in

La colère et la violence persistent aux États-Unis après la mort de Georges Floyd

Malgré le couvre-feu imposé, les manifestations de plus en plus violentes se sont poursuivies à Minneapolis et ont gagné plusieurs grandes villes des États-Unis. La garde nationale a été mobilisée.

Publicité
Publicité
Publicité

Commentaires

Laissez un commentaire
  1. @Leroy
    Le peuplement PÉNAL de l’Amérique est connu de tous : bagnards , petites et grandes frappes , prostituées , les jeunes Afro Américains sont des anges à cotés des exterminateurs des Amérindiens qui continuent d’assassiner en bons cow-boys les populations et de détruire les nations comme si c’était leurs droits : IRAK SYRIE YÉMEN VENEZUELA ….
    Toutes les mères noires , blanches , juives , musulmanes , chrétiennes , bouddhistes , athées ……ne font pas des enfants pour qui’ils se fassent tuer . le respect est un acte mutuel .un enfant noir est un enfant comme un autre sa mort est une tragédie , les larmes de sa mère sont aussi salées que celle de toute mère : quelque soit sa couleur . JUSTICE pour ce jeune volé à la vie au nom du RACISME et de la DOMINATION.

  2. La raison des émeutes vont bien au-delà de la violence policière, filmée, ciblant les noirs américains. Il s’agit bien du racisme enraciné dans cette société à tous les niveaux.
    Pour rappel, les auteurs du meurtre (chasse à l’homme) D’Ahmaud Arbery sont arrêtés deux mois après, simplement parce qu’une vidéo du meurtre a circulé sur les réseaux sociaux.
    Ava Duvernay a réalisé une mini-série (Dans leur regard) racontant une histoire vraie révélant la complexité du système raciste sur lequel le pays gouverné par Donald Trump s’est construit. Un système oppressant encore les populations noires de manière subtile. Cette série est à voir pour mieux cerner le problème.
    La brutalité et les effets de ce système éclatent aux yeux de tous avec l’émergence des réseaux sociaux.
    Oumma pourrait rebondir sur le sujet : questionner le silence et les réactions outrées que provoquent les émeutes, non pas les actes racistes. C’est aussi l’occasion de soulever la question du racisme dans les communautés musulmanes.

  3. Comme ici, ceux dont la mort est utilisée comme prétexte pour des pillages et des destructions, ont déjà un casier judiciaire :
    « Christopher Harris, présenté par le Guardian comme un ami d’enfance, explique avoir convaincu George Floyd de l’y rejoindre vers 2014, lorsque ce dernier est sorti de prison. Des documents de justice publiés par le Daily Mail montrent en effet qu’en 2009, il avait plaidé coupable pour « vol à main armée » et avait été condamné à cinq ans de prison. Lors d’un cambriolage en bande, commis en 2007, l’enquête judiciaire a déterminé qu’il avait pointé un pistolet sur la victime ».
    C’est le prétexte qui compte pour commettre des violences. Comme chez nous.

  4. Ce silence des commentaires est à la fois consternant et éloquent, quand il révèle d’un j’menfoutisme criard à l’endroit des populations basanées.
    Pas un seul témoignage d’empathie ou de solidarité, pas un seul cri d’orfraie ou simple remarque qui montreraient à l’envi que l’humanité se tient debout à coté de la famille du défunt pour dire non à ces actes ignobles .
    Où sont les leroy du chaud colas, cheyenne, du bide actif et tous les donneurs de lecons qui gravitent sur oumma mais qui n’en sont pas moins des éléments actifs au service de la fachosphère?
    Dis cheyenne, jure sur la tête de ton chiwawa, si c’était l’inverse, on t’aurait entendu?

Laisser un commentaire

Chargement…

0

La fabrique politique de la violence policière: A propos des attaques contre Camélia Jordana

Le prétendu mythe d’Al-Andalus