in

« Des hordes d’Arabes » commettent des agressions sexuelles à Francfort pendant la nuit du Nouvel An ? C’est « faux » affirme la police allemande

De l’autre côté du Rhin, il ne se passe plus un Nouvel An sans que ne courent de folles rumeurs, hautement délétères et anxiogènes, sur de prétendues agressions sexuelles de masse commises par des « hordes de réfugiés arabes » qui ont décidément bon dos, alimentées par une presse allemande cruellement dénuée de rigueur.
La célébration de la Saint-Sylvestre 2016 à Francfort n’y a pas échappé. Quinze jours après que le quotidien allemand Bild, cette véritable institution quelque peu ébranlée aujourd’hui, se soit hasardé à prétendre que des « dizaines de réfugiés arabes avaient agressé sexuellement des femmes durant la nuit du Nouvel An », la police allemande vient de rétablir la vérité dans les colonnes du Frankfurter Rundschau : ces allégations sont « fausses ».
Pris au piège du sensationnalisme à tout prix, Bild s’était fait fort de rapporter en exclusivité les dires d’un grand témoin du drame, un chef cuisinier décrivant un « carnage » perpétré par « 50 hommes arabes », avec dans le rôle de la victime, une jeune femme de 27 ans, assurant avoir subi des « attouchements ». Mais ce récit des faits a davantage éveillé les soupçons de la police qu’il ne l’a convaincue de sa véracité.
En proie à la plus grande perplexité, d’autant plus qu’aucune plainte pour agression sexuelle n’avait été déposée, les doutes des policiers se sont confirmés au fil de leur enquête, la nuit d’horreur relatée par le journal le plus lu d’Allemagne s’avérant au final montée de toutes pièces.
« Des entretiens avec des témoins supposés, des invités et des employés [du restaurant] ont suscité de grands doutes sur la version des faits qui a été présentée », a indiqué la police de Francfort, ajoutant : « Une des supposées victimes n’était même pas à Francfort au moment où ses attouchements sont censés avoir eu lieu ». Un léger détail qui a achevé de discréditer l’histoire, frissons garantis, brodée par Bild.
« Ces accusations n’ont aucun fondement ». Telle est la conclusion indiscutable tirée par la police de Francfort en espérant clore ce mauvais chapitre, tandis que le rédacteur en chef du site internet de Bild, Julian Reichelt, s’est confondu en excuses pour cet « article mensonger et les accusations qu’il contenait ». « Nous nous excusons pour notre propre travail. Je vais annoncer prochainement ce que Bild va faire à ce sujet », a-t-il précisé, en battant sa coulpe.
Les scénaristes allemands de l’épouvante, qui n’ont de journalistes que le titre, n’ont désormais qu’à bien se tenir…

Publicité
Publicité
Publicité

Commentaires

Laissez un commentaire

Laisser un commentaire

Chargement…

0

Les dangers des additifs alimentaires

L’amour du Prophète Muhammad ( SAWS)