in

Les chiens aboient et la caravane persane passe !

Des matamores de Washington qui disent que « toutes les options sont sur la table » pour empêcher les pétroliers iraniens de rejoindre le Venezuela ; Téhéran et Caracas qui annoncent qu’ils sont « prêts à tout » pour défendre leur droit légitime à emprunter les routes maritimes internationales et à coopérer pacifiquement dans le domaine des hydrocarbures ; des navires iraniens qui parviennent à bon port sous escorte vénézuélienne, au nez et à la barbe des bellicistes de Washington ; le chef de la diplomatie chinoise qui déclare, le même jour, qu’un « virus politique » s’est déclaré aux États-Unis, où l’administration Trump semble décidée à mener une « nouvelle guerre froide ».
 Un Trump en état d’hystérie pré-électorale qui accuse la Chine des turpitudes les plus invraisemblables pour se disculper de sa nullité et de son irresponsabilité criminelles dans le traitement de la crise sanitaire ; des fuites au plus haut niveau qui laissent entendre que les États-Unis envisagent de reprendre les essais nucléaires, quelques jours après avoir annoncé leur retrait d’un nouvel accord de limitation des armements au grand dam de leurs alliés européens ; ces mêmes alliés, eunuques patentés de la géopolitique, réduits au rôle de spectateurs impuissants d’un bellicisme US dont ils sont les complices masochistes depuis des années et qui leur revient aujourd’hui en pleine figure.
 Quand tout arrive de la sorte, en même temps, on se dit à la fois que tout reste comme avant et pourtant que tout est train de changer.Tout reste comme avant parce que les États-Unis sont fidèles à eux-mêmes : la ploutocratie génocidaire qui se prend pour la nation élue de Dieu obéit à cette pulsion impériale qui la pousse à vouloir réduire à néant quiconque défie sa suprématie. Elle étale les breloques de luxe de son matériel militaire sur tous les continents et pratique une intimidation à grande échelle au moyen des 700 bases militaires qu’elle a réparties sur la surface du globe. Mais comme ça ne suffit pas à empoisonner la vie des autres nations, il faut encore qu’elle tente de détruire par inanition, en leur coupant les vivres, celles qui osent manifester la moindre velléité de résistance.
 Véritable maniaque du blocus, cette arme des lâches qui n’hésitent pas à priver des enfants de médicaments pour accroître leur puissance, la « nation exceptionnelle » dont le Tout-Puissant a fait don à l’humanité est aujourd’hui la seule au monde, et la seule dans l’histoire, à imposer des sanctions économiques à 39 pays ! Cibles privilégiées de cet empire du crime, l’Iran et le Venezuela lui font un formidable bras d’honneur, mais ne mésestimons pas le danger : l’Amérique est un gigantesque arsenal contrôlé par des sociopathes qui rêvent de domination planétaire. Elle utilise l’arme économique faute de pouvoir employer la force armée ; et sa capacité de nuisance n’a d’égale que son obstination à vouloir plier le monde à ses désirs.
 Et pourtant on se dit aussi que tout est en train de changer. Car lorsque l’impérialisme se contente d’aboyer au lieu d’agir, c’est qu’il est au bout du rouleau. Les bouledogues du Pentagone peuvent toujours montrer les crocs : pendant qu’ils aboient, la caravane pétrolière en provenance des montagnes perses atteint les rivages de la Caraïbe. Ils peuvent toujours débarquer des mercenaires dans une nouvelle Baie des cochons, cette expédition de ribouldingues est vouée à se fracasser sur les forces bolivariennes. Nouveau bégaiement de l’histoire, qui montre que la coalition des nations souveraines n’a pas perdu sa capacité de résistance à l’impérialisme. La caravane pétrolière qui relie Téhéran à Caracas symbolise l’alliance des vieilles nations historiques (Russie, Chine, Iran) et des jeunes nations issues de l’effondrement du colonialisme, dont la Syrie et le Venezuela représentent aujourd’hui le prototype. Adossée à l’alliance continentale russo-chinoise, elle risque de donner du fil à retordre aux fauteurs de guerre reconvertis en fauteurs de blocus.

