in

L’ecstasy, une drogue désormais banalisée en Tunisie

Cette drogue est de plus en plus consommée par la jeunesse tunisienne. Mais cette banalisation n’occulte en rien les dégâts psychiques qu’elle provoque, avertit “Nawaat”, qui a enquêté sur ce nouveau marché tunisien des stupéfiants.

Sur la piste de danse, une fille et un garçon, âgés d’une vingtaine d’années, bougent mollement en remuant la tête. Ils portent des lunettes de soleil en pleine nuit. Sous l’effet de l’ecstasy, les pupilles se dilatent, rendant les yeux sensibles à la lumière. Les oreilles, elles, deviennent plus réceptives aux sons de la musique électronique.

C’est une soirée techno, dans une boîte de nuit à Gammarth, dans la banlieue nord de Tunis. Et c’est à un rythme quasi hebdomadaire que ce genre de soirée est organisée dans notre pays. Et lors de ces événements, la musique techno semble aller désormais de pair avec un usage banalisé de l’ecstasy.

En Tunisie, la consommation d’ecstasy et autres substances apparentées qu’on appelle ‘nouvelles drogues’ a doublé entre 2017 et 2021. Elle a été multipliée par sept entre 2013 et 2017 chez les adolescents âgés de 15 à 17 ans”, alerte Nabil Ben Salah, président de la Société tunisienne d’addictologie (Stadd), dans une interview à Nawaat.

(…)

Appelée “la drogue de l’amour” par ses consommateurs, l’ecstasy est une drogue psychoactive contenant de la MDMA, une molécule de la famille des amphétamines. Vendue généralement sous forme de pilules multicolores, elle a l’air plutôt inoffensive.

Publicité
Publicité
Publicité

Cette drogue provoque une libération importante de sérotonine dans le cerveau. Cette substance est responsable de la régulation de l’humeur, de l’énergie et de l’appétit. Elle engendre un sentiment de bien-être, de l’euphorie et de l’empathie envers les autres”, explique le docteur Ben Salah.

(…° La saisie régulière d’ecstasy par les autorités témoigne de l’importance du marché local. Contactés par Nawaat, les services des douanes révèlent que 475 884 comprimés de drogues synthétiques, dont l’ecstasy, ont été saisis depuis le début de l’année 2023.

Courrier International 

 

 

Publicité
Publicité
Publicité

Laisser un commentaire

Chargement…

0

Interdiction de l’abaya à l’école : le Conseil d’Etat saisi d’urgence par Action Droits des Musulmans (ADM)

Au Maroc, les stades sont aussi des espaces de contestation politique