in

La députée du parti démocrate américain B. McCollum: “Mon gouvernement n’a pas seulement abandonné le peuple palestinien, il lui a infligé des difficultés. ”

La députée démocrate du Minnesota (USA) Betty McCollum vient d’adresser jeudi le discours suivant au Comité des Nations Unies pour l’Exercice des Droits Inaliénables du Peuple Palestinien (United Nations Committee on the Exercise of the Inalienable Rights of the Palestinian People) :

Bonjour,

Je suis heureuse de me joindre à vous aujourd’hui de St. Paul, Minnesota.

Publicité
Publicité
Publicité

Ambassadeur Niang, je suis reconnaissante de l’invitation à partager avec le Comité mes efforts pour promouvoir les droits du peuple palestinien.

Ambassadeur Mansour, veuillez agréer mes salutations les plus chaleureuses. Et c’est un honneur de me joindre à mes collègues parlementaires, l’honorable Maria Arena et l’honorable Mandla Mandela.

En tant que membre de la Chambre des représentants des États-Unis, je suis une voix et une voix représentant une circonscription de 700 000 personnes. Je fais également partie d’un petit groupe de membres du Congrès qui s’expriment sur les droits des Palestiniens. Les Palestiniens méritent la paix, la sécurité, les droits de l’homme et le droit à l’autodétermination. Ils méritent également un avenir rempli d’espoir, d’opportunités et de prospérité.

Publicité
Publicité
Publicité

Le peuple israélien mérite également la paix et la sécurité. Et, comme vous le savez, le gouvernement américain subventionne la sécurité d’Israël avec des milliards de dollars d’aide militaire, une politique fortement soutenue par le Congrès. Jusqu’à récemment, mon gouvernement a également fourni au peuple palestinien une aide économique et humanitaire destinée à favoriser les conditions d’une paix négociée juste et définitive. L’objectif était une solution à deux États avec un État palestinien indépendant. Sous le président Trump, cette politique n’existe plus. L’administration Trump a expulsé des diplomates palestiniens de Washington et a coupé l’aide économique au peuple palestinien.

Mon gouvernement n’a pas seulement abandonné le peuple palestinien, il lui a infligé des difficultés. Cela inclut désormais les efforts pour empêcher l’annexion définitive de terres palestiniennes. Le président de mon pays a rompu la confiance et abandonné les valeurs internationales partagées sur des questions pour lesquelles un consensus presque universel existe – les droits de l’homme, le changement climatique et la promotion d’une paix juste au Moyen-Orient. Ses actions ont gravement nui aux relations de longue date et à la position de mon pays dans le monde. Pourtant, en politique, le changement est possible.

La réalité selon laquelle un nouveau président américain – Joe Biden – prendra ses fonctions en janvier offre de l’espoir. Les États-Unis travailleront à nouveau avec la communauté mondiale, pas contre elle. Guérir les dommages et la trahison infligés au peuple palestinien par le président Trump sera difficile. Si cela est possible, il faudra que la nouvelle administration américaine accorde la priorité à un réengagement diplomatique respectueux et substantiel avec l’Autorité palestinienne et la société civile palestinienne. Les actions et le temps détermineront si la confiance peut être rétablie.

Le peuple palestinien mérite d’avoir de la part de Biden des réponses aux questions suivantes : après des décennies d’occupation militaire, de violations des droits de l’homme, d’expansion des colonies, de démolitions de maisons et d’un apartheid de facto – le gouvernement israélien est-il intéressé par une paix juste ? Et une autre question: les actions conjointes de l’administration Trump et du gouvernement israélien, ainsi que l’échec de la communauté internationale à protéger les droits des Palestiniens, ont-elles éteint la perspective de l’autodétermination palestinienne ?

Ce sont des questions qui reflètent la réalité, une réalité à laquelle doivent faire face tous ceux qui croient en la paix, la justice, l’égalité et la sécurité pour le peuple palestinien et le peuple d’Israël.

Mes efforts pour promouvoir les droits des Palestiniens ont commencé lorsqu’un rapport de l’UNICEF de 2013 a été porté à mon attention. Il s’intitulait «Enfants détenus par l’armée israélienne». Le rapport indique que «les mauvais traitements infligés aux enfants palestiniens dans le système de détention militaire israélien semblent être généralisés, systématiques et institutionnalisés.»

Publicité
Publicité
Publicité

Je fais confiance à l’UNICEF et leur rapport m’a ouvert les yeux. Les sévices et la torture systémiques d’Israël se poursuivent depuis des années. Des milliers de Palestiniens âgés de 12 à 17 ans en Cisjordanie occupée ont été emmenés de chez eux au milieu de la nuit par des soldats israéliens. Ils sont interrogés sans la présence de leurs parents ou avocats; abusés émotionnellement, psychologiquement et physiquement; et, ensuite détenus pendant des semaines et des mois en détention provisoire, souvent illégalement transférés dans des prisons et des centres de détention en Israël. Les tribunaux militaires israéliens ne sont ni indépendants ni impartiaux. Les enfants font face à des juges militaires qui sont des officiers de service actif ou de réserve dans l’armée israélienne.

