in

Halal en carton : UFC-Que Choisir vole au secours des consommateurs musulmans

L' association de défense de consommateurs UFC-Que Choisir vient de saisir la DGCCRF et la Direction Générale de l’Alimentation (DGAL) "afin que ces directions diligentent des enquêtes sur les garanties d’utilisation de la mention Halal et sur le respect des normes sanitaires à l’abattage ".

Si l'association s'avoue incompétente sur la dimension religieuse du problème, elle s'attaque à bras le corps au volet juridique, à savoir : "Tromperie sur des produits porteurs de la mention "halal" : ce principe général de loyauté des transactions, signifie tout d’abord qu’il ne doit pas y avoir de tromperie manifeste sur les produits vendus comme "halal". Ainsi, des produits contenant du porc ou de l’alcool ne peuvent évidemment pas être vendus avec la mention Halal."

 La certification des produits Halal : si la DGCCRF n’est pas habilitée à vérifier la conformité des produits au regard de la Loi coranique, elle considère, en revanche, qu’elle peut contrôler pour le "halal" les mêmes points que ceux des filières qui s'imposent des cahiers des charges spécifiques (on peut citer par exemple certaines filières de l’agriculture biologique ou du commerce équitable, dont les produits sont porteurs d’une mention telle que "Bio équitable", "Max Havelaar", etc, que les autorités appellent "marque privée à usage collectif").

En guise de double peine pour nos fournisseurs de Halal du dimanche, l'UFC prévoit : Appliqué au "halal", cela signifie que les produits porteurs de cette mention doivent être issus d’une filière certifiée par un organisme certificateur sur la base d’un cahier des charges. Or, il apparaît que certains produits vendus comme "halal" ne sont pas tous issus de filières certifiées. Dans ce cas de figure, les services de contrôle peuvent également prendre des sanctions à l’encontre du contrevenant.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Amnesty International : Un rapport accablant sur la Libye de Sarkozy et BHL

Algérie: catastrophe écologique à la Pérouse