quelques courageux, bravant les consignes de leur journal se plaçaient en rupture, et devenaient porteurs de valises. Ou mieux encore, comme Fernand Iveton le guillotiné de Mitterrand, des martyrs. Soixante années plus tard, l’arabe et le musulman a toujours de la difficulté à trouver une juste place dans l’Humanité en particulier et dans l’humanité en général. La preuve de ce que j’avance est à portée de main. Le 24 février, ce  journal qui a perdu en route et le marteau et la faucille, vient de publier un long entretien avec Kamel Daoud, le journaliste-écrivain algérien qui éprouve une profonde haine, assumée, pour les arabes et les musulmans. Pourquoi pas ? La parole est libre. Dans ce cas, le devoir de celui qui pose les questions, s’il est vraiment journaliste, est de les formuler toutes, donc les plus gênantes, cruelles ou dérangeantes. Des qualités totalement absentes de l’entretien donné par Daoud à l’Huma.

Le prototype de la bonne question aurait été celui-ci : « Aujourd’hui que vous êtes le chouchou de BHL et de ses amis, que vous avez trouvé refuge chez le milliardaire François Pinault, que vous êtes aussi adulé par les Zemmour, Finkielkraut et Bruckner, que répondez-vous à ceux qui vous accusent de « tirer sur vos frères », d’être un « néo harki » » ? Voilà une réponse que nous aurions aimé lire. En place de cette longue séance de brosse à reluire, pure soie, où le penseur libéré était brillant car bien astiqué sur papier Huma. Pour ceux qui ont échappé au tsunami Daoud, déclenché par les nouveaux réactionnaires de Saint-Germain-des-Prés, un petit résumé s’impose.

Après avoir été lui-même un musulman du genre intégriste, donc BCG, Daoud a jeté Barbe, Claquette et Gandoura pour s’affirmer laïque, donc BCBG. C’est son droit. Et, comme jadis Renan le fit pour le catholicisme, Daoud va s’auto alimenter d’une haine de l’islam. Puis, pour faire mesure, de tous les arabes. On pourrait parler de haine de soi, de la nécessité urgente d’une psychanalyse, mais bon, Daoud n’est pas un névrosé, mais on nous le dit, un « libéré ». Vous aurez remarqué que dans notre monde tel qu’il est, tout auteur qui crache sur « l’arabo-musulman » entre illico dans le sérail de ceux qui ont eu « le courage de surmonter les tabous, de briser le  plafond de verre ».

Un statut qui, en bas morceaux, part des Sifaoui et Chalghoumi, pour devenir des Daoud, Finkielkraut, Zemmour, Bruckner, Houellebecq en haut de la bête, près du filet et de l’aloyau. Prenez l’un de ceux-là, mettez-les devant une caméra ou un micro, ils ne disent rien d’autre que la vérité. Toujours. Ces courageux cracheurs font du bien à la vérité. Ils sont autant de Saint Jean Bouche d’Or. Alors que ceux qui les critiquent ne sont que de minables « islamo-gauchistes », variété peu à la mode, y compris aux neurones des penseurs de l’Humanité.

Car, quand même ! Quand même ! La monstruosité raciste est là, même si Daoud et ses sponsors  souhaitent que l’on oublie cet épisode. Au lendemain des soi-disant « viols de Cologne », notre Daoud sort son Bic pour nous régaler de ces mots humanistes et nuancés, que voici : « Mais comment pourrait-on imaginer être agressée en pleine ville par un troupeau de bêtes sauvages sans que personne n’intervienne ? […]. On assiste à un choc des cultures : d’un côté des pays où les femmes sont cachées, voilées, confinées au foyer. Et de l’autre une culture où les femmes sont libres, les cheveux au vent, fières de leur corps et de leur indépendance […]. En agressant ces femmes libres et fières, n’est-ce pas en partie les valeurs occidentales qu’on agresse ? »…« L’Autre vient de ce vaste univers douloureux et affreux que sont la misère sexuelle dans le monde arabo-musulman, le rapport malade à la femme, au corps et au désir. L’accueillir n’est pas le guérir. Le rapport à la femme est le nœud gordien, le second dans le monde d’Allah. La femme est niée, refusée, tuée, voilée, enfermée ou possédée ». Dix-neuf universitaires courageux, toujours dans Le Monde, ont eu le courage de protester de cette immondice. Pour ne recueillir que des quolibets, des noms d’oiseaux qui vont si bien aux « ringards ». Saluons-les.

