in

L’Arabie saoudite criminalise “les odeurs nauséabondes dans les mosquées”

Alors que le Conseil de la Choura, l’organe consultatif officiel de l’Arabie saoudite, planche sur l’élaboration d’une nouvelle loi criminalisant « l’indécence », une première série d’infractions punissables d’amendes pouvant s’élever à 700 euros ou de peines d’emprisonnement pouvant aller jusqu’à cinq mois ferme a été rendue publique dimanche dernier, dans les colonnes du journal gouvernemental Okaz.

Parmi les 45 « offenses antisociales » aux bonnes mœurs qui ont été recensées pour être durement sanctionnées, les odeurs nauséabondes dans les mosquées laissent flotter l’étrange parfum du « racisme contre les travailleurs étrangers » pour un grand nombre de Saoudiens qui s’en sont émus.

Si le Dr Fayez al-Shahri, membre du Conseil de la Choura, s’est félicité de ce durcissement de la loi en vigueur, ses concitoyens ont été en revanche nombreux à protester sur Twitter, via le hashtag # تجريم_الفنيله_والسروال “La criminalisation des vestes et des pantalons “, contre ce qui est désormais considéré comme un véritable « crime » : se rendre dans les mosquées en ne sentant pas la rose, ou revêtus de vêtements pas très propres ou jugés inappropriés.

Aux yeux des twittos saoudiens en colère, cette discrimination à peine voilée vise les ouvriers immigrés qui, une fois leur dur labeur accompli sous un soleil de plomb, vont se recueillir à la mosquée en fin de journée.

Hormis cette infraction qui fâche, les premières mesures phares du projet de loi sur la protection de la décence publique ont été, dans leur ensemble, très bien accueillies par la population saoudienne, notamment celles qui répriment les violations des droits des personnes handicapées, le vandalisme, le jet de détritus, les nuisances de tous ordres, la maltraitance animale, ou encore la musique près des mosquées, les prises de vue immortalisant les accidents de voiture sur les téléphones portables, sans oublier la nudité dans l’espace public.

9 commentaires

Laissez un commentaire
  1. L’entree à la mosquée en etat de propreté corporelle et vestimentaire fait partie du beaba,l’Arabie Saoudite n’a rien inventé; il nous est recommandé ds le Coran de porter nos belles parures, et la sunnah fait mention de la propreté, du fait de devoir se parfumer et veiller à ne pas degager de mauvaises odeurs de sueur, et d’haleine afin de ne pas importuner les autres fideles..
    Il aurait cpdt été plus judicieux de revoir le code du travail, en y obligeant les patrons à installer le necessaire pour se doucher et se changer, afin que ces travailleurs puissent se presenter aux horaires de priere ds un etat admissible.

  2. Je travaille en Arabie et il est vrai que certaines personnes sortent du chantier et vont directement à la mosquée. Et c’est presque imposdible pour le voisin de prier correctement. Dans l’islam il ne faut pas aller à la mosquée lorsque l’on mange de l oignon. Donc peut être que cet avis a une vraie base remihieuse. ALLAHOU Ahlem

  3. Le prophète (saws) n’aurait sans doute jamais accepté ce genre d’intolérance. Avant de songer à rejeter ces gens il faudrait leur donner les moyens d’arriver avec des vêtements propres.

    • Ces gens sont des travailleurs immigrés, bien sûr musulmans dans un tel pays. Ils seraient mieux accueillis en Europe.
      Par contre je ne sais pas si les esclaves d’Arabie pouvaient jadis aller prier à la Mosquée aux côtés de leurs maîtres.
      Qu’on se rassure, le prince héritier Mohamed Ben Salman a pour projet de mettre tous les Saoudiens au travail afin de préparer l’après-rente pétrolière et donc se passer des travailleurs immigrés et exploités.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

La Tunisie rayée de la liste des pays musulmans ? Al-Azhar dément la fausse rumeur

Les Palestiniens célèbrent le 17e anniversaire d’Ahed Tamimi