in ,

Karen Armstrong, spécialiste des religions, l’affirme : « l’islam prône la justice sociale, pas le Djihad guerrier »

Si les calomniateurs de l’islam sont légion et vampirisent continuellement les médias mainstream, ceux qui s’évertuent à promouvoir son vrai visage se font plus rares, d’autant plus qu’ils n’ont pas souvent voix au chapitre…

Karen Armstrong, 75 ans, une spécialiste britannique des religions de renommée mondiale, qui entra dans les ordres dans une vie antérieure, répondant alors à l’appel de Dieu, fait partie de ces défenseurs éclairés de la religion musulmane qui ne craignent pas d’apporter la contradiction étayée.

Face au cynisme de ses experts auto-proclamés qui brillent par leur ignorance crasse et excellent dans l’art d’attiser la peur du péril vert, l’islam a trouvé en cette ancienne religieuse catholique aux racines irlandaises, passée d’une foi rigoriste à une foi plus mystique, et reconvertie en une auteure connue pour ses ouvrages de religion comparée et son livre sur le prophète « A Biography of the Prophet » (publié en 1991), l’une de ses meilleures avocates.

Publicité
Publicité
Publicité

Dans un récent entretien accordé au quotidien espagnol El Mundo, Karen Armstrong, qui s’est notamment passionnée pour l’étude des valeurs communes prônées par les grandes religions, telles que la compassion, a déploré que la troisième religion du Livre soit constamment critiquée, diffamée et diabolisée.

A ses yeux, c’est parce que l’islam est une « religion puissante » qu’il cristallise autour de lui, de son dogme et de ses enseignements autant de passions irrationnelles et de haine. Elle va même jusqu’à comparer la détestation qui l’entoure à celle des Etats-Unis : « Aujourd’hui, les gens détestent les États-Unis parce que c’est une grande puissance mondiale. Nous avons tendance à détester les choses que nous voyons en nous-mêmes ».

A la question de savoir « pourquoi le terrorisme islamique livre une guerre sainte au nom du Coran », elle a aussitôt rétorqué que le livre sacré de l’islam enjoint d’accomplir un tout autre « Djihad », cet « effort dans le chemin de Dieu », bien plus grand, noble et pur, que celui qui conduit sur des sentiers de la guerre mortifères.

Publicité
Publicité
Publicité

Le Coran vise à « construire une société égalitaire qui respecte et protège la personne humaine, défend, aide et protège la famille, et fait de la justice sociale un principe fondamental », a insisté Karen Armstrong, en condamnant l’odieuse instrumentalisation ou dévoiement de la religion musulmane, cet « outil servant à justifier le terrorisme ».

Alors que les sociétés occidentales sous influence ne retiennent du Djihad que son sens galvaudé, à savoir forcément « guerrier », Karen Armstrong précise que les versets du Coran appelant à la guerre s’inscrivaient dans un contexte historique précis, en réponse à une menace imminente, et n’ont jamais été « pris en compte par les chefs religieux au cours des 400 premières années de la civilisation islamique ».

« Mais 400 ans après la mort du prophète, lorsqu’ils ont été attaqués par l’Est et l’Ouest, par les Mongols et les Croisés, les dirigeants les ont invoqués pour encourager les gens à se battre. Beaucoup s’y sont opposés, mais c’était ça ou l’extinction », a-t-elle expliqué.

Les féministes bien de chez nous, emmenées par Elisabeth Badinter, Elisabeth Levy, Caroline Fourest et consorts, celles-là mêmes qui osent dénier aux femmes musulmanes le droit de revêtir le hijab librement, les taxant au mieux d’être des femmes soumises, au pire des pasionaria de l’islam politique, risquent fort de grincer des dents en lisant ce qui suit : « Le Coran est bien plus féministe que ce que nous pensons. Les femmes voilées doivent avoir le droit de porter ce qu’elles veulent », s’exclame Karen Armstrong.

Elle a aussi beaucoup à redire au sujet du traitement réservé aux musulmans en France, par une classe politico-médiatico-intellectuelle dont l’islamophobie structurelle transpire dans tous les discours, parfois même à grosses gouttes… « En France, les musulmans ont été traités d’une manière horrible et on en parle souvent comme s’ils étaient des ordures. Nous adoptons toujours des attitudes racistes envers les musulmans », s’est-elle indignée.

Si elle reproche au pays des Lumières d’avoir perdu de son lustre et à l’Occident son « attitude de supériorité et d’arrogance », Karen Armstrong a en revanche beaucoup apprécié d’être prise au sérieux par les communautés musulmanes au Royaume-Uni et aux Etats-Unis. « C’est une vraie source de satisfaction d’être considérée par les musulmans eux-mêmes, non pas comme une ex-religieuse ayant écrit des livres plutôt provocateurs, mais comme une penseuse et théologienne digne d’intérêt », a-t-elle confié, confirmant ainsi que nul n’est prophète en son pays…

Publicité
Publicité
Publicité

Commentaires

Laissez un commentaire

Laisser un commentaire

Chargement…

0

Décès de l’ ex-président égyptien Hosni Moubarak

L’Algérie fait face à son premier cas de coronavirus