in

Un grand-père palestinien déterminé à réaliser le rêve de toute une vie : obtenir son diplôme d’études secondaires

Arrivé au soir de sa vie, le rêve caressé longtemps par Abdel-Qader Abu Ajameya, un grand-père palestinien de 81 ans, que les tumultes tragiques de l’histoire avaient enfoui en lui, renaît aujourd’hui de ses cendres, avec une volonté de le matérialiser qui s’est renforcée au fil des années.

Bien qu’ayant subi très jeune les affres de la guerre israélo-arabe de 1948-1949, contraint de fuir avec les siens son village natal de Ramla, d’abandonner l’école et de subvenir aux besoins de ses jeunes frères et sœurs en Cisjordanie, cet ancien réfugié et restaurateur installé à Hébron n’a jamais renoncé à décrocher son diplôme d’études secondaires, ce doux rêve qui berça ses nuits, à l’adolescence comme à l’âge adulte.

Aussi, il en faudrait bien plus au persévérant Abdel-Qader Abu Ajameya qu’un premier échec aux examens nationaux passés en 2016 pour anéantir ses espoirs et briser un rêve qui l’habite depuis toujours !

Après avoir vainement consenti d’immenses efforts, l’année dernière, pour obtenir cette précieuse palme académique, ce grand-père studieux, si fier de ses 36 petits-enfants pour lesquels il voudrait être une source d’inspiration inépuisable, s’est replongé de plus belle dans ses livres avec la ferme intention d’être couronné de succès en 2017.

Se consacrant à ses révisions chaque jour, pendant 5 heures, avec une rigueur qui force l’admiration, le vieil homme espère faire l’éclatante démonstration que la soif d’apprendre ne se tarit pas avec l’érosion du temps et les premières rides qui apparaissent, jusqu’à creuser des sillons, bien au contraire. « L’éducation n’a rien à voir avec l’âge, nous ne devons pas cesser d’apprendre même lorsque nous vieillissons », répète-t-il à l’envi.

Armé d’un courage admirable, Abdel-Qader Abu Ajameya se remet lentement d’un accident cérébral qui a eu pour conséquence de restreindre considérablement les mouvements de la main avec laquelle il écrit. Soutenu par toute une famille qui le porte aux nues et encouragé par son épouse qui le stimule comme une mère le ferait pour son enfant sur le point de passer le Bac, ce grand-père opiniâtre a trouvé la solution pour dépasser son handicap : il dicte ses réponses à une jeune femme qui les prend en note.

On l’aura compris, la détermination inébranlable dont fait preuve Abdel-Qader Abu Ajameya lui permet de venir à bout de bien des obstacles, et qui sait peut-être, en juillet prochain, de réaliser le rêve de toute une vie. Sa famille, qui croit fermement en sa réussite, prévoit déjà d’organiser une grande fête pour célébrer l’obtention d’un diplôme d’une valeur inestimable.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Les fondements du cheminement spirituel

Comment fonctionne le cerveau lorsque nous jeûnons ?