in

L’histoire d’ une musulmane qui a vu le jour à Auschwitz

Quand la petite histoire s’inscrit dans la Grande Histoire, en empruntant des détours marqués par la tragédie, mais aussi par la renaissance à la vie, cela peut aboutir à une collision identitaire extraordinaire en plein cœur d'Israël. Ce cheminement hors du commun, relaté par le Figaro, c’est celui qui a guidé les pas de l’Israélienne Leïla Jabbarine, juive convertie à l’islam, qui a caché, pendant plus de 50 ans, un lourd secret à sa famille musulmane : sa naissance dans l’enfer du camp d’extermination d’Auschwitz.

Quand la septuagénaire, aux racines russo-hongroises, naquit sous le nom d’Helen Brashatsky, l’horreur de la « solution finale » était son seul funeste horizon. C’est à la bienveillance d’un médecin du camp que ses parents et elle-même durent leur salut. Après avoir survécu à l’innommable, la famille Brashatsky choisit la terre promise pour se projeter dans l’avenir, et s’installa à Tel Aviv. Devenue une jeune fille en fleur, Helen tomba amoureuse d’un jeune arabe israélien, Ahmad Jabbarine, ouvrier en bâtiment, et prit son destin en main, au grand dam des siens, en décidant de l’épouser alors qu’elle n’avait que 17 ans. Réconciliée avec ses parents, elle embrassa l’islam, sur les conseils de sa mère, notamment pour lui éviter le service militaire obligatoire.

Arrivée à l’âge de la grande maturité, 70 ans, cette femme à la trajectoire unique a estimé que le temps était venu pour elle de se délivrer du poids pesant de l’indicible, et de révéler à ses 8 enfants et 31 petits-enfants, qui connaissaient son origine juive,  les raisons profondes de son infinie tristesse à chaque commémoration annuelle du jour de la Shoah à la télévision israélienne.

Quand la petite histoire fait la Grande Histoire, en devenant un symbole vivant de la force irrésistible de l’amour et de la tolérance,  là où la haine humilie, assiège, raye de la carte, tue, mais ne scelle pas ou rarement d’unions, et encore moins d'unions maritales mixtes

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Un fidèle s’est jeté sur le Roi du Maroc

Un maghrébin expulsé d’Italie, ruban adhésif sur la bouche, mains ligotées derrière le dos