in

La marque Garnier se confond en excuses après une photo de soldates israéliennes

Boycotter les produits de beauté Garnier ? Oui, la célèbre marque française, fleuron de L’Oréal depuis 1965, le vaut bien pour nombre d’internautes scandalisés par la photo d’une rare indécence de plusieurs femmes revêtues du treillis de l’armée israélienne, brandissant, tout sourire, la gamme de cosmétiques acheminée par Garnier Israël. Une manière, difficilement tolérable, de soutenir tout en douceur la barbarie à visage humain, et en l’occurrence féminisée jusqu'au bout des ongles…

C’est à "Stand With Us", une ONG israélienne qui ne ménage pas ses efforts pour dissimuler la face sombre de la « seule démocratie du Proche-Orient » aux yeux d’un Occident sous influence et aveuglé par ce mirage funeste, que l’on doit la publication de cette photo de groupe qui a mis le feu aux poudres sur Facebook depuis le 31 juillet.

Peu avare d’éloges flatteurs envers Garnier, qui a été salué pour "son don fantastique", mais aussi et surtout envers ces soldates servant sous les couleurs de l’armée d’occupation la plus immorale du monde, dont l’ONG s’est dit "honorée" de pouvoir contribuer au bien-être personnel alors qu’elles défendent Israël, cette odieuse campagne promotionnelle a récolté ce qu’elle a semé : un raz-de-marée de commentaires outrés pour qui cette action de propagande est la provocation de trop dans une guerre de la communication infâme.

"Ces produits serviront à laver le sang de Gazaouis innocents", ou encore "Je ne savais pas qu'il fallait prendre soin de soi pour tuer des civils", et aussi "Les Palestiniens n'ont pas ni nourriture ni eau potable mais on donne des produits de beauté à l'armée israélienne", pouvait-on lire sur la page Facebook de « Stand With Us », tandis que la clameur de colère appelant au boycott de la marque Garnier se faisait retentissante.

Sous cette houle de contestation pas très vendeuse, la direction de Garnier, inquiète pour son image et son chiffre d’affaires, s’est confondue en excuses pour tout préjudice causé par la livraison de ses cosmétiques à des soldates israéliennes, tout en se désolidarisant de cette initiative et de toute future campagne qui, à l'avenir, serait tentée d’exploiter indûment ses produits.

La campagne est une "initiative d'un revendeur local" et a été "menée strictement sur un niveau de marché local", a martelé un porte-parole de l’entreprise, pendant que la directrice de Garnier, Mme Kerr, rappelait les valeurs de la marque qui, selon elle, ont été bafouées par une ONG toute entière dévouée à la cause d’Israël : "Garnier prône les valeurs de paix et d'harmonie et a une politique stricte de ne pas s'impliquer dans un conflit ou une affaire politique", a insisté cette dernière.

Qui vole un œuf, vole un bœuf, selon le vieil adage que l’on pourrait paraphraser en l'adaptant à ce qui est la marque de fabrique de l'Etat hébreu : qui viole le droit international éhontément est capable de tout violer sur son passage, toute honte bue.

L'appel au boycott de Garnier sur Twitter et par-delà les frontières  :

Et la photo des soldates israéliennes dans une version frappante de réalisme…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce que le monde construit, Israël le bombarde

Documentaire sur le lobby pro-israélien aux USA (vidéo)