Publicité
Publicité
Publicité

Commentaires

Laissez un commentaire
  1. Ne pas oublier que le pétrole vénézuélien est en grande partie un pétrole lourd, plus coûteux à extraire et plus difficile à raffiner. C’est la raison pour laquelle une grande partie de ce pétrole lourd était raffiné aux USA (avant l’ère Maduro), bien équipés pour ce type de pétrole et peu éloignés. Le transporter jusqu’en Iran n’a pas un grand sens économique mais un sens purement politique.
    Le drame, pour le Venezuela, c’est que le monde vit très bien sans son pétrole, pour l’instant, et le manque de devises touche cruellement un peuple déjà paupérisé.

  2. Je condamne sans hésitation ces blocus absurdes. Mais, quand on évoque l’Iran et le Venezuela, la moindre des choses est quand même de rappeler le caractère dictatorial de ces deux régimes ultra corrompus, dont les errements ont ruiné leurs populations.
    Ca ne justifie pas cependant le manoeuvres visant à affamer les habitants encore un peu plus. Je note aussi le fait que Trump a imposé des embargos en violation du droit international. Il s’agit là d’actes de guerre qui n’avouent pas leur vraie nature.

    • @patrice
      Ce qui a ruiné les populations, c’est avant tout l’embargo illégitime mené par les USA. Le caractère dictatorial est accessoire quand on crève de faim. Cet embargo a au contraire renforcé ces régimes et les a perreniser. Plus con tu meurs.
      Ce sont effectivement des actes de guerre je dirai même plus des crimes contre l’humanité: des actes qui sont l’exécution d’un plan concerté tendant à la destruction totale ou partielle d’un groupe national, ethnique, racial ou religieux, inspiré par des motifs politiques, philosophiques, raciaux ou religieux. Les salops qui ont perpetré ces actes passeront encore entre les gouttes du fait de la lâcheté de leurs concitoyens et celles des gouvernants étrangers et complices.

    • Parlez-moi de dictature ! Celles, largement fantasmées par la propagande, de Cuba, de Lybie ou de Syrie, n’ont été vitupérées (tout en caressant les pétromonarchies et Israël !?) que parce que l’oncle Sam voulait détruire ces pays.
      Je vis en France, belle et ancienne démocratie… au fonctionnement très peu démocratique finalement. Outre la gestion très autoritaire de la crise Covid-19, par 3 ou 4 personnes capricieuses arrivées là-haut par une drôle d’élection, on se rappellera que l’information du peuple y est verrouillée par une poignée de milliardaires propriétaires de presse et télés. Quant à la corruption, un tribunal idoine indépendant en trouverait sans doute autant dans l’hexagone qu’à Téhéran et Caracas. Du coup, je ne me sens pas de  » rappeler le caractère dictatorial  » de Rohani et Maduro.
      Merci à B. Guigue pour ce texte, et merci à Oumma de nous le laisser dégsuter !
      Dans quelle parfaite démocratie impeccablement honnête êtes-vous, heureux Patrice, pour rappeler ainsi ce qui (ne) peut (pas) excuser les saloperies de l’empire ?
      Merci à B. Guigue pour cet article, et merci à Oumma de nous le laisser déguster !

