in

Le fleuron français des chaussures de luxe proteste contre une campagne islamophobe

C’est aussi inepte et simpliste que l’islamophobie de l’extrême droite est primaire et racoleuse, mesurer l’émancipation de la femme à la longueur d’une jupe qui ne dissimule rien du galbe des jambes est un grand classique du populisme ambiant, pour qui plus c’est court, plus la liberté de la gent féminine est acquise.

Cette équation caricaturale et plus aliénante qu’il n’y paraît s’est affichée en grand dans le cadre d’une campagne de dénigrement de l’islam intitulée « Liberté ou islam ? ». La réponse se trouvant bien sûr dans la question pernicieuse…

Conçue et orchestrée par l’association flamande « Femmes contre l’islamisation », cette action de communication a choisi de frapper un grand coup grâce à un visuel très suggestif, mais qui n’a pas été du goût de Louboutin, le célèbre fabricant français de chaussures de luxe, passablement irrité de découvrir que l’un de ses modèles d’escarpins à talons hauts figurait au premier plan.

Estimant que cette campagne nuisait à son image, la direction de Louboutin s’est empressée de saisir le tribunal de commerce d’Anvers, le fief du parti d’extrême droite Vlaams Belang dont la sénatrice et ex-Miss Belgique, Anke Van Dermeersch, a volontiers exhibé ses jambes sur l’affiche, afin d’exiger l’arrêt immédiat de l’affichage et la destruction de tous les clichés photographiques.

En Belgique comme en France, l’exacerbation de l’islamophobie peut rapporter gros, et nombreux sont ceux qui en usent et abusent pour aller à la pêche aux voix ou renflouer leurs caisses… En chute libre ces dernières années, le Vlaams Belang, qui a émergé des cendres du Vlaams Blok, condamné pour racisme, est coutumier des opérations médiatiques coup de poing contre « l’islamisation » de la Belgique. Cette dernière manipulation des esprits s’inscrit dans la même veine que les précédentes, ou quand la diabolisation des musulmans s’évalue à la hauteur d’une jupe ou de ce qu’il en reste, c'est-à-dire au niveau zéro de la politique.

La graduation sur l’affiche indique quelle hauteur de jupe est «acceptable» ou non aux yeux des musulmans. Quand elle tombe jusqu’aux pieds, elle est «conforme au Coran», quand elle arrive au niveau des cuisses, elle encourt la «lapidation».

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Elections en Belgique: le député Laurent Louis tête de liste du parti Islam

Islamophobie: La LDJM se penche sur les suites à donner à l’affaire Léa Salamé