in

Le président de l’Association France Palestine Solidarité en garde à vue

Ce mercredi 12 mai peu avant 19 heures, le président de l’Association France Palestine Solidarité (AFPS), Bertrand Heilbronn, 71 ans, a été arrêté à la sortie du Ministère de l’Europe et des Affaires étrangères où il avait été reçu par un conseiller du Ministre au sein d’une délégation comprenant des parlementaires, des représentants associatifs et syndicaux.

Ironie de l’histoire : ce sont les policiers qui ont escorté la délégation jusqu’au lieu du rendez-vous, qui ont ensuite arrêté Bertrand Heilbronn à la sortie de l’entretien.

Les images, ci-dessous, de son interpellation arbitraire au pays des Droits de l’Homme, qui n’est plus que l’ombre de lui-même…

Publicité
Publicité
Publicité

Nous exigeons sa remise en liberté immédiate !

Publicité
Publicité
Publicité

L’AFPS avait fait une déclaration de manifestation appelant, dans le cadre du Collectif pour une paix juste et durable entre Palestiniens et Israéliens, à un rassemblement de soutien au peuple palestinien.

La préfecture de Paris, de manière totalement inédite, avait interdit ce rassemblement alors que jamais il n’y a eu le moindre problème pour les manifestations que nous avons toujours organisées en lien avec les autorités.

L’AFPS avait informé par tous moyens de l’interdiction. Bertrand Heilbronn et les responsables d’associations étaient présents pour informer ceux qui se présentaient de l’interdiction et faire en sorte que les choses se passent le mieux possible.

De fait, à part la restriction de la liberté d’expression, les choses se sont passées sans aucun problème : aucun trouble à l’ordre public.

Quel est ce pouvoir qui cueille à la sortie d’un ministère le président d’une association défendant le droit et les droits humains, juste après l’avoir reçu, lui signifie sa garde à vue, le menotte à un banc à son arrivée au commissariat ?

L’interdiction de cette manifestation nous amenait à dire – ce que nous savions déjà – que la liberté d’expression et les libertés publiques sont en danger dans notre pays, mais cette arrestation nous amène à dire qu’un seuil a été franchi.

Publicité
Publicité
Publicité

Demain, dans la semaine, la semaine prochaine, les groupes locaux de l’Association France Palestine Solidarité, aux côtés de leurs partenaires, organisent des rassemblements de solidarité avec les Palestiniens de Jérusalem, de Gaza qui sont sous le feu de l’armée d’occupation israélienne. Ce ne sont pas des méthodes dictatoriales qui nous empêcheront de le faire.

Si les inconditionnels du gouvernement israélien pensent nous faire taire et nous intimider avec de tels procédés, ils se trompent.

Nous sommes du côté du droit, ils le savent et c’est ce qui fait notre force. Nous exigeons la remise en liberté immédiate du président de notre association.

Le bureau national de l’AFPS
Le 12 mai 2020

A lire ou à relire : l’entretien édifiant que Bertrand Heilbronn, ce fervent militant des droits du peuple martyr de Palestine, avait accordé à Oumma en 2018 :

Bertrand Heilbronn, président de l’AFPS: « Le combat pour les droits du peuple palestinien est une question de droit et de justice »

Un commentaire

Laissez un commentaire
  1. Si la Liberté ou les libertés se perdent en France et si on s’aproche de la situation objective de dictature, si on procède à des arestations discrétionaires, si on dissout arbitrairement et hors du droit des associations, on n’oubliera pas que le CFCM et autres structures de Musulmans en France en portent une part de responsabilité, du fait de leur défaitisme, de leur collaboration, ils ont encouragé et siustenté la gouvernance Française en tyrannie. Les yeux fermés et la voix muette au moment de la dissolution du CCIF, en plus de la rédaction et signature de la charte lamentable des imans sont les précédents dangereux à ces dérives.

    Oui, nous autres Musulmans qui sommes une bonne partie de la jeunesse Française nous portons la responsabilité partielle de ces tendances, à chacun sera rendu selon son dû le jour où tous les comptes seront soldés, les dettes payées et les créances recouvrées. En tant que Musulman j’ai collectivement honte de ce que nous sommes devenus et de notre toxicité en France, que les associations et personalités victimes de répression à l’avenir se souviennent de la défection des Musulmans de France qui ont fléchi contre le droit.

    Cette critique s’adresse également au site Oumma, savoir s’il publiera cette réaction, car il n’est pas innocent du tout de ces tendances liberticides ou tyranniques.

    Que les lâches soient privés de sommeil.

    Croissant de lune.

Laisser un commentaire

Chargement…

0

Ratonnade diffusée en direct à la télévision israélienne

L’actrice américaine Susan Sarandon soutient le peuple martyr de Palestine