in

Le Hezbollah et sa dissuasion asymétrique

L’équation chiite dans la problématique du jeu des puissances régionales et internationales (2/2)

En initiant une dissuasion asymétrique, fondée sur une riposte balistique, le Hezbollah a modifié les règles du combat dans sa confrontation avec Israël, une puissance nucléaire créditée parmi les plus grandes armées de l’hémisphère sud. En obtenant le dégagement militaire israélien du Liban sans négociation ni traité de paix, en 2000, la formation chiite a propulsé le Liban à la fonction de curseur diplomatique régional, et, dans l’histoire du conflit israélo-arabe, le standard libanais au rang de valeur d’exemple, tant cet exploit a revêtu dans la mémoire collective arabe un impact psychologique d’une importance comparable à la destruction de la ligne Bar Lev, lors du franchissement du Canal de Suez, lors de la guerre d’octobre 1973.

Récidiviste huit ans plus tard, le Hezbollah initiera, face à la puissance de feu de son ennemi et à l’hostilité quasi générale des monarchies arabes, une nouvelle méthode de combat, concevant un conflit mobile dans un champ clos, une novation dans la stratégie militaire contemporaine, doublée d’une audacieuse riposte balistique, à la grande consternation des pays occidentaux et de leurs alliés arabe.

En 2006, la « divine surprise » du Hezbollah s’explique tant par le fait que la milice chiite se battait, alors que son arrière-plan stratégique, – son flanc occidental et son flanc oriental-, étaient tenus par ses adversaires, – le camp phalangiste à Beyrouth et le clan Hariri à Beyrouth Ouest – que par le fait que cette victoire s’est accompagnée d’une spectaculaire opération d’échange de prisonniers avec Israël. Un échange œcuménique dépassant les clivages traditionnels du monde arabe, en ce qu’il comportait tant des Libanais que des Palestiniens, dont aucun n’appartenait au Hezbollah, notamment le druze Samir Kintar, le doyen des prisonniers politiques arabes en Israël, et près de 200 dépouilles, dont celle de la palestinienne, Dalal Moughrabi, membre d’un commando palestinien tuée en 1978.

Un exploit qui pourrait éclairer le souci du camp islamo-atlantiste (la coalition des grands pays musulmans sunnites avec le bloc atlantiste) d’enserrer le Hezbollah dans un nœud coulant en vue de provoquer sinon son implosion, à tout le moins sa strangulation, via la justice internationale et la politique de criminalisation du Hezbollah (inculpation par le Tribunal Spécial sur le Liban, TSL Liban Hariri), inscription sur les liste des organisations terroristes de l’Union européenne.

Hasard ou préméditation ? Deux journalistes français se sont distingués, de manière synchrone, durant cette période. Le premier, Yves Mamou, un ancien du journal Le Monde, commettra un opus de moyenne facture, intronisant le Hezbollah comme le nouveau baron du narcotrafic tri -continental (Amérique latine, Afrique Moyen orient), l’égal de Pablo Escobar. La seconde, Annick Cojean, une ancienne journaliste au même journal qu’elle a réintégré, dissertera, elle, sur la sexualité débridée des combattants de la formation chiite, se fondant sur le témoignage des réfugiées syriennes du camp de Zaatari, un camp situé en Jordanie, placé sous haute surveillance de l’armée bédouine du Roi hachémite. Mais le fait est que Brookings Doha Center, – une institution nullement suspectée de sympathies ni pour l’Iran, ni pour le Hezbollah -, n’ait mentionné le moindre de ces méfaits dans son rapport paru en mai 2014 a posé le problème la pertinence de ses articles.

S’agissait-il de la part des deux confrères de l’ancien et du nouveau Monde de discréditer le Hezbollah pour mieux accréditer sa culpabilité en pleine phase accusatoire du procès des assassins présumés de l’ancien premier ministre libanais Rafic Hariri (TSL) ? De faire contre feux au fait qu’Israël soit devenu l’un des premiers colonisateurs de la planète, une superficie 20 pour cent supérieure à la totalité de la Palestine, avec une colonisation de terres en Amérique latine et en Afrique ?