  3. Les raffineries vénézueliennes sont régulièrement incendiées ou saccagées par les émeutiers payés par la CIA et la bourgeoisie vénézuelienne .
    Pour mémoire et en essayant d’aller vite je rappelle l’épisode du coup d’état tenté contre Chavez en 2002 par cette bourgeoisie et cette CIA capables de tout :
    Chavez accède au pouvoir (élection ) en fin 1998 , il s’aperçoit assez rapidement que PDVSA société de production pétrolière nationalisée en 1976 conformément à la constitution vénézuelienne ne produit aucun bénéfice . Il s’aperçoit après étude que cela est dû au fait que 15000 cadres (issus de cette bourgeoisie prédatrice et antinationale) s’accaparent tous ces bénéfices (environ 600.000 dollars / cadre / an) grâce à un système de sociétés parralèles Et il décide en fin 2001 d’y mettre fin !
    Devant ce danger pour elle , la bourgeoisie , pour des prétextes inventés décide un coup d’état contre Chavez :
    -Le palais présidentiel de Miraflorès est investi par ses groupes violents , Chvez arrêté , emprisonné , conduit devant un peloton d’éxécution qui refusera de tirer .
    -Le peuple vénézuelien grâce au bouche à oreille est mis au courant des intentions de la bourgeoisie et de la CIA et envahit les rues de Caracas . afin de déclencher les incidents multiples , des snipers de la CIA tirent sur les 2 camps .
    Le peuple reprend le palais de Miraflorès , Chavez est libéré et reprend ses fonctions . Mais ne licencie pas les cadres responsables de ce chaos (Chavez est un chrétien qui croit dans la vertu du pardon ) . Il veut à nouveau s’attaquer au problème des bénéfices accaparés . C’est alors que les cadres véreux confisquent tous les codes d’accès à la production et les confient à une société proche de la CIA et refusent bien entendu de les communiquer à quiconque . Pour le Vénézuela , c’est l’asphyxie économique (quand j’y étais en mars 2010 , le litre d’essence coûtait 0,013centimes d’euros et il fallait mettre 70 litres dans le réservoir pour payer un euro )qui sera résolue par le travail jour et nuit de jeunes hackers proche du parti socialiste bolivarien durant près d’un mois qui permit de recomposer de nouveaux codes et la reprise de la production pétrolière .
    A partir de ce moment , PDVSA fournit à l’état vénézuelien 11 milliards de dollars annuels de bénéfice qui jouèrent un grand rôle dans la diminution spectaculaire de la pauvreté(passant de 50 à 22% ) , de l’accès à une santé gratuite et de qualité (qui n’existait pas pour le peuple auparavant ) l’alphabétisation de tous ……..
    Les 15000 cadres furent licenciés ce qui n’empêcha pas les médias occidentalistes d’hurler contre Chavez .
    Si vous n’avez pas en tête cet épisode vous ne pouvez pas savoir ce dont sont capables la CIA et la bourgeoisie anti nationale du Vénézuela .
    Depuis 1998 , cette dernière fait tout pour discréditer le chavisme aux yeux du peuple vénézuelien et en a hélas les moyens car elle détient de très nombreux leviers économiques du Vénézuela et le grand tort du Chavisme aura été de les lui laisser .
    Peut-être un jour certains parviendront à comprendre que pour qu’un peuple s’empare des moyens qui lui permettront de construire autre chose , il ne peut se contenter d’être un bisounours et que c’est une vraie guerre qui s’engage entre ces prédateurs bourgeois aidés des grands moyens de l’occidentalisme et de l’oligarchie sous jacente et un peuple souvent dépourvus de moyens .
    La chance du Vénézuela est que la carrière militaire a été délaissée par la bourgeoisie à l’inverse de bien des pays d’Amérique latine (Chavez était un capitaine parachutiste fils d’un instituteur et d’une paysanne ) et d’avoir aujourd’hui à ses côtés , la Russie , l’Iran et sans doute la Chine .
    Le Vénézuela est un enjeu d’abord pour ses énormes réserves pétrolières qu’il ne peut plus raffiné et parce qu’il a induit un mouvement de reconquête populaire pour toute l’Amérique latine que veulent briser les USA )

    • @Yasmina
      Merci pour ces infos au demeurant perturbantes. Mais j’ai cru comprendre que la gestion du pétrole avait été reprise en mains par des membres du parti chaviste incompétents et corrompus. Je ne sais pas ce qu’il en est, mais je peine à comprendre la pauvreté inouïe d’un pays aussi riche en production pétrolière, si l’argent n’a pas été détourné. On sait aussi que Maduro est ultra corrompu, et se comporte en dictateur pour éviter les mises en cause.
      Ceci dit, je ne doute guère de la malveillance US.
      Bref, la vérité se situe peut-être à mi chemin entre nos deux posts.

      • Il y a malveillance britannique aussi, puisque la Banque d’Angleterre retient l’or que le Vénézuéla avait déposé chez elle. C’est du vol, selon le bon sens et selon la loi internationale. Sauf que le régime chaviste Maduro a été remplacé par la marionnette Guaido, selon la France et qques autres pays corrompus qui le « reconnaissent comme président légitime ». Du côté US, le pognon et le réseau pétrolier de Caracas sont de même confisqués par le chef maffieux de Washington.
        Le principal détournement, celui dont les vénézuéliens pâtissent le plus, est fait par nos « démocraties » de l’OTAN.
        Les mêmes qui exploitent le pétrole libyen ou syrien volé.
        Qui mettent à sac l’Ukraine chamboulée (cf le fiston Biden).
        Qui aident à renverser des gouvernements, depuis des lustres (p.ex au Chili, en Roumanie, en Yougoslavie, en Egypte, en Françafrique, en Russie, en Haïti, en Irak, en Iran en 1953 en attendant 2020, etc etc).
        Qui suivent en bons caniches le président US quand il viole l’un après l’autre les plus importants accords internationaux.
        Qui accusent leurs cibles de tous les maux, sans doute « pour éviter les mises en cause », comme vous dites, Patrice.

