in

L’actrice américaine Susan Sarandon soutient le peuple martyr de Palestine

Loin des artifices hollywoodiens, des superproductions formatées et de leurs coulisses peu reluisantes, où les magnats de l’industrie du 7ème art festoient et trinquent à la gloire d’Israël et de son colonialisme forcené, Susan Sarandon, l’actrice américaine engagée sur plusieurs fronts, ne pouvait pas décemment se taire devant l’horreur du massacre commis contre le peuple martyr de Palestine.

Après avoir manifesté contre l’invasion Bushienne en Irak et interpellé sans ambages son sinistre instigateur retranché derrière le Bureau ovale, après s’être opposée à la peine de mort, en étrillant le système judiciaire de son pays pour ses différences de traitement – selon que l’on soit blanc ou noir, puissant ou misérable – après s’être publiquement indignée contre l’infâme décret anti-immigration marqué du sceau Trumpien, cette icône du cinéma condamne aujourd’hui vigoureusement sur Twitter le « nettoyage ethnique » effroyable orchestré d’une main de fer par Netanyahou, le boucher de Gaza. (voir ci-dessous)

Une fois encore, c’est tout à l’honneur de la star américaine de ne pas se murer dans un silence complice qu’elle abhorre, mais que d’autres observent lâchement à des fins purement carriéristes, à travers ce tweet qui dénonce la cruauté de l’oppresseur israélien, et la toute-puissance que lui confère son impunité révoltante, sans craindre d’être taxée d’antisémitisme par le cynisme de la communauté internationale.

Publicité
Publicité
Publicité

 « Ce ne sont pas des affrontements, c’est une force militaire hautement armée qui tue des civils pour voler leurs maisons. C’est ça l’occupation et le colonialisme. ». « Nous devons soutenir les Palestiniens qui subissent un nettoyage ethnique et sont terrorisés entre les mains du gouvernement israélien et des organisations de colons juifs »

 

Publicité
Publicité
Publicité

 

 

Laisser un commentaire

Chargement…

0

Le président de l’Association France Palestine Solidarité en garde à vue

La députée communiste Elsa Faucillon: « Monsieur le ministre, les vies palestiniennes comptent »