Du symbole et de sa fonction

Un symbole se flétrit de ses flétrissures. Il dépérit faute d’éléments contributifs à sa pérennisation. Il en est ainsi d’Achoura et de La Mecque. Achoura, la commémoration du martyr d’Hussein, se serait réduite à un exercice de flagellation et de lamentation, objet de dénigrement de la part des adversaires des chiites n’était-ce les exploits guerriers du Hezbollah et la résistivité de l’Iran. Achoura est ainsi devenue un temps fort du rituel symbolique de la révolution, comparable à la prise de la bastille en France ou au défilé de la place Rouge commémorative de la Révolution d’Octobre en Russie.

En contrechamps, l’Arabie saoudite, elle, détient les symboles les plus incontournables de l’Islam en ce qu’elle est la terre de la prophétie, abritant la Mecque et Médine. Sans la puissance financière du Royaume et ses réserves pétrolières, l’Arabie aurait été un nain politique, objet d’une détestation généralisée.

La symbolique de l'exercice du pouvoir au Liban: Hassan Nasrallah versus Saad Hariri

Hassan Nasrallah et Saad Hariri, les deux chefs de file des deux courants antagonistes de l’islam libanais, sont antinomiques. Le chiite, adossé à l’Iran, fait objet d’un rigoureux pistage des services israéliens et de la totalité des services occidentaux et pétro-monarchiques, le sunnite, adossé sur l’Arabie saoudite, fait, lui, l’objet de la sollicitude de ces mêmes services. Une reproduction à l’identique du schéma irakien sous la monarchie hachémite. Abdel Mohsen Saadoune, Premier ministre chiite d’Irak (1879-1929) se suicidera après avoir ratifié, sur ordre de son roi, un traité anglo-irakien qu’il jugeait contraire aux intérêts de son pays, quand son successeur Noury Saïd (1958), de même que son compère de la branche jordanienne de la dynastie hachémite Wasfi Tall (1971), tous deux sunnites et agents attitrés de l’Intelligence service, périront lynchés par la foule, l’irakien pour avoir encouragé les Anglais à lancer une expédition contre l’Égypte nassérienne (1956), le jordanien pour avoir servi de bourreau aux palestiniens lors du septembre noir jordanien (1970).

Noury Said est passé à la postérité pour avoir tenu ces propos au Premier ministre britannique de l’époque, Anthony Eden, concernant Nasser : « Hit him, Hit him now, Hit him hard » (« Frappe le, Frappe le maintenant, Frappe le durement »), au diapason des suppliques de Youssef al Qaradawi, le multi du Qatar, implorant l’Otan de bombarder la Syrie quand le Pape en personne mettait en garde contre un emballement belliciste.

Au Liban, une menace permanente pèse sur les deux dirigeants libanais. Hassan Nasrallah a perdu deux de ses plus importants collaborateurs au niveau militaire, Imad Moughnieh, le fondateur de la branche militaire du Hezbollah et Hassan Lakiss, le chef de sa balistique, et l’un des dignitaires chiites a fait l’objet d’une tentative d’assassinat de la part de la CIA, Cheikh Hassan Fadlallah. Sans compter les opérations de déstabilisation du fief Hezbollah, l’été 2013, en relation avec la guerre de Syrie, dont le plus meurtrier aura été l’attentat contre la mission culturelle iranienne à Beyrouth. Saad Hariri, lui, a perdu son père Rafic Hariri, l’ancien premier ministre, dans un attentat en Février 2005, et le chef de sa garde rapprochée, Wissam Al Hassan, dans un attentat en octobre 2012, en pleine guerre de Syrie.