Face aux bonnes causes, aux urgences, vous avez observé que les « grands » journaux du « monde libre » -celui de l’OTAN- ouvrent leurs colonnes aux fabricants de vérité. Outre « Le Monde », sur le scandale des « viols musulmans » de Cologne, c’est sans peine que Kamel Daoud frappe dans les pages du New York Times. Voici un extrait de sa seconde salve :

« L’une des grandes misères d’une bonne partie du monde dit “arabe”, et du monde musulman en général, est son rapport maladif à la femme »;

« Dans certains endroits, on la [la femme] voile, on la lapide, on la tue ; au minimum, on lui reproche de semer le désordre dans la société idéale » ;

« Le couple n’est plus un espace d’intimité, mais une préoccupation du groupe. Il en résulte une misère sexuelle qui mène à l’absurde ou l’hystérique » ;

« Dans certaines terres d’Allah, la guerre à la femme et au couple prend des airs d’inquisition » ;

« [Dans certaines terres d’Allah] on fantasme ailleurs, soit sur l’impudeur et la luxure de l’Occident, soit sur le paradis musulman et ses vierges » ;

« Le sexe est partout. Et surtout après la mort »…

Au directeur de l’Humanité cette prose semble convenable… Utile pour secouer le carcan archaïque et réactionnaire qui fige le monde arabo-musulman comme dans un plâtre… Dans tout ça, rien de raciste. Pas une virgule.

Mais à quoi bon se livrer à une analyse de texte, à triturer la sémantique ? Tout cela est inutile car l’Humanité, comme la presse bien-pensante, ignore l’axiome : les « viols musulmans de Cologne » n’ont jamais existé. Petit à petit la vérité accouche d’un monstre, et le trivial quotidien Bild Zeitung s’est lui-même excusé : tout ce drame, cette affaire de viols en Allemagne, commis par des « migrants, essentiellement  maghrébins », n’est qu’une rumeur montée au fouet. Le tout sous la poigne de groupes fascistes allemands, avec l’aide de policiers et de journalistes bienveillants.  Et pour les journées d’injures répétées, on a le devoir d’écrire à Pujadas, à TF1 et tous autres afin de les contraindre à un grand pardon. Donc, c’est un mensonge qui a servi de carburant au camion poubelle de Daoud.

Mais cet écrivain-journaliste est si universel que l’on doit élargir le spectre, et un peu mieux le passer aux rayons X. Lire par exemple ce qu’il a publié sur le drame des Palestiniens… Et c’est équipé de gants de ménage que je vous livre la généreuse pensée « daoudienne » qui, bien sûr et comme toujours, parle de lui :

