in

Le pasteur islamophobe Terry Jones enterre Barack Obama…

Véritable illuminé de l’évangélisme américain, le pasteur Terry Jones mériterait de sombrer dans les oubliettes de la petite histoire. Ce provocateur né, surgi de nulle part en 2010, ou plutôt de sa minuscule paroisse du fin fond de la Floride, a réussi à faire trembler l’Amérique et les musulmans du monde entier en jetant aux flammes le Coran.

Ce bûcher des vanités qui tourna à l’autodafé du livre Saint de l’Islam créa un émoi sans précédent, tout en offrant à ce sombre olibrius un tremplin vers la notoriété fulgurante et planétaire. On ne compte plus, depuis, ses tentatives pour rester sous les feux de l’actualité la plus ubuesque et glauque,  ni le nombre de fois où nous avons pensé très fort que son plus cruel châtiment serait d’être condamné à l’anonymat éternel…

Mais voilà qu’il refait parler de lui, et que nous ne résistons pas à la tentation de démystifier ce prédicateur islamophobe, car cette fois-ci, il s’en prend directement à Barack Obama !

Traversé par un éclair de génie, il n’a rien trouvé de mieux que de pendre, le mois dernier, l’effigie de Barack Obama devant les quelques ouailles survoltées de son église insignifiante, ce qui lui a valu des appels courroucés des services secrets, une plainte étant déposée pour le révoquer et déclasser sa paroisse d’état, considérée comme faisant de l’activisme politique.

Cela a-t-il calmé ses ardeurs ? Pas le moins du monde, et dans une surenchère provocatrice qui aggrave un peu plus son cas pour notre plus grand bonheur, Terry Jones a annoncé la «mort d’Obama en 2012», posant devant la stèle sur laquelle est gravée le nom du président américain.

Il a alors lu une déclaration signée par l’organisation politique «Levons-nous pour l’Amérique», qui annonçait en préambule : "Terry Jones  appelle à la mort de la présidence Obama en 2012. L’Amérique ne peut pas se permettre encore 4 années de mensonges, 4 années de spoliation. En 2012, votez pour mettre Obama dehors et condamnez à mort sa carrière politique", avant de conclure : "Ceci doit nous servir de leçon, nous ne devons plus jamais voter pour un candidat en fonction de sa couleur de peau".

Après ses autodafés à répétition du Coran, la pendaison de l’effigie de Barack Obama, Terry Jones ne va pas seulement se consumer dans le brasier de son fanatisme, mieux encore, il est en train de creuser sa propre tombe en creusant celle du président en lice pour un second mandat… C’était inespéré !

La preuve en image

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Abigail Disney, petite nièce de Walt Disney, se retire de la société israélienne Ahava

Ramadan Moubarak !