in

La remise en liberté anticipée de Salah Hamouri ?

Coup de théâtre Elyséen dans l’affaire Hamouri, le jeune franco-palestinien pourrait faire partie de la seconde vague de libération de détenus palestiniens.Alors qu’hier encore sur les ondes de France Inter, le ministre de la Défense Gérard Longuet feignait l’ignorance sur ce dossier, la soudaine diligence de Nicolas Sarkozy, si elle est confirmée, à l’égard d’un concitoyen injustement mis à l’ombre depuis sept longues années, et constamment resté dans l’ombre du soldat Gilad Shalit, interroge.

Quel stratagème est-il donc à l’œuvre, alors que Salah Hamouri est libérable le 28 novembre prochain – une date qu’attend avec fébrilité sa famille puisqu’elle est menacée d’un ajournement inique de 140 jours – et que sa relaxe inopinée et incohérente dans le cadre des négociations entre le Hamas et Israël pourrait avoir un cruel revers de la médaille : être contraint à l’exil ?

Quand Gilad Shalit, le soldat de Tsahal, a été défendu et accueilli avec une ferveur nationale ostentatoire, Salah Hamouri, le civil franco-palestinien, est-il, lui, condamné à être le paria de la République ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Le voile au travail n’est pas le bienvenu au Maroc

Kadhafi est mort