« Non, le chroniqueur n’est pas « solidaire » de la Palestine. […] Non donc à la “solidarité” par conditionnement religieux et « nationaliste ». […] La “solidarité” qui se juche sur l’histoire d’un peuple malmené et presque sans terre au nom de la haine de l’autre. Cette « solidarité » concomitante que le chroniqueur a vomie dans les écoles, les manuels scolaires, les chants et l’arabisme et l’unanimisme religieux. […] Le drame palestinien a été « arabisé » et islamisé à outrance au point où maintenant le reste de l’humanité peut se sentir débarrassé du poids de cette peine. C’est une affaire « arabe » et de musulmans. Cette solidarité qui a transformé un drame de colonisation entre clashs de religions, de haines et d’antiques mythologies exclusives. Cette solidarité VIP que le chroniqueur ne veut pas endosser, ni faire sienne. » …« Le monde dit “arabe” est le poids mort du reste de l’humanité. Comment alors prétendre aider la Palestine avec des pays faibles, corrompus, ignorants, sans capitaux de savoir et de puissance, sans effet sur le monde, sans créateurs ni libertés ? Comment peut-on se permettre la vanité de la « solidarité » alors qu’on n’est pas capable de jouer le jeu des démocraties : avoir des élus juifs “chez nous”, comme il y a des élus arabes “chez eux”, présenter des condoléances pour leurs morts alors que des Israéliens présentent des condoléances pour le jeune Palestiniens brûlé vif, se dire sensible aux enfants morts alors qu’on n’est même pas sensible à l’humanité. »

La philosophie est tirée, ne reste plus qu’à la boire. Ce qu’a fait avec délectation l’Humanité dans des verres en cristal offerts par BHL. Santé.

 

 

26 commentaires

Laissez un commentaire
  1. Un seul mot! À vomir comme toute cette clique de rapaces, de neo-harquis soutenue par des pseudo philosophes qui nous ont confisqué la parole..

    • Bonjour Batman.

      Vous avez le droit de ne pas partager l’avis de certains philosophes à la mode pas celui de discréditer les harkis et leurs descendants. C’est en partie grâce à leur sacrifice qu’en ce pays pour lequel ils ont combattu et été fidèles que vous avez droit à la parole.

  2. Pour commencer il devrait passer par la chirurgie pour ressembler à ses mentors.
    Il a oublié par ou à commencer le progrès et la science ,par les savants Musulmans de par le biais du livre sacré (le juridique ,l’héritage ,l’impôt cotisations sociales ,les chiffres etc etc).
    Il y a pire encore que les si fa oui ,voilegoumi et consorts..Qu’est ce qu’il est capable de faire pour l’apat du gain et un semblant de notoriété qu’il en oublie le tronc d’arbre dans son derrière..

  3. Pour l’avoir entendu, ici aux États-Unis, déclarer que le vrai sujet de son roman _Meursault contre-enquête_ n’est pas Camus, mais la religion, je ne vois aucune surprise à cette énième métamorphose d’un “intellectuel” arabe en un chantre de l’islamophobie et de la haine de soi. C’est la répétition du même modèle: le succès de librairie puis le retournement identitaire au sein de la machine idéologique éditoriale et médiatique occidentale. On agite un chèque, on les assoie devant une caméra, et le tour est joué. Il y a quelque année la même histoire s’est produite avec Boualem Sansal, qui lui est allé jusqu’en Israël pour célébrer la “réussite” du sionisme et mépriser les Palestiniens, juste là derrière les barbelés…

    Enfin, cette obsession de Daoud pour les “droits” des femmes arabes et leur sexualité (il en parle dans quasi chaque article!) nous interroge sur un phénomène de projection…

  4. Les 470 femmes ayant portées plainte pour agression sexuelles lors du réveillon 2016 à Cologne seront ravies d’apprendre qu’elles ne sont qu’une rumeur.
    Contrairement à ce qu’affirme certaines sphères, les agression du nouvel an 2016 à Cologne sont un fait établi et démontré. Les excuses du Bild Zeintung concernent la mise en avant d’une rumeur d’agressions sexuelles à Francfort lors du nouvel an 2017 ( rumeur démontée par la police)
    De deux choses l’une, soit M. Bourget, tout à sa haine de Kamel Daoud, est un imbécile qui ne sait pas de quoi il parle (ce dont je doute), soit, nettement plus grave, il se livre en pleine connaissance à un grave exercice de désinformation. Exercice pleinement réussi au vu de la haine et des insanités proférées par certains commentateurs de cet article.

    Comment un site qui se veut sérieux peut-il publier un tel monceau de contre-vérités?