Là s’arrête la similitude. Hassan Nasrallah n’a jamais déserté le champ de bataille, ni son fief du sud de Beyrouth, alors que son contrepoids sunnite Saad Hariri, le chef du clan saoudo américain au Liban a opté pour la fuite en avant comme mode de gouvernement.

Député de Beyrouth, une ville reconstruite par son père, de surcroît chef de la majorité parlementaire à l’époque, il n’hésitera pas à fuir Beyrouth, au premier coup de feu tiré par les Israéliens en 2006. Il récidivera cinq ans plus tard en s’exilant en Arabie saoudite pendant la totalité de la guerre de Syrie, glanant au passage le sobriquet de « planqué de Beyrouth ». Il en a été de même des deux formations sunnites Fateh Al Islam et celle du prédicateur salafiste pro Qatar de Saïda, Cheikh Ahmad Al Assir, missionnées, tous les deux, par les pétromonarchies du Golfe pour y créer un abcès de fixation dans l’hinterland stratégique du Hezbollah.

Tant Fateh Al Islam (Nord du Liban) que Cheikh Ahmad Al Assir (Sud du Liban) se sont attaqués à l’armée libanaise, agrégateur des diverses composantes de la mosaïque libanaise en ce qu’elle constitue l’unique matrice du brassage humain inter libanais. Les deux ont infligé de lourdes pertes à l’armée libanaise. Plus durement qu’elle n’en a subie depuis l’indépendance du Liban, il y a 70 ans. Et pas la moindre éraflure à l’armée israélienne. Les deux ont instrumentalisé des Palestiniens dans leur aventure, dévoyant le combat principal des Arabes de son champ de bataille principal la Palestine.

Les chefs de ces deux formations ont déserté le champ de bataille. Chaker Absi, le nordiste, a été exfiltré vers l’Arabie saoudite par son ancien commanditaire Saad Hariri, (remembrer l’épisode de la Banque de la Méditerranée) et Ahmad Al Assir a disparu de la scène par phénomène d’évaporation théologique. Une baudruche dégonflée

Le Hezbollah, Al Qaida: une différence de stature

Une différence de stature existe entre les deux organisations de lutte armée opérationnelles du Monde arabe, Al Qaida (sunnite) et le Hezbollah (chiite). Hezbollah recherche la dissuasion, une parité stratégique avec son ennemi, alors qu’Al Qaida pratique la nuisance. Dommage collatéral et subsidiaire, la destruction des Bouddhas de Bamyan a entraîne de surcroît un rapprochement entre Israël et l’Inde, jadis partenaire privilégiée de l’Égypte au sein du mouvement des non-alignés. De même les dérives djihadistes du conflit de Syrie ont accentué l’islamophobie dans le monde occidental et massivement contribué à un retournement de l’opinion.

Bénéficiant d’une audience certaine tant au sein de l’Islam asiatique (Afghanistan Pakistan) que de l’Islam africain (Sahel subsaharien), son mouvement opérant une spectaculaire percée en Syrie à la faveur des errements de la stratégie islamo atlantiste, Oussama Ben Laden a souffert toutefois d’un handicap majeur au sein du noyau historique de l’Islam – le monde arabe – du fait de son passé d’agents de liaison des Américains dans la guerre anti soviétique d’Afghanistan (1980-1990), détournant près de cinquante mille combattants arabes et musulmans du champ de bataille principal, la Palestine, alors que Yasser Arafat, chef de l’OLP, était assiégé à Beyrouth par les Israéliens avec le soutien américain (juin 1982).

