in

Haoues Seniguer : “Daech est redoutable au niveau idéologique”

Maître de conférences à Sciences-Po Lyon et membre de l'Institut supérieur d'étude des religions et de la laïcité, Haoues Seniguer, connu des Oummanautes pour intervenir régulièrement dans "l'Esprit d'Actu" sur OummaTV, a livré son analyse de la tuerie qui a marqué Nice de son empreinte sanglante, dans un récent entretien accordé au site de la Nouvelle République.

Que pensez-vous du lien très rapide fait entre Daech et l'auteur de la tuerie ?

« C'est ce qui m'a le plus frappé depuis le début de la couverture de cet événement : cette connexion quasi immédiate entre un patronyme (le nom de l'auteur du crime à consonance arabe) et son islamité présupposée. Cela crée des amalgames et des tensions avec la communauté musulmane, ce que cherche Daech. Ce qui est grave pour moi c'est que le président Hollande a utilisé les termes de " terrorisme islamiste " avant même la revendication de l'État islamique ou les éléments de l'enquête préliminaire. »

Est-il possible que Daech s'approprie l'attaque même sans l'avoir commanditée ?

« Je me le suis demandé aussi et je pense que oui. L'EI pousse les individus à commettre ce type de choses en lançant des appels aux initiatives individuelles. L'attaque de Nice est peut-être la concrétisation d'un de ces appels. Et l'État islamique a intérêt à revendiquer les actes de cette portée, même s'il n'y a pas eu d'interaction directe entre les doctrinaires et l'exécutant. Il faut être prudent et attendre plus d'éléments d'enquête, mais le mode d'action, consistant à tuer indifféremment des passants au hasard, correspond à l'idéologie de l'EI. »

La France a eu une majorité de colonies dans des pays musulmans. La France est visiblement une cible privilégiée de Daech. Pourquoi ?

« Il n'existe pas de réponse absolue, c'est trop complexe, mais on peut en tout cas considérer qu'il y a deux aspects : la France est attaquée pour son identité et ses valeurs mais aussi pour ses actions militaires internationales. L'État islamique fait référence à l'inimitié qui remonte au Moyen Age, au temps des croisades, entre la France et les musulmans pour légitimer une défiance vis-à-vis des principes et des valeurs promues par la France depuis des siècles. Au-delà de cet aspect identitaire, il y a évidemment les raisons géopolitiques. Depuis l'été 2014, l'intervention française, notamment en Syrie et en Irak, a provoqué des réactions offensives de l'État islamique. »

Pourquoi la pénétration de l'EI en France est-elle si efficace ?

« Daech est redoutable au niveau idéologique, il exploite nos failles internes. Contrairement à d'autres pays européens, la France a eu une majorité de colonies dans des pays musulmans et les transitions n'ont pas toujours été faciles. Sa société post-coloniale se caractérise par des populations immigrées qui n'ont pas forcément réussi à trouver leur place. C'est un terrain idéal pour Daech. Évidemment, tous les terroristes n'ont pas forcément ça en tête quand ils commettent un attentat, mais les têtes pensantes de Daech, elles oui. S'ajoute à tout cela que la France compte le plus grand nombre de musulmans en Europe et l'EI souhaite crédibiliser son message là où il y a une communauté importante. »

Quand on attaque la France, on attaque aussi un symbole fort finalement ?

« Compte tenu de l'histoire de France c'est évident. Attaquer un 14 juillet, date de la révolution française symbole de liberté, cela a une valeur symbolique importante. La Promenade des Anglais également : c'est un lieu touristique connu mondialement, vu dans les films, etc. La symbolique du nombre n'est pas à sous-estimer non plus : dans un endroit bondé comme ça, l'objectif est aussi la quantité de victimes potentielles. »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ni islam, ni folie, la terreur est politique

Les prières émues des musulmans de Nice en hommage aux victimes (vidéo)