in

L’émir Abdelkader: sa définition lucide du savant qui évite toute forme de sacralisation de sa personne

Certains musulmans sacralisent la parole des oulamas  (savants) au point d’en faire des hommes infaillibles, seuls détenteurs de la vérité religieuse. L’émir Abdelkader (1808- 1883) donne une définition lucide du savant qui évite toute forme de sacralisation de sa personne. Une définition qui insiste davantage sur les qualités humaines essentielles du savant, qui doit être  constamment inspiré par le beau, le vrai et le bien.

Une citation de l'émir Abdelkader sur les savants

A ceux qui idéalisent les savant et les théologiens, cette citation de l'Emir Abdelkader va les vacciner contre le culte de la personnalité et la sacralisation de ces mêmes savants et autres théologiens…

Publiée par Oumma.com sur Lundi 12 février 2018

Publicité

Publicité

4 commentaires

Laissez un commentaire
  1. Le comportement de l’Emir pourrait servir à une réconciliation entre la France et l’Algérie, comme il y en a eu une entre la France et l’Allemagne, depuis longtemps.
    Mais il a été instrumentalisé par le pouvoir algérien, qui cherche des héros pour faire oublier dans le nationalisme son échec démocratique et économique. La France est l’ennemie rêvée pour plusieurs siècles.

    https://philitt.fr/2016/09/25/lemir-abdelkader-saint-musulman-et-ami-des-francais/

    Ce sujet étant sensible, la censure ne me publiera probablement pas.

  2. « Distinction entre franchise et mensonge dans les paroles
    Entre vérité et erreur dans les convictions
    Entre beauté et laideur dans les actes. »

    Plutôt que les vertus d’un bon imam ça me rappelle autre chose

    إِذَا جَاءَكَ الْمُنَافِقُونَ قَالُوا نَشْهَدُ إِنَّكَ لَرَسُولُ اللَّهِ ۗ وَاللَّهُ يَعْلَمُ إِنَّكَ لَرَسُولُهُ وَاللَّهُ يَشْهَدُ إِنَّ الْمُنَافِقِينَ لَكَاذِبُونَ (1)
    [1] Lorsque les hypocrites viennent te voir, ils déclarent : «Nous témoignons que tu es l’Envoyé de Dieu.» Or, Dieu sait bien que tu es Son Envoyé, et Dieu est aussi Témoin que les hypocrites ne font que mentir.
    Le Dr Metwalli El chaarawi note ce qui suit :
    Pas de paradoxe, on peut donc dire une vérité tout en étant un menteur étant donné que ladite vérité énoncée n’est pas conforme à sa propre conviction (celle de lui dénier le titre d’envoyé de Dieu).
    Le même verset fait la distinction entre la vérité (celle voulant qu’il soit l’envoyé de Dieu) et l’erreur dans les convictions (les hypocrites sont persuadés qu’il ne l’est pas et que c’est lui qui ment)
    Enfin les hypocrites croient tromper Dieu et les croyants en affichant ostensiblement bienveillance et actes pies tout en taisant des intentions et des plans beaucoup plus inavouables ce qui n’est pas joli joli.
    En même temps et à y voir de près, c’est plutôt Dieu qui leur affiche ostensiblement une impunité et une réussite de façade puisque d’une part les croyants les croient et d’autre part, ils ne sont pas du tout punis par le divin de leur vivant, ils continuent même à avoir, richesse matérielle, santé etc, alors qu’en fait il les destine aux degrés les plus abyssaux de l’enfer… Alors qui trompe qui ?

  3. Cet homme avait crée la première artillerie d’Afrique du bord.
    Sa fin reste douteuse.

    Omar le libyen en 1931, avait choisi la mort plutôt que l’exile.
    Il avait dit que sa vie serait plus longue que celle de ses exécuteurs.

    Benmhedi en 1957, assis devant une table, en face de Marcel Bigeard qui lui dit qu’elle est la différence entre un arabe et un âne.
    Benmhedi sourit en disant la table.
    Il a choisi la mort.

    L’homme a le pouvoir de choisir, il reste responsable de son choix.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Publicité

Soudan : les femmes exigent la parité dans les institutions

Maroc : Nasser Zefzafi, le leader du Hirak, demande à être déchu de la nationalité marocaine