  5. je suis bien de ton avis abou tahar – il n’ a pas l’habitude qu’on lui accorde de l’importance alors le sang lui monte à la tête et il ne sait plus ce qu’il dit – mesquine!!! et en plus il a vraiment un problème avec les femmes arabes et musulmanes… Allo maman bobo …aucune n’a voulu de lui le pauvre et il n’arrive pas à s’en remettre vite un psy ça lui fera du bien et à nous aussi

  6. Enfin, je comprends pourquoi son roman “Meursault” m’était tombé des mains…En littérature, comme pour n’importe quelle autre forme artistique, l’absence de sincérité ne pardonne pas. Ce qui me heurte le plus chez ces Zemmour, Daoud, Sifaoui, et autres Salman Rushdie, c’est leur inconscience et leur schizophrénie : pourquoi continuer à porter des patronymes renvoyant à une culture arabo-berbéro-musulmane ? M. Eric Zemmour, de grâce, montrez-nous donc l’exemple, et afin de mieux vous intégrer à votre patrie gaulo-française, faites-vous rebaptiser Eric Olivier !!!

  7. A mich Edga… c est ton cerveau qu ilfaut nettoyer au karcher mon pauvre ami…
    . Il a tout un pan qui ne fonctionne pas : il y a toujours eu des collabos de quelques bords que l on soit. Tu parle des harkis, parle aussi des résistants pieds nus, sans arme botter le cul à la grande armée coloniale… Et les arabes n ont jamais changer leur nom quoi qu il leur en coute

  8. C’est un article malhonnête. L’Humanite est le journal qui a été le plus censuré pour son soutien à l’indépendance de l’Algerie. Pour vous en convaincre, lisez ceci http://www.humanite.fr/monde/guerre-d%E2%80%99algerie-1954-1962-huit-ans-de-saisies-de-censures-de-proces-492482
    Ou mieux le livre consacré à cette question par Rosa Moussaoui http://www.histoire-immigration.fr/l-humanite-censure-1954-1962-un-quotidien-dans-la-guerre-d-algerie

    • Bien sûr que l Huma à été censuré. . Et s il avait été révolutionnaire il aurait été interdit. Un seul mot, le PCF ayant voté les pouvoirs spéciaux à Guy Mollet, l Huma a été le fidèle porte voix de cette ligne: l Algérie devait rester française.

  9. Il y avait les harkis de 1954/1962 qui avaient des armes.
    Il y a des harkis des années 2000 ils ont le stylos et le clavier.
    C’est à se demander ce que les uns et les autres avaient de si important et d’unique pour que la France ce serve d’eux.
    les premiers des indicateurs et de la chair à canon en 1962 ils furent abandonnés comme une vieille paire de chaussettes..
    Ces écrivains ou ces vendus de la plume, ils servent car ils insultent et maudissent leurs pareils en Algérie et critiquent l’islam, alors qu’en eux il n’y a aucune compétence qui fait d’eux des auteurs de renoms, juste des grattes papiers comme le furent leurs devanciers en 1962 des tortionnaires de leurs compatriotes.
    Un auteur ou écrivain de qualité a sa réputation qui se fait par les gens qui le lisent ou achètent ses livres. Ce phénomène eut dès le départ un prix comme Obama eut le prix Nobel alors qu’il vient de débuter dans ses fonctions de président. Là on peut voir que c’est la même main qui honore ces vendus.
    Pour montrer qu’il est faux et son inspiration ne “s’allume” que sur des ordres et injonctions, juste après son prix, comme un aveugle, il continue sur sa lancée et critique les migrants suite à l’affaire du présumé viol de Cologne, qui s’est avéré par la suite être une rumeur rien n’a été prouvé.
    Il n’est pas le seul, il y a Sansal, M’henni, etc.

