in

Fuite des cerveaux: plus de 10 000 ingénieurs ont quitté la Tunisie

Huit ans après la Révolution, la Tunisie fait face à une “fuite des cerveaux”. Diplômés et travailleurs de haut niveau quittent de plus en plus le pays, à la recherche de meilleures conditions de travail et d’un meilleur salaire. Pas moins de 10 000 ingénieurs sont partis en moins de trois ans, mais aussi bon nombre de médecins. Les autorités ont pris conscience du problème, mais préfèrent l’expression “mobilité des compétences” à celle de “fuite des cerveaux”.

Publicité

6 commentaires

Laissez un commentaire
  1. « mais préfèrent l’expression “mobilité des compétences” à celle de “fuite des cerveaux”. »
    Oh le doux euphémisme…
    Haroun Al Rachid aurait dit à des nuages qui s’éloignaient «أمطري حيث شئت فسوف يأتيني خراجك »
    Allez pleuvoir où vous voudrez vos richesses finiront par venir à moi. Et il savait ce qu’il disait étant donnée l’étendue du Califat à son époque.
    Lui, était en mesure de parler de mobilité des compétences, pas nous.
    Cette saignée va nous enfoncer encore plus que nous ne le sommes.
    اللهم سلم يا رب

  2. Ahmed Messaoudi , arrete de dire des conneries et ouvre tes yeux remplis de merde , les statistiques parlent d’elles-meme ! Si il existe autant de diplomés qui se barrent c’est qu’il y a un grave pb a régler dans votre pays , alors au lieu de faire la politique de l’autruche , mettez en place des actions pour aider et garder vos cerveaux au pays !!!

    • Tout a fait d’accord!!!!
      Je pense vraiment que cela c’est vraiment leur cerveaux qui a fuit, autocritique si on continue comme sa on va droit dans le mur
      Si se n’est pas déjà fait……

  3. Les migrations de masse sont bonnes pour les capitalistes et mauvaises pour les peuples des pays de départ comme des pays d’arrivée. Pour assurer le droit a la libre circulation des humains il faut aussi avoir le droit a une politique de développement planifiée. Donc de gestion et de contrôle des investissements, des revenus et des mouvements de main d oeuvre. C est cela que les états réellement independants et les syndicats doivent negocier au niveau international.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Publicité

La tension monte entre Israël et la Syrie

“#Mon tapis de prière”: la contre-offensive des musulmans américains après le dernier tweet “raciste” de Trump