    • Comment peut-on croire aux propos des médias à la solde qui ne cessent de diaboliser , Chavez avant, et maintenant Maduro.
      Ces deux derniers auraient dû se montrer plus « persuasifs » à l’égard des traitres: « l’opposition » bras du CIA. Il y a des lois dans ce pays j’imagine et qui sont faites pour la haute trahison?

  4. Tant que le petrole est donne gratuitement les USA ne feront rien,deux pays en faillitte ne peuvent pas faire de mal a personne sinon a eux-memes,l’Iran roi de Syrie? plus de 30 milliards donnes a la Syrie pour sa « guerre » alors que son peuple creve de faim.

    • Les défenseurs de l’idéologie colonisatrice et tyrannique comme vous (juste parce que vous faites partie de ce monde là) , vont sûrement se reléguer aux poubelles de l’Histoire (Al hamdoulillah) et leur destination finale sera terrible. Dieu (swt) ne laissera jamais passer l’injustice dans ce monde d’ici-bas sans châtiment éternel douloureux.

      • Pas de chance si Dieu ne règle l’ardoise que dans l’au-delà, alors que les criminels sévissent contre l’humanité pendant leur passage sur notre terre. Leur punition divine étant décalée, aléatoire, et inconnue (des mécréants comme moi, au moins), elle ne réussit pas à rendre plus justes les puissants d’ici et maintenant. Je respecte volontiers les religions, mais elles ne sont pas suffisantes, là.
        Quant à l’histoire, celle de France en pince encore pour Napoléon, qui avait pourtant confisqué la démocratie naissante, rétabli l’esclavage, pillé et massacré à tout va à travers l’Europe. Sauvé de la poubelle, le petit caporal dictateur…

  5.  » Il ya deux choses vers lesquelles il faut aller de toute son âme, l’une est la vérité, l’autre la justice.
    Malheureusement, nous savons qu’elles ne peuvent pas être atteintes par les hommes.
    Je dirais qu’il y a deux catégories d’hommes que je n’aime pas et que je méprise un peu. Les uns sont ceux qui croient qu’ils détiennent la vérité et la justice, et les autres, sont ceux qui se disent, puisqu’on ne peut les atteindre, abandonnons les.  »
    Jean d’Ormesson

  6. Quoique vous puissiez en dire et quelles que fussent les preuves apportées, ici encore, vous aurez toujours les lobotomisés du cerveau , ces premiers de la classe demeurés confinés dans leur suffisance crasse et qui se glorifient du haut d’un savoir nourri au biberon d’une propagande insidieusement instillée dans le cortex cérébral depuis la fin de la grande guerre et entretenue dans la seconde, pour n’y voir que du feu et crier au complot fantasmé.
    C’est une évidence que Bruno aura de rappeler, sans comploter pour « otan », car c’est un esprit libre, à tout le moins libéré du carcan qui le maintenait sous le joug du dictat établi et à partir d’une histoire dont on sait aujourd’ui, qu’elle a été écrite par les vainqueurs.
    C’est la fin d’un cycle et le début du nouveau, qui verra bientôt se profiler à l’horizon ce nouvel ordre du monde, que d’aucuns redoutent faute de ne pouvoir le contenir plus longtemps, et que les autres espèrent en le priant ardemment et attendant patiemment que cette caravane fut passée.
    Je pari même que beaucoup ignore cette belle langue. Comment une vénézuélienne commandera aux enfants de ne pas trop s’éloigner, en espagnol? Vénez zoués là !

    • Vénez zouer là ? 🙂
      Trop bien, merci Rachid Zani de mettre un peu d’humour dans cette triste affaire.
      Le problème, c’est peut-être que les grandes oreilles US ont entendu, et traduit qu’ils peuvent mettre le b*** impunément au Vénézuéla, en y jouant encore aux cowboys comme dans leur cour.
      Et même quand ils ne gagnent pas, les $tate$ ne perdent pas pour « otan » : leurs huiles s’enrichissent et repartent à l’assaut ailleurs.
      Pourvu que le prochain grand « boum », qu’ils prévoient apparemment contre Pékin, finisse en Chiiiiine-« tok » !

Laisser un commentaire

Chargement…

0

L’Aïd El-Fitr avant le Covid : une grande fête célébrée aux quatre coins du monde

Royaume-Uni : la plus jeune proviseure du pays, musulmane et voilée, fait de son établissement un lycée d’excellence