in ,

Lettre ouverte à M. Maoudj

M. MAOUDJ, NOUS SOMMES DANS LE TEMPS DU BDS ! (boycott, Désinvestissement, Sanctions)

Dans un billet « d’ humeur » intitulé « hors du temps », en page 2 du Midi-Libre du 26/06/2011 le journaliste Karim Maoudj tente de discréditer le tollé général qui s’est exprimé à Montpellier le samedi place de la Comédie et le dimanche devant Grammont contre la manifestation sioniste baptisée « Journée de Jérusalem ».

Le seul argument avancé par le journaliste est celui brandi depuis 2002 (« Opération Rempart » israélienne) par le CRIF contre les mobilisations de solidarité à la Palestine dans les quartiers populaires. En 2002 Le CRIF a accusé les jeunes des quartiers populaires d’importer le « conflit israélo-palestinien » dans les banlieues. On est habitué aux constructions tordues du CRIF qui faute d’argument multiplie les falsifications outrancières détournant ainsi l’attention sur de faux problèmes. Le CRIF de Marseille ne vient-il pas de déclarer qu’il n’y a pas de crise humanitaire à Gaza, que les magasins regorgent de marchandises et que les hôtels 4 étoiles font le plein ! De la propagande de bas étage s’il en est.

On se serait attendu à plus de raisonnement de la part d’un journaliste. A vrai dire l’origine du problème ne tient pas à une quelconque « importation » ou « exportation » du « conflit » israélo palestinien, mais au positionnement face à ce conflit. Le terme de « conflit » étant déjà une prise de position en ce qu’il renvoie symétriquement dos à dos les deux parties, comme s’il n’y avait pas un occupant et un occupé, un agresseur et un agressé…

Le vrai problème c’est que la droite, le parti socialiste et les associations sous sa zone d’influence ont – de longue date – pris parti pour Israël au mépris du droit international et des droits humains. Quand N. Sarkozy en pleine guerre israélienne de la 4ème armée du monde contre une population civile désarmée déclare que « Israël à le droit de se défendre » que fait-il, sinon approuver cette agression qualifiée depuis par l’ONU, de crime de guerre et peut- être de crime contre l’humanité.

Quand Hélène Mandroux (PS) au bout d’une semaine de bombardements israéliens contre le Liban et la mort de centaines de civils libanais, enfants y compris, prend l’initiative d’une délégation municipale et se rend à Tibériade en Israël, pour apporter le soutien des montpelliérains (avec l’argent des contribuables) au prétexte que la ville est jumelée avec Montpellier, que fait-elle contre toute évidence ? sinon désigner le Liban comme l’agresseur et se faire complice des crimes commis.

Quand G. Frêche au sortir de la guerre contre Gaza annonce la venue à Sète de l’entreprise israélienne Agrexco, fer de lance de la colonisation laquelle exporte frauduleusement (un constat d’huissier en fait état depuis) des produits de colonies sous le label « made in Israël » et qu’il affecte 45M€ à la construction d’un terminal fruitier pour la seule entreprise israélienne Agrexco, que fait-il sinon affirmer et faire affirmer par l’ensemble du Conseil Régional un soutien affiché et triomphant à la colonisation israélienne. Pire il engage l’ensemble des habitants de la Région dans ce choix criminel.

Quand N. Sarkozy, le premier ministre A. Juppé et B. Delanoë, maire de Paris (PS), à la veille du départ de la Flottille de la Liberté2, lancent une campagne pour la libération du soldat G. Shalid capturé sur le champ de bataille en train de tuer des Palestiniens au prétexte qu’il a une grand-mère française et la double nationalité, que font-il, sinon cracher sur les 1500 morts dont 430 enfants, des milliers de blessés et le blocus de Gaza qui prend en otage et affame1,5M d’habitants ?Et il faudrait que ceux qui ne sont pas d’accord avec ces choix politiques se taisent sous peine d’être accusés « d’importer le conflit israélo-palestinien » ?

Quand Frédéric Corcos président du Centre communautaire juif, organisateur de la « journée de Jérusalem » écrit pour appeler à cette journée : « … A travers le symbole de cettejournée, nous crions, avec tous nos amis, haut et fort, notre sionisme et notre soutien à l’Etat d’Israël !… JERUSALEM EST ET DOIT RESTER LA CAPITALE DE L’ETAT D’ISRAËL ! (…) Venez très nombreux commémorer ce 33ème anniversaire de la Journée de Jérusalem et soutenir ainsi l’Etat d’Israël, seul rempart de notre Peuple. Vive Israël ! »

Que fait-il sinon se mettre hors la loi en approuvant toutes les violations du droit et toutes les exactions commises par Israël à Jérusalem ? Que fait-il sinon inviter les élus de la ville, du département, de l’Agglo et de la Région à se faire complices de ces violations. Et quand on découvre que parmi les logos des sponsors de cette journée pas un logo des collectivités territoriales ne manque…

Il faudrait que ceux qui ne sont pas d’accord avec ces violations, avec le financement public d’une manifestation politique sioniste, donc coloniale et raciste, se taisent sous peine d’être accusés « d’importer le conflit israélo-palestinien » ou « d’allumer le feu communautariste » ? Allons M. Maoudj, en France vous avez le droit d’être sioniste, de soutenir l’état d’Israël, ses violations du droit, ses crimes, vous avez le droit de mépriser les Palestiniens et leur droit à l’autodétermination… Pourquoi prendre tant de détours ? M. Maoudj, le mouvement BDS qui se développe dans le monde entier et qui exige des sanctions contre Israël n’est pas « hors du temps », écoutez bien ce qu’il vous dit : « le sionisme a fait son temps » !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Exclusif : Athènes interdit officiellement le départ de la Flottille pour Gaza au nom de… l’ONU

Plus de 50 catholiques se forment sur l’islam et les relations catholiques/ musulmans