in ,

L’incroyable rétablissement d’une femme émiratie après un coma long de 27 ans

Plongée dans un coma jugé irréversible depuis 1991, l’Emiratie Munira Abdulla est sortie miraculeusement de son profond sommeil l’année dernière, renaissant à la vie en défiant la médecine, après avoir perdu 27 précieuses années.

Grièvement blessée au cerveau dans un accident de voiture qui l’arracha aux siens à l’âge de 32 ans, elle a subitement repris conscience en juin 2018, à l’aube de la soixantaine.

C’est dans l’hôpital allemand où elle fut transférée en 2017 pour bénéficier d’un traitement pluridisciplinaire, grâce à la subvention octroyée par le Crown Prince Court d’Abou Dhabi, très sensibilisé à son cas, que cette mère de famille s’est réveillée pour le plus grand bonheur de son fils.

Omar Webair n’avait que 4 ans lorsque sa maman lui fut cruellement enlevée par un terrible accident survenu à Al Ain, l’oasis située à l’est d’Abou Dhabi où sa famille résidait à l’époque. Malgré son très jeune âge au moment du drame qui allait bouleverser son existence, le souvenir précis de sa mère, assise à ses côtés à l’arrière du véhicule et tentant de le protéger du mieux qu’elle pouvait, est resté gravé dans sa mémoire.

Publicité

En grandissant, ce fils aimant n’a jamais quitté le chevet de sa maman, refusant de perdre espoir même dans les moments difficiles, où il était en proie à un profond abattement devant son état végétatif, en pleine stagnation.

Rares sont ceux qui auraient alors parié sur l’extraordinaire rétablissement de Munira Abdulla, et pourtant… Intriguant le corps médical et attirant les médias internationaux comme des mouches, son réveil spectaculaire a été précédé par quelques signes avant-coureurs qui ont fait battre follement le coeur de son fils.

« Il y a eu un malentendu dans la chambre d’hôpital et elle a dû sentir que cela se retournait contre moi. Elle s’est mise à émettre des sons étranges. J’ai aussitôt appelé les médecins, mais ils ont trouvé cela normal. Trois jours plus tard, alors que j’avais passé la nuit auprès d’elle, je me suis réveillé brutalement en entendant quelqu’un m’appeler par mon prénom. C’était ma mère ! », a-t-il relaté récemment, les larmes aux yeux.

« C’était juste incroyable ! Pendant des années, j’ai rêvé de ce moment-là et puis, tout à coup, le miracle s’est produit. J’étais fou de joie, je pleurais et je riais en même temps ! », a-t-il poursuivi, visiblement bouleversé.

Publicité

Hospitalisée à nouveau chez elle, à Abou Dhabi, l’état de Munira Abdulla a évolué de manière constante et satisfaisante au fil des mois, devenant de plus en plus réactive, comme l’a mis en lumière un rapport publié par l’hôpital de Mafraq : « La patiente est actuellement capable de communiquer, en particulier face à des situations familières, même si elle a encore du mal à formuler des phrases complètes ».

Dernièrement, Munira Abdulla a pu se rendre dans la somptueuse mosquée Sheikh Zayed, la plus grande des Emirats arabes unis, dont le chantier pharaonique, qui s’est échelonné sur 12 ans, démarra en 1995, quatre ans après son tragique accident de voiture.

« J’ai tenu à partager notre histoire pour réconforter les autres personnes qui vivent le même drame que nous, et leur dire de ne pas perdre espoir en leurs êtres chers. Ne les considérez pas comme morts, même s’ils semblent l’être. Toutes ces années, les médecins n’ont cessé de me répéter que le cas de ma mère était désespéré, que les traitements, même les plus novateurs, étaient vains, mais je n’ai jamais pu me résoudre à baisser les bras. J’ai tout tenté pour que son état s’améliore un jour, et cela a fini par arriver », a expliqué Omar Webair, avant d’être entièrement submergé par l’émotion.

Exceptionnel à plus d’un titre, le rétablissement de Munira Adbulla lui a fait rejoindre la courte liste des rares « miraculés » de longs comas, recensés à travers le monde. Des cas qui déconcertent et fascinent toujours autant la médecine.

Publicité

Publicité
Publicité
Publicité

4 commentaires

Laissez un commentaire
  1. Oui enfin c’est plutôt les médecins allemands qui sont grands… Dieu a d’autres choses à foutre je pense… Sauver les palestiniens par exemple. Ah ben non. Il s’en fout aussi…

  2. Heureux pour cette femme et son fils.

    Je ne suis pas médecin, mais d’après ma longue expérience, en matière santé, dans mon entourage,
    Insuffisance est une maladie incurable, insuffisance cardiaque, respiratoire, motrice et que sais je encore.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Publicité

USA : une parlementaire américaine dépose une loi pour sanctionner Israël

Al-Amâna