in

Les bénéfices du jeûne

Transcendant une certaine dissemblance ethnique et culturelle, l’islam dans sa pratique s’organise autour de cinq piliers essentiels dont le jeûne du mois deramadhan.

L’imam Ibrahim HALITIM, voit plusieurs significations à la pratique du jeûne, et notamment le sens spirituel, psychologique et social.

Tout d’abord, par cette véritable ascèse physique et morale, le croyant ( e ) se rapproche de Dieu dans un moment privilégié, qui le prédispose à se solidariser avec tous les nécessiteux, dont celles et ceux qui ne mangent jamais à leur faim.

Et de fait, le Coran n’a de cesse de rappeler que l’ Homme est constamment invité à dialoguer avec Dieu et remercier Son Créateur des faveurs dont Il l’a gratifié, en particulier pour le fait d’être musulman ( ne ), d’avoir été bien guidé, grâce au Coran, révélé, durant ce moi ; et pour la vie, pour les bienfaits qu’Il lui a donnés, le fidèle reconnaît en son for intérieur ce verset coranique :

« Dis: ‘En vérité, ma Salâ, mes actes de dévotion, ma vie et ma mort appartiennent à Allah, Seigneur de l’ Univers. »

( Sourate 6, Al An’am, Les Bestiaux, sens du verset 162 )

Moussa ALLEM

Je me protège auprès d’Allah contre Satan le lapidé, Au Nom d’Allah, Clément et Miséricordieux, et que la Paix et la Prière d’Allah soient sur notre Prophète Mouhammad sur sa famille et ses Compagnons jusqu’au jour du Jugement dernier.

L’on peut expliquer comme ceci, en transcription arabe, le mot RA – MA – DHAN  :

RA

 : Rahma ( Miséricorde Divine )

MA

 : Maghfira ( Pardon de Dieu )

Et sa fin est «  ‘ idqoun min annar », c’est-à-dire qu’elle préserve du feu. Et le Prophète nous enseigne que « celles et ceux qui pratiquent un acte d’adoration durant ce mois, cet acte leur est compté comme soixante dix dans un autre moment et celui ou celle qui donne à un jeûneur de quoi rompre son jeûne obtient la même récompense que ce dernier, sans que rien ne soit diminué de la récompense du jeûneur. »

Déjà, la semaine passée, nous avions évoqué les bénéfices du jeûne, et nous allons incha’ Allah en voir la suite dans notre leçon d’aujourd’hui :

Ce mois, donc, qui compte une nuit « meilleure que mille mois » ( cf. Sourate 97 La Destinée ) est une prescription divine :

« Ô les croyants ! On vous a prescrit as-Siyâm ( le jeûne ) comme on l’ a prescrit à ceux d’ avant vous, ainsi atteindrez- vous la piété,

pendant un nombre déterminé de jours. Quiconque d’ entre vous est malade ou en voyage, devra jeûner un nombre égal d’ autres jours. Mais pour ceux qui ne pourraient le supporter qu’ (avec grande difficulté), il y a une compensation: nourrir un pauvre. Et si quelqu’un fait plus de son propre gré, c’ est pour lui ; mais il est mieux pour vous de jeûner ; si vous saviez!

(Ces jours sont) le mois de Ramadân au cours duquel le Coran a été descendu comme guide pour les gens, et preuves claires de la bonne direction et du discernement. Donc, quiconque d’ entre vous est présent en ce mois, qu’ il jeûne! Et quiconque est malade ou en voyage, alors qu’ il jeûne un nombre égal d’ autres jours. – Allah veut pour vous la facilité, Il ne veut pas la difficulté pour vous, afin que vous en complétiez le nombre et que vous proclamiez la grandeur d’ Allah pour vous avoir guidés, et afin que vous soyez reconnaissants !

( Sourate 2, Al Baqara, La Vache, sens des versets 183, 184, 185 )

En islam, c’est le nouveau croissant lunaire qui détermine le début du jeûne duramadhan. Et

s’il est observé, par deux témoins musulmans, véridiques, la Oumma de l’islam, dans son entier doit jeûner ! Or, il est impossible, et nous le savons, que le croissant lunaire soit vu dans chaque pays et le Prophète n’a-t-il pas dit : «  Jeûnez à sa vue et rompez à sa vue ( du croissant lunaire ) et ce pluriel nous montre que la communauté entière, quelles que soient ses différences ( langue, couleur, culture etc.. ) est unie par un même Dieu, un même Livre, un même Prophète, une même religion !

Il n’est pas nécessaire que nous voyions tous la nouvelle lune, quelques commentateurs disent même qu’un seul témoin suffit.

Il y aussi, en cas de non-visibilité ( météo, décalage horaire. etc.), le calcul scientifique. Oui, car la communauté dans laquelle le Coran a été révélé était bédouine, et Dieu en a fait un peuple de savoir, avec une grande culture, et une grande civilisation. Si d’aucuns annoncent avoir vu le nouveau croissant, alors que les astronomes ont dit qu’il n’était pas visible pour telle ou telle raison, à un certain endroit, cela est un mensonge, car il n’y qu’une seule lune, que les uns peuvent voir et d’autres non, certes, mais il y a des fauteurs de troubles qui n’ont pas hésités, par le passé à nous annoncer la vue de la lune à trois jours de différence !

