in

La Cour suprême des Etats-Unis autorise un détenu musulman à garder sa barbe

Que diable pourrait-on dissimuler sous une barbe de deux centimètres, lorsque l’on a pour seul horizon les barreaux d’une prison ? Une scie maléfique, une arme à feu démoniaque, à moins que ce ne soit une identité travestie des plus perverses, et si c’était plus rationnellement l’inclination du cœur d’un croyant.

La raison n’est pas ce qui caractérise le plus les responsables de l’établissement pénitentiaire de l’Arkansas qui, hantés par cette question de pilosité, ont décidé d’interdire le port de la barbe à un détenu musulman, au risque de lui hérisser le poil…

Saisie de ce litige portant sur la liberté religieuse dans l’univers carcéral, la Cour suprême des Etats-Unis n’a pas abondé dans le sens du directeur de la prison de l’Arkansas, plusieurs juges ayant, en effet, émis de sérieux doutes quant aux raisons sécuritaires invoquées pour raser cette barbe sur laquelle pèse le poids du soupçon.

"Vous pensez vraiment que quelque chose peut être dissimulé dans une barbe d’un demi-pouce?", a lancé, sceptique, le juge Antonin Scalia à David Curran, le vice-procureur général de l'Etat, tandis que le juge Samuel Alito lui faisait écho en demandant aux gardiens de prison, présents à l’audience, pourquoi ils n’exigeaient pas du détenu Grégory Holt qu’il se peigne la barbe pour dissiper leur suspicion.

S’appuyant sur la loi fédérale de 2000 qui autorise les pratiques religieuses derrière les grilles des centres de détention, Douglas Laycock, l’avocat de Grégory Holt, a fait valoir que la barbe de son client serait actuellement admise dans plus de 40 Etats, sans susciter un tel émoi.

Dépeint comme un Barbe Bleue en puissance par ses geôliers, Grégory Holt peut toutefois compter sur des soutiens officiels et non des moindres, à travers l'administration Obama, le Bureau Fédéral des prisons, les organisations de défense des libertés religieuses, sans oublier un groupe d'anciens gardiens de prison, qui ne sont pas, eux, en train de chercher des poux à un barbu, condamné à perpétuité…

Un commentaire

Laissez un commentaire
  1. Un détenu n’est pas libre , il est pire qu’un militaire.
    il fut un temps on imposait les gens qui portaient une barbe,
    Nous respectons votre barbe, n’oubliez pas de payer la taxe de barbe.
    C’est drole la seule chose non imposable était le sel.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

“Gaza: à la recherche de Mouna” un reportage d’Arte à voir absolument (vidéo)

Belgique: deux individus frappent une femme voilée et lui enlèvent son foulard