in

La sénatrice E. Benbassa traitée d’antisémite en marge d’un rassemblement contre l’antisémitisme

Communiqué d’Esther Benbassa, sénatrice écologiste du Val-de-Marne, suite aux incidents survenus à Créteil, en marge du rassemblement contre l’antisémitisme, le dimanche 7 décembre au matin

Esther Benbassa s’est rendue au rassemblement organisé dimanche 7 décembre à Créteil. Elle était venue là, comme tous les citoyens et tous les élus présents, dénoncer avec force et sans concession le fléau de l’antisémitisme, et témoigner son soutien sans faille aux victimes des récentes agressions survenues dans la ville.

Plusieurs manifestants l’ont personnellement prise à partie et insultée, allant jusqu’à la traiter d’antisémite et de kapo – déshonorant ainsi la cause qu’ils prétendaient défendre. Les écologistes ont également été visés par de virulentes attaques verbales. Pour la seule et unique raison qu’Esther Benbassa, au nom du groupe écologiste du Sénat, a déposé, le 23 octobre dernier, une proposition de résolution en faveur de la reconnaissance de l’État de Palestine.

Esther Benbassa, comme universitaire, a consacré des décennies de recherche à l’histoire du peuple juif. Elle a publié sur ce sujet deux bonnes dizaines d’ouvrages (dont plusieurs traduits en hébreu). Elle est indéfectiblement attachée à Israël, où elle a grandi, et n’a pas à recevoir de leçons en matière de lutte contre l’antisémitisme et le racisme.

Insensible aux pressions, elle continuera à s’en tenir à une stricte exigence de justice, et à appeler à une reconnaissance, par la France, de l’État de Palestine à côté d’Israël.

Elle ne cédera pas aux injonctions d’une propagande dévastatrice, qui n’a d’autre fin que de servir les objectifs de l’extrême droite au pouvoir en Israël, et d’autre effet que de mettre en danger la communauté juive de France. À cet égard, la présence de l’ambassadeur d’Israël sur le podium, à côté du maire de la ville, du ministre de l’Intérieur et des officiels de la communauté juive, n’a pu qu’entretenir un amalgame plus que jamais à éviter en cette période de tension.

Non, défendre le principe d’une reconnaissance de l’État de Palestine n’est en rien antisémite. Et oui, l’antisémitisme est un fléau, il doit être combattu sans relâche, mais assurément pas de cette façon.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

L’Andalousie oppose son veto au désir de l’Eglise d’appeler “Cathédrale” la Mosquée de Cordoue

Fatima raconte comment elle a été écrasée et traînée sur 300 mètres par une auto car elle portait le voile (vidéo)