    Que de la fouha…

  10. Vous n’avez rien compris au roman de Camus ni au roman de Daoud.
    Chers commentateurs à la gâchette facile de vitriol prenez un miroir et regardez-vous tels que vous êtes , cessez votre nombrilisme suicidaire faites une introspection sans concession et tirez vos conclusions.
    Le monde occidental n’est plus responsable de nos malheurs,nous nous en causons tous seuls difficultés .

  11. Avez vous vu le spectacle donné par le monde arabe ? En guerre quasiment dans tous les pays où assis sur des dictatures religieuses ou militaires. Pour être objectif, une belle tentative pour apprendre à se parler et se respecter malgré des idées différentes : Tunisie. Bref des millions de morts partout dans le monde. Bien sûr il ne faut pas cracher sur l’islam, ni même prononcer ce mot sans se faire passer pour un islamophobe. Etre musumlman cache des situations tellement différentes allant de personnes éclairées humanistes pour finir aux barbares djihadistes. Etre musulman ne veut plus rien dire. Il faut compléter par “quel musulman es tu ? Bon, généreux ou fondamentaliste, djihadistes, salafiste, wahbite ? Et si tous les auteurs incriminés dans vos commentaires étaient une chance ? Et si plutôt que de balancer votre haine contre tout ce qui peut critiquer l’islam, on se posait la question Comment une belle religion a pu engendrer la barbarie ? Comment éradiquer combattre supprimer tout ce qui est inacceptable et trahit notre belle religion ? La 1ère serait de laisser tomber cette haine de l’islamophobe que vous brandissez des qu’on écrit le mot islam. Est-ce que je vais me faire insulter ou est ce qu’on va pouvoir ouvrir la discussion ?

    • Je plussoie, en précisant que parmi tous les “incriminés” intellectuellement et culturellement moins dotés ne poursuivent pas les mêmes buts .

      Pas photo entre entre le pétillant ZEMMOUR et le SIFAOUI , ni de points communs entre CHELGHOUMI et le brillant DAOUD . Oranais j’étais parmi les nombreux lecteurs qui appréciaient sa chronique “Raina Raikoum” d’une pertinence et d’une fraîcheur remarquables. Le journaliste explorait les sentiers de tabous religieux avec calme et assurance , tout comme il dénonçait les abus du pouvoir. Le seul doute qu’il m’inspira , vu la tolérance manifestée à son égard par ceux qu’ils dénonçait était son appartenance aux services de sécurité. Ses chroniques étaient publiées dans un journal francophone favorable à Bariz , propriété d’un petit cercle d’industriels mené par un DAF à la retraite . Notre homme est issu du même terreau qu’un autre écrivain , ancien officier de l’ANP qui sur ordre a quitté l’uniforme pour venir en France pasticher l’auteur de SAN ANTONIO en cumulant les privilèges accordés par les généraux algériens. Retraite d’officier, plus salaire d’un diplomate qui dirigeait la représentation culturelle des dictateurs et diverses responsabilité de leur ambassade française.

  12. Quelle suffisance ! Pour ce qui est de gâchette facile tu ne te défends pas mal non plus ..
    Une vision manichéenne des situations ne peut être prise au sérieux… Et les conclusions hâtives qui vont avec non plus

    • Chalabî si c’est à mon article que vous répondez. Je reconnais que le pb est bien plus complexe que ce que j’ai écrit, mais en quelques lignes, difficile de ne pas tomber dans la facilité. Mais il n’en reste pas moins que les musulmans sont une mosaïque irréconciliable, c’est tout sauf un corps uni, et il faut bien trouver des lignes de fractures ce que font tous les pays. Je déplore que les musulmans qui réfléchissent soient enfermés dans les dogmes qu’ils ont appris (différents du voisin) et que toute remise en cause soit prise comme une insulte

