in

Gaza à nouveau privée d’électricité mais pas de bombardements

L’unique centrale électrique de la bande de Gaza, qui avait repris son activité il y a quelques jours seulement, a de nouveau cessé de fonctionner vendredi, ont annoncé ses responsables.

« Nous avons dû arrêter par manque de diesel à cause du bouclage israélien du point de passage de Kerem Shalom », a déclaré l’entreprise palestinienne.La centrale, qui assure, lorsqu’elle fonctionne, un tiers environ de l’approvisionnement du territoire, avait complètement cessé son activité le 1er novembre dernier, faute de carburant.

Israël avait toutefois permis, le 15 décembre, le passage de 450 tonnes de fioule payés par le Qatar.

Conséquence immédiate de l’arrêt : les 1,8 million d’habitants du territoire ne pourront plus espérer qu’un maximum de 6 heures par jour d’électricité, contre 12 heures pendant la (courte) période où la centrale avait recommencé à produire.

La fermeture du point de passage de Kerem Shalom est très officiellement, côté israélien, un châtiment collectif, après la mort d’un employé civil de l’armée israélienne, tué par des tirs palestiniens alors qu’il travaillait à renforcer la clôture entourant ce grand camp de concentration à ciel ouvert. Au cours des dernières 48 heures, l’armée israélienne a accentué ses raids aériens, à Gaza où plusieurs civils ont encore été blessés jeudi.

Elle a également fait des victimes en Cisjordanie. L’agence de presse Maan fait ainsi état d’une série de raids diurnes –une pratique plus rare que les raids nocturnes- de l’armée d’occupation, y compris et ce n’est évidemment pas un hasard dans la ville de Bethléem, quelques heures seulement après la célébration de la messe de Noël.

CAPJPO-EuroPalestine

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Inondations à Gaza : le Comité de Bienfaisance et de Secours aux Palestiniens débloque 50 000€

Ce que dévoile le voile (vidéo)