in

Le Conseil de Paris annulé pour cause de Yom Kippour

Bien des maux accablent la République, mais le deux poids deux mesures criant est celui qui fait pencher la balance de la laïcité du plus mauvais côté, là où tout n’est qu’hypocrisie, endogamie de classe, passe-droits, petits arrangements entre amis, les exceptions juives à la règle devenant la norme.

Les gouvernements passent, mais l’écran de fumée qui entoure cette mascarade laïque est toujours aussi épais, et enfume à ce point les esprits que seule l’incompatibilité de l’islam avec la démocratie est pointée du doigt, tandis que l’on apprend que le Conseil municipal de Paris est une fois encore annulé pour cause de Yom Kippour… Quelle brutale collision avec l'actualité française, où la laïcité est brandie rageusement comme l'étendard tricolore !

Une malheureuse exception accordée à l’islam, un jour férié pour l’Aïd par exemple, est aussitôt décriée comme une concession de trop faite au péril vert,  alors que, comme par enchantement, aucune menace ne guette les institutions républicaines, ni la loi de 1905, quand Bertrand Delanoë décide de lever la séance de mardi, là tout va pour le mieux dans le meilleur des mondes…

Ne dérogeant plus à la règle qui prévaut désormais depuis plusieurs années dans la capitale, l’édile a annoncé que le Conseil de Paris ne siègera pas à l’occasion du Yom Kippour, le Grand Pardon, la fête la plus importante du judaïsme qui commence mardi soir, alors qu’il était prévu que ses travaux durent de lundi à mercredi. "Personnellement, j'essaie de tenir compte de toutes les composantes de la société parisienne", a-t-il déclaré.

Le premier magistrat de la Ville Lumière prend ses aises avec la sacro-sainte laïcité et ne s’en cache pas. Preuve s’il en était besoin que la seule suprématie qui vaille aujourd’hui en France, c’est bel et bien le deux poids deux mesures, et cela c’est bien plus qu’une concession faite à une certaine frange de la population, c’est carrément une reddition avec la bénédiction républicaine, le cynisme de la perfidie en plus.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Quelles solutions aux contraintes de la finance islamique ?

Vincent Geisser: “Ennahdha est en train de se “salafiser” et c’est regrettable pour la Tunisie…”