  13. quand on regarde tous les pays musulmans, on voit soit des pays en guerre, soit des dictatures’religieuses ou militaires. Une exception ou une vie démocratique émerge, ou les partis commencent à se parler : la Tunisie. Bref bilan désastreux avec des millions de morts. On ne peut plus simplement dire : je suis musulman, il faut aussi dire quel musulman je suis, puisque l’islam à engendre le plus beau et le plus laid des barbares. Comment est ce possible ? Faut il lutter contre les barbares ? Oui tous les pays le font. Faut-il aussi réfléchir sur le terreau qui amène aux barbares et qui peut etre incompatible avec le vien vivre ensemble de différentes communautés ? Oui. Je suis consterne de voir qu’à chaque fois que quelqu’un prononcé le mor islam, on le surveille pour le traiter d’islamophobe. Et si on écoutait tous ces musulmans qui luttent contre l’silamisme quelquefois’au péril de leur vie plutôt que de s’offusquer et de les insulter ? Et si ils étaient une chance dans la remise en cause nécessaire de l’islam, dans la suppression de l’islamisme ? Est’ce que je vais me faire insulter comme daoud dans cet article ou est ce qu’on va ouvrir l’a discussion ?

    • Vous semblez confondre les questions, sous couvert de défendre K. Daoud ce qui est votre droit.

      Mais soyons clairs, il ne s’agit pas de mettre la tête dans le sable et de se convaincre que tout va bien dès lors qu’on est musulman. C’est sans doute aujourd’hui plus que jamais que la sphère musulmane doit s’engager dans la réforme. Regardez l’islam qui a longtemps était le flambeau des sciences s’est éteint: où sont les lauréats musulmans du Nobel en sciences? Où sont les universités prestigieuses du monde musulman? Pourquoi l’extrémisme est-il hélas devenu la norme pendant que les vrais théologiens n’ont plus rien à dire?

      Puis il y a les individus du type K. Daoud qui jettent l’éponge et se rangent du côté des ennemis déclarés de l’islam, soit par ignorance (Daoud connaît très bien sa religion), soit par opportunisme et haine de soi (Daoud n’est un avatar de cette vague). Ne confondez pas K. Daoud le journaliste des années 1990 qui dénonçait à juste titre le désastre politique et économique en Algérie, et K. Daoud le romancier des années 2000, devenu la coqueluche de la machine islamophobe occidentale. C’est un vieux truc colonial que de retourner “l’indigène”, d’en faire la marionnette dont la voix sera plus “légitime” puisqu’il parle de l’intérieur.

  14. Abou merci pour votre reponse. Je défends daoud parce que l’attaque de cet article est manifestement à charge. Je reconnais que les articles de daoud sont très virulents, mais souvent Très vrais. Mais je suis Très content de voir des musulmans ne pas vouloir mettre la tête dans le sable. Je pense qu’il s’agit d’une proportion importante mais qui se voit beaucoup moins que l’autre partie importante et qui se complaît dans le communautarisme, l’intégrisme et qui met les rites au dessus des valeurs de bonté et de generosite

  15. il resemble a ces hypocrites arabes qui ont rusé a l epoque du prophete (saws) puis se sont tus sus abou bakr et omar avant de cracher leur venin sous othman et ali
    comme on dit le fruit est tombé bien loin de l arbre. cet energumene n hesitera pas a saluer shamir a embrasser netanyahu au nom de sa liberté
    jamais un traitre ne defendra les siens memes opprimés car il a fait de la haine de l islam son fonds de commerce
    il fait partie de ceux qui ont echangé l au dela contre cette vie terrestere et quel mauvais commerce !!

  16. Où sont les commentaires de femmes ? Leurs paroles seraient pourtant les bienvenues dans cet affrontement masculin dont chaque camp invective l autre au nom de la Vérité . avec le détenteur de la vérité supreme dont le nom se resumé à 3 initiales ét qui est à lui seul une fabrique de venin ét de tensions ..Qu il prennent exemple sur le Dalai Lama ou le pape François

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Netanyahou refuse qu’une rue d’une petite ville arabe israélienne porte le nom de Yasser Arafat

L’ambassadrice d’Israël en France demande de censurer la Semaine contre l’Apartheid Israélien