S’il a pu se targuer d’avoir contribué à précipiter l’implosion d’un « régime athée », l’Union soviétique, ses censeurs lui reprochent d’avoir privé de leur principal soutien militaire, les pays arabes du « Champ de bataille », l’Organisation de Libération de la Palestine, l’Égypte, la Syrie, l’Irak, ainsi que l’Algérie, le Sud Yémen, le Soudan et la Libye. Son autorité de ce fait se heurte sur la scène arabe au charisme d’authentiques dirigeants à la légitimité avérée aux yeux de larges factions du Monde arabo musulman, Cheikh Hassan Nasrallah, chef du Hezbollah, le mouvement chiite libanais, auteur de deux exploits militaires contre Israël (2000, 2006), dont l’incomparable avantage sur Oussama Ben Laden réside dans le fait qu’ils n’a jamais déserté, lui, le combat contre Israël, l’ennemi principal du monde arabe. Elle se heurte aussi à la concurrence du nouveau Calife de l’Islam, le calife Ibrahim.

A propos du Hamas

Cas unique dans les annales des guerres de libération nationale, la décision du Hamas d’installer son quartier général politique à Doha a constitué une aberration mentale équivalant, dans l‘ordre symbolique, à se placer sous la coupe de son bourreau, équivalant, pour bien le’souligner, à l’implantation du QG du FLN algérien à proximité de Taverny, le PC de la force stratégique aérienne française, ou du ViêtCong vietnamien à Pearl Harbour, la plus importante base américaine de la zone Asie Pacifique.

Un mouvement de libération nationale qui renonce de facto à libérer son pays occupé pour privilégier un alignement sectaire, non sur sa religion, mais sur une école de pensée religieuse, cesse ipso facto d’être un mouvement de libération.Toutefois, le premier percement balistique de l’espace aérien israélien par sa trajectoire transnational de Gaza à Tel Aviv, opéré en riposte à « Bordure protectrice », a rompu la réclusion du Hamas consécutive à son alignement sectaire sur les pétromonarchies rigoristes. En replacant la revendication palestinienne au centre du débat international, il a renfloué du coup la branche palestinienne des Frères musulmans en renouant ses relations avec ses anciens frères d’armes, le Hezbollah et l’Iran, le rangeant à nouveau parmi les principaux interlocuteurs de ce conflit. 

 Le drone Ayoub : une spectaculaire démonstration de leur capacité technologique à forte portée psychologique

Au-delà des tentatives de déstabilisation, de criminalisation et des supputations, l’Iran et son allié libanais ont fait preuve de résistivité et de leur capacité à percer la défense anti-aérienne israélienne.

Le lancement le 2 octobre 2012 d’un avion sans pilote du Hezbollah en direction d’Israël a constitué la première incursion aérienne réussie de l’aviation arabe depuis la guerre d’octobre 1973, il y a 40 ans. Son survol du site nucléaire de Dimona, dans le Néguev, a démontré l’étanchéité du « dôme d’acier » israélien, édifié avec de coûteux moyens avec l’aide américaine en vue d’immuniser le ciel israélien de toute attaque hostile. Cet exploit militaire du Ayatollah, et par voie de conséquence de l’Iran, est apparu comme une spectaculaire démonstration de leur capacité technologique à forte portée psychologique tant à l’égard d’Israël et des États-Unis, qu’à l’encontre du groupement des pays sunnites gravitant dans l’orbite atlantiste.

Le drone produit par l’Iran, sans doute un clonage du RQ-170, a été monté par le Hezbollah sur le sol libanais. Son nom de code « Ayoub » fait référence à l’un des combattants du Hezbollah, Hussein Ayoub, premier artisan de cette formation tué lors d’une attaque. Par extension au personnage biblique de Job et à sa légendaire patience, comme pour signifier que cette qualité anime aussi les contestataires à l’ordre hégémonique israélo-américain dans la sphère arabo musulmane. Au vu de ce bilan, bon nombre d’analystes occidentaux considèrent que le Hezbollah constituent le phénomène majeur sur le plan politique et militaire du dernier quart de siècle, un des plus prestigieux mouvements de libération du tiers monde, à l’égal des Barbudos cubains, du FLN vietnamien et du FLN algérien.
 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Washington accueille une grande exposition “Pour l’amour du Prophète”

Un téléphone portable destiné spécialement aux musulmans