in

François Bayrou dénonce une “France malade de ses divisions”

C’est devant une  salle comble et dans un silence religieux que François Bayrou s’est exprimé avec gravité au sujet du drame de Toulouse, hier soir, à Grenoble. Seul candidat en lice pour la présidentielle à avoir maintenu un meeting, placé sous le signe de la réflexion nationale, le centriste a pointé du doigt la responsabilité des hommes publics qui jouent avec le feu en se faisant les pyromanes du débat public : la tragédie de Toulouse “n’est pas sans rapport avec les hommes publics” a-t-il insisté, en dénonçant tout ce qui fait “flamber les détestations”.

Loin du folklore traditionnel des meetings électoraux, l’auditoire grenoblois de François Bayrou s’est abstenu de toute explosion de joie, les drapeaux étant en berne ainsi que les cœurs. Appelant à l’unité nationale et à se poser urgemment les vraies questions, François Bayrou a insisté sur le rôle des hommes politiques qui est “ de veiller à ce que les haines ne soient pas encouragées particulièrement en temps de crise”, sans citer personne, même si le discours inflammable de Nicolas Sarkozy sur les Roms, prononcé également à Grenoble, était dans tous les esprits.

Alors que les obsèques militaires des trois parachutistes tués le 11 mars à Toulouse, et le 15 mars à Montauban, vraisemblablement par le même tueur qui a récidivé hier dans le collège juif Ozar Hatora, auront lieu mercredi,  à 16 h 45, dans la caserne du 17e RGP de Montauban, en présence du président de la République, rappelons que deux étaient d’origine maghrébine et un antillais.

 https://www.dailymotion.com/video/xpjwuo_francois-bayrou-discours-de-grenoble-190312_news

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Fusillade de Toulouse: Recueillement et prudence

Des américains catholiques fêteront Pâques dans les locaux d’un centre islamique