in ,

« Les ablutions pourraient avoir réduit le risque du Covid-19 », selon une étude britannique

Près de quatre mois après l’émergence du Covid-19 dans un monde qui ne s’attendait pas à ce qu’une telle calamité s’abatte sur lui, et de manière aussi dantesque, l’effervescence de la communauté scientifique internationale est à l’aune de la folle propagation du virus : elle est à son comble, tant la recherche s’accélère tous azimuts pour en venir à bout.
A Newcastle, au cœur d’un royaume britannique qui, comme partout ailleurs, se barricade face au terrible danger que représente le Coronavirus, un récent rapport publié par le professeur Richard Webber, un éminent universitaire, en collaboration avec Trevor Philipps, un écrivain et ancien politicien travailliste, aboutit à un constat très intéressant.
A la veille de la célébration du mois béni de Ramadan, on serait même tenté de dire que la piste qu’ils mettent en lumière tombe à point nommé : selon leur étude, les ablutions, la purification rituelle des fidèles précédant l’accomplissement du devoir religieux, auraient pu jouer un rôle dans la prévention de la propagation du virus au sein de la communauté musulmane britannique.
Dans un article paru dans le Times, Trevor Philipps a fait part de leur analyse : « Si la pauvreté était un facteur déterminant, on pouvait légitimement penser que le Covid-19 sévirait particulièrement parmi les minorités musulmanes pakistanaises et bangladaises du royaume », a-t-il écrit en préambule, en se référant aux quartiers londoniens de Tower Hamlets, de Newham et de Southpark qui ont, à ce jour, enregistré respectivement 548, 859 et 1 075 cas confirmés de contamination.
A la lumière de ces estimations chiffrées qui contredisent les prévisions les plus pessimistes, Trevor Philipps émet l’hypothèse suivante : « Peut-être faut-il voir là une révélation. En effet, si l’une des clés pour stopper la transmission du virus est le lavage des mains, une communauté religieuse dont l’ensemble des fidèles se lavent soigneusement chaque jour, et cinq fois par jour avant d’effectuer les cinq prières quotidiennes, en se conformant à un rituel de purification très rigoureux, aurait-elle quelque chose à nous apprendre ? », interroge-t-il, avant de livrer sa conclusion : « Les ablutions pourraient avoir réduit le risque du Covid-19 au sein de la communauté musulmane ».
 
 
 

Publicité
Publicité
Publicité

Commentaires

Laissez un commentaire
  1. C’est plausible. Les ablutions ce n’est pas seulement se laver les mains mais aussi se nettoyer les narines et la bouche avec de l’eau. Par temps froid, c’est leau chaude q ui est utilisé. Or le covid-19 est détruit par la chaleur. Le virus pénétre par les narines et les yeux et colonise votre gorge avant d’infecter vos poumons. En faisant correctement vos ablutions avec de l’eau chaude, vous augmentez vos chances d’en échapper à la maladie. Les musulmans pratiquants ont un rapport avec l’eau et l’hygiène corporelle qui est primordial.

    • L’Iran à été touché par une version très virulente du covid-19, plus méchant que celui qui frappé la Chine, mais différent aussi de la souche virulente qui a frappé l’Italie. L’Iran par un lourd tribune car il toute une génération qui a vécu la guerre iran Iraq de la décennie 80 du siècle prêchent où des gaz de combats par les iraquiens fut utilisé. Cette génération s à les poumons endommagés. C’est cette génération qui est en train de mourir par le covid-19. Mais l’Iran est en train de s’en sortir et fabrique leur propre test. La Russie et la Chine. Mais aussi la France avec médecins sans frontière qui ont apporté aide et assistance

  2. Cheyenne2 and Co, Effectivement rien extraordinaire, surtout quant l’on sait que se laver les mains pour un musulman avant de manger, en sortant des toilettes, prendre à minima une douche par semaine et après un rapport sexuelle est une obligation effectivement rien extraordinaire. Mais pour un certain nombre non musulman c’est pas forcément ordinaire.
    Il y aura toujours des personnes dont l’intelligence intellectuelle ne permet pas d’admettre que la conclusion d’une recherche menait pas des scientifiques d’une université occidentale soit  » Les ablutions pourraient avoir réduit le risque du Covid-19 au sein de la communauté musulmane »

    • L’eau n’a qu’un rôle secondaire dans la désinfection virale, c’est le savon qui détruit l’enveloppe lipidique du virus.
      Se passer les mains et le corps à l’eau, c’est bien, mais c’est les savonner qui est efficace.

  3. La propreté et l’hygiène corporelle fait partie de l’esprit de l’Islam c’est indéniable et ça a pu jouer. aprés, il y a peut être d’autres facteurs à explorer : mobilité vers les lieux de contamination, groupes sanguins, autres éléments d’hygiène de vie : mode d’alimentation par exemple, facteurs génétiques…
    En tant que Musulmans, on a tendance à vite fanfaronner lorsque nos rites, nos textes ont un caractère positif, dans la mesure où on est habitué à être perçu négativement par nos concitoyens sans religions ou d’autres religions, je pense que cette attitude révèle davantage nos faiblesses que notre force. La modestie et l’absence d’orgueil font également partie de l’esprit de l’Islam. Les occidentaux ont longtemps été en retard en matière d’hygiène sur les musulmans, depuis 150 ans ce retard a été largement rattrapé et je ne suis pas sûre que nous ayons beaucoup de leçon à donner en la matière malgré nos bonnes pratiques.

Laisser un commentaire

Chargement…

0

Ramadan: observation visuelle de la nouvelle lune ou calculs astronomiques?

France: Le 1er jour du mois de Ramadan a été fixé au vendredi 24 avril 2020