Dans ce contexte, indépendamment de leur culpabilité ou de leur innocence, les enfants palestiniens plaident massivement coupables parce que c’est le moyen le plus rapide de sortir du système.

Le droit international et les normes internationales en matière de justice pour mineurs exigent que la détention ne soit utilisée qu’en dernier ressort. L’intérêt supérieur de l’enfant doit être la considération primordiale dans toutes les actions impliquant une personne de moins de 18 ans.

Lorsqu’il est considéré comme normal que des jeunes soient ciblés pour être arrêtés, maltraités, se voient refuser l’accès à un avocat pendant les interrogatoires et placés en détention provisoire, il n’y a pas de justice.

Le système israélien de détention militaire des enfants est brutal, cruel et inutile. C’est une arme d’occupation militaire qui impose un traumatisme collectif et un contrôle sur les familles palestiniennes. C’est une violation flagrante du droit international humanitaire. Et cela n’a rien à voir avec la sécurité d’Israël.

En 2017 et plus récemment en 2019, j’ai présenté au Congrès une législation intitulée : « Promouvoir les droits de l’homme pour les enfants palestiniens vivant sous l’occupation militaire israélienne» (H.R.2407). Cette législation impose des conditions à l’assistance de sécurité des États-Unis à tout pays, y compris Israël, et interdit l’utilisation des deniers publics américains pour soutenir ou permettre la détention militaire d’enfants palestiniens.

C’est le premier projet de loi jamais présenté au Congrès pour promouvoir ou protéger les droits des Palestiniens, et il est peu probable qu’il soit adopté par le Congrès. Mais le projet de loi a 26 collègues comme coparrains courageux, et le soutien de près de 50 organisations de défense des droits de l’homme et de la société civile, ainsi que des organisations confessionnelles représentant des juifs, des musulmans et des chrétiens.

Ce projet de loi nous permet d’organiser et activer la société civile afin d’informer et de faire pression sur les législateurs à un moment où l’injustice et les disparités raciales systémiques sont des questions prioritaires.

La menace d’une nouvelle annexion israélienne des terres palestiniennes est une autre question très préoccupante. Pièce maîtresse de la politique israélienne depuis un certain temps, l’annexion continue d’être une menace directe pour les Palestiniens et leur droit à l’autodétermination. En raison du rôle de l’administration Trump dans l’activation de cette menace, en août 2020, j’ai présenté un projet de loi intitulé « Loi de non-reconnaissance de l’annexion israélienne » (H.R. 8050).

Le projet de loi interdit à tout organisme ou département du gouvernement américain d’accorder une assistance ou une légitimité à toute zone de la Cisjordanie occupée annexée par Israël. Bien que très novatrices, mes actions sont en fait assez limitées. Je m’efforce simplement de m’assurer que les obligations américaines au regard du droit américain et international sont respectées.

Ces deux projets de loi visent également à envoyer un message clair – un message à mes collègues, au peuple américain et au peuple palestinien. Au Congrès, où les droits des Palestiniens sont ignorés, je veux que le monde sache qu’il y a des dirigeants politiques américains qui respectent les droits et la dignité du peuple palestinien. Les rêves palestiniens de liberté, de justice, d’égalité et d’autodétermination sont légitimes. Chaque mère et chaque père palestinien veulent une vie sans occupation militaire et sans discrimination systémique pour leur enfant. Et la vie de chaque enfant palestinien est précieuse.

J’espère que les parlementaires du monde entier adopteront cet objectif commun, et travailleront ensemble, en solidarité avec le peuple palestinien. Les parlementaires ont le pouvoir de changer le discours et de promouvoir des politiques respectueuses des droits, de favoriser un dialogue constructif et d’œuvrer pour un avenir plus pacifique pour les Palestiniens et les Israéliens. Je serais ravie d’avoir l’occasion de collaborer et de travailler avec des collègues parlementaires de cette manière.

Ambassadeur Niang, je suis extrêmement reconnaissante à ce comité des Nations Unies de m’avoir donné cette occasion de partager mes réflexions et mon travail.

Merci.

Betty McCollum

(Traduit par CAPJPO-EuroPalestine)

Commentaires

Laisser un commentaire

Chargement…

0

Sourates mecquoises et sourates médinoises

Ségolène Royal : “Je pense que certaines caricatures de Mahomet sont insultantes”