Si la Lune n’est visible que dans la journée, cela ne veut pas dire que nous sommes en retard, mais que le jeûne commence le lendemain. ( Le rajout d’un trentième jour au mois de Cha’bane, est préconisé, si la lune est invisible )

La lune revêt une importance particulière en Islam. En effet, elle nous sert pour le calendrier annuel, pour le jeûne de ramadhan, pour le Hadj ( pèlerinage ), la femme divorcée doit compter en mois lunaires la période d’attente avant de se remarier, les périodes de menstruations également dépendent du cycle lunaire, et Dieu dit dans le Coran :

 

« Ils t’interrogent sur les nouvelles lunes – Dis: ‘Elles servent aux gens pour compter le temps, et aussi pour le Hadj (pèlerinage)….[…]….Et craignez Allah, afin que vous réussissiez ! »

( Sourate 2, Al Baqara, La Vache, sens du verset 189 )

Le calendrier lunaire étant tournant, cela permet, de par la Sagesse Divine, de faire en sorte que le jeûne ne tombe pas toujours à la même période, pour les uns et pour les autres.

Le décompte, dans le Coran, a une grande importance, par exemple :

« Allah qui a créé en six jours les cieux et la terre……. »

(Sourate 32, As Sajda, La Prosternation, sens du verset 4 )

 

Ce ne sont pas là des jours de 24 heures. Tout comme sur d’autres planètes, le jour de mars et de la Terre ou de mercure n’ont pas la même duré :.

« …[…]…Cependant, un jour auprès de ton Seigneur, équivaut à mille ans de ce que vous comptez. »

( Sourate Al Hadj, Le Pèlerinage, sens du verset 47 )

En islam, et nous en reparlerons plus tard, Les théologiens disent que si l’on comptait en mois lunaires, on pourrait dater le début de la création à un dimanche et sa fin à un vendredi. Le Prophète a dit que Adam a été crée un vendredi, et c’est d’ailleurs le dernier à avoir été crée. Et il suffit de voir les découvertes scientifiques pour corroborer le fait que l’ Homme ne soit pas apparu le premier sur Terre.

Revenons donc au jeûne qui n’est pas demandé à l’enfant non pubère, au simple d’esprit, au fou, à la femme en état de menstrues ou en couche, et dont il est dit qu’il il faut être capable physiquement de le faire. Si nos sœurs ne doivent pas rattraper les prières non faites à cause de leurs règles, elles devront toutefois faire, plus tard, les journées manquées de jeûne de ramadhan. Si l’une d’entre vous voit du sang, avant le « maghreb », le jeûne est rompu. En cas de saignements autres que les règles ( voir un gynécologue pour un diagnostic juste ), vous pouvez prier et jeûner normalement.

L’islam interpelle les doués de raison et d’intelligence, donc si vous êtes malades, sachez que vous pouvez ne pas jeûner à condition de rattraper plus tard, lorsque vous irez mieux. ( mais pas en cas de coma, par exemple, car vous n’êtes plus responsables de vos actes ) Et Dieu dit :

« …[…] Quiconque d’ entre vous est malade ou en voyage, devra jeûner un nombre égal d’ autres jours…[..] »

Il s’agit d’abord de la maladie qui nuirait gravement à votre santé et qui retarderait votre guérison. Donc dans ce cas ne jeûnez pas, sinon vous iriez à l’encontre de la volonté de Dieu, car Il veut pour vous la facilité !

 

Toutes les maladies ne sont pas à mettre sur le même pied d’égalité et parfois le jeûne peut être un moyen d’améliorer sa santé. En effet, le jeûne est préconisé dans certains régimes et par ailleurs, le Prophète a dit «  Jeûnez votre santé n’en ira que mieux ! »

Si vous ne pouvez jeûner, il y a une somme compensatoire à verser par jour à des nécessiteux ou à des œuvres caritatives ( minimum, En France, trente francs par jours, plus si vous le pouvez, c’est l’équivalent d’un repas )

Quant au voyage, il y a divergences. La plupart des théologiens avancent que le seul voyage qui permet de ne pas jeûner, de rassembler ses prières, de ne plus prier en groupe, de ne pas faire la prière du vendredi, c’est le voyage de piété, c’est à dire le Hadj, la ‘Omra ( petit pèlerinage ), le Djihad armé, puis viennent le voyage professionnel, et la visite à ses parents et à ses proches.

Quelques conditions, toutefois :

· Ne pas rompre le jeûne avant une distance de 90 km ( en avion, en train ou autre….)

Et le Prophète a dit : «  La piété ne consiste pas à jeûner en voyage » ; toutefois, à moins de mettre sa vie en danger, on peut quand même jeûner en déplacement. Les imams divergent, alors retenons l’avis de l’imam Malek, qu’Allah l’agrée, avis du juste milieu :

« ne jeûnez pas si cela est au-dessus de vos forces, jeûnez si c’est possible . »

Et Seul Allah sait !

 

® Mosquée El Feth vendredi 24 novembre 2000 – 28 Cha’bane 1421

49, rue Suzanne Lannoy-Blin

59720 Louvroil

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

La crainte des musulmans Chinois !

Un Pacte citoyen pour le culte musulman