in

Israël s’insurge contre le Conseil de l’Europe et sa résolution anti-circoncision

On a tout lieu de croire que toute résolution internationale qui suscite le courroux d'Israël est irrémédiablement vouée à l'échec, tant les coups de semonce de l'Etat hébreu font trembler l’échiquier mondial, ses tables rondes et ses organisations onusienne ou européenne. Autant dire que quand la pratique de la circoncision est attaquée et sérieusement mise en péril par ses grands pourfendeurs d’où qu’ils viennent, derrière lesquels se cachent des islamophobes patentés, la messe est loin d’être dite…

La résolution qui tente de criminaliser la circoncision comme une « violation de l’intégrité physique  des enfants », alimentant ainsi l’amalgame pernicieux avec l’excision, a beau avoir fait l’unanimité du Conseil de l’Europe, mardi dernier, (par 78 voix pour, 13, contre, et 15 abstentions), le gouvernement israélien ne l’entend pas de cette oreille et n’a pas tardé à taper du poing sur la table. S’il y a bien un scud israélien que l’on se surprend à applaudir des deux mains, c’est sans conteste celui qui torpille toute volonté internationale de jeter l’opprobre sur une tradition ancestrale propre à l’islam, au judaïsme, mais aussi à une partie de la chrétienté et de piétiner la liberté religieuse.

"Israël appelle le Conseil à revenir immédiatement sur cette résolution", a martelé le porte-parole israélien du ministère des Affaires étrangères, qui affirme que son adoption "alimentera les tendances racistes et haineuses en Europe". "Toute comparaison de cette tradition avec la pratique barbare et condamnable de la mutilation génitale féminine relève au mieux d'une ignorance profonde et au pire de la diffamation et de la haine anti-religieuse", a-t-il insisté, couvrant ainsi les voix des Etats membres de l’Europe qui appellent à éradiquer la circoncision partout où elle a cours, au mépris des bénéfices médicaux scientifiquement reconnus par le prestigieux Organisme Mondial de la Santé (OMS).

Comble de l’absurde dans une Europe qui n'est plus à un paradoxe près et qui serait pourtant mieux avisée de faire son bilan de conscience et son bilan tout court, au moment même où l’OMS préconise la généralisation de la circoncision afin d’enrayer des épidémies telles que le fléau du sida, la plus ancienne de ses organisations inter-gouvernementales est vent debout pour la décrier et la pénaliser. Gageons que la levée de boucliers israélienne la fera sortir de son autisme…  

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Lyon : un sans-papiers tunisien accusé de « mise en danger de la vie d’autrui » après s’être immolé par le feu

Que vaut la vie d’un Népalais travaillant au Qatar ?