in

Fourest accuse le CCIF d’être financé par le Qatar

Ceux qui avaient naïvement cru que Fourest avait évolué quant à sa perception du phénomène islamophobe devront rapidement revoir leur appréciation. Ce matin, dans sa chronique sur France culture intitulée : «Islamophobie: une confusion sémantique », la journaliste est rapidement revenue à ses fondamentaux.  Si elle concède devant la progression  incontestable de l’islamophobie qu’il existe bien un « racisme anti-musulman », elle ne reconnaît toujours pas le terme “islamophobie”, dont elle maintient qu’il a été notamment été utilisé par des islamistes iraniens qui ont « traité en anglais  d’islamophobes » des féministes américaines comme Kate Millett « quand elles ont commencé  à critiquer la position obligatoire du voile ».

Préférant parler de « racisme anti-musulman », Fourest s‘est employée à disqualifier les  organisations de lutte contre l’islamophobie, comme le CCIF qualifié «d’association communautariste  sous influence de Tariq Ramadan » et  « sponsorisé par le milliardaire américain Georges Soros » qui a fait selon notre éditorialiste multitâches  « un joli  chèque au CCIF ».  Si le CCIF n’a  jamais caché ce financement, Fourest  lui a décelé en revanche un autre investisseur :  le Qatar.  Cette accusation d’un parrainage du CCIF par le Qatar avait été formulée par Libération dans un dossier Les musulmans dans la mire du Qatar

En avançant à son tour la piste du Qatar sans en apporter la moindre preuve, pays connu pour financer à l’échelle internationale les Frères musulmans, Fourest espère non seulement être  confortée dans  sa vision  du  CCIF, proche de cette nébuleuse politico-religieuse, tout en soulignant ses  propres contradictions, en posant à terme cette question: comment en effet le CCIF qui prétend défendre les musulmans de France, peut-il accepter de l’argent du Qatar?  Une monarchie classée comme un Etat  esclavagiste,  exploitant sans vergogne  les immigrés  venus d’Asie du Sud-Est, dont certains sont musulmans.

On apprend enfin  dans cette chronique  matinale  que Fourest trouve « drôle » le dessin de Charlie Hebdo où l’on peut lire “Le Coran c’est de la merde” et  contre lequel la LDJM, présidée par Karim Achoui, a porté plainte. Karim Achoui qu’elle n’épargne pas dans sa petite diatribe radiophonique :   “ancien avocat du milieu qui cherche à se refaire une virginité en créant une association  qui promet de lever une armée d’avocats contre  l’islamophobie  et commence  par attaquer Charlie Hebdo pour un dessin plutôt drôle sur les Frères musulmans en Egypte.”

/p>

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Une mère d’élève voilée a-t-elle été interdite de sortie scolaire à Gagny ?

Manosque, lieu d’un rassemblement contre le racisme dédié au jeune Arezki Benouali