in

Etats-Unis : un étudiant égyptien menacé d’expulsion après son gros coup de colère contre Donald Trump

Si l’odieux racisme anti-musulmans, anti-hispaniques et anti-tout, affiché crânement par Donald Trump fait recette dans l’Amérique profonde, il révulse inévitablement ceux qui en sont les éternels boucs émissaires jetés en pâture, à l’instar d’un étudiant égyptien qui, fortement irrité par l’une de ses formules à l’emporte-pièce, une de trop, a explosé de colère sur sa page Facebook…

Emadeldin Elsayed, 23 ans, scandalisé à juste titre par une rhétorique abjecte, aurait dû toutefois soupeser ses mots avant de dévoiler ses états d’âme, et notamment des « envies de meurtre » qui, pour n’être qu’une figure de style, ont mis le FBI sur les dents. « Je suis prêt à encourir une peine de prison à perpétuité pour le meurtre de Donald Trump et je suis sûr que tout le monde m’en remerciera », a-t-il écrit furieux, en ne mesurant pas l’impact de ses propos volontairement excessifs en réponse au flot d'outrances déversé par le tribun populiste.

Très vite localisé et interpellé par les services d’immigration au sein de son école d’aviation à Los Angeles, le jeune homme, qui n’a rien d’un meurtrier ou terroriste en puissance mais d’un simple musulman écoeuré par tant de haine, s’est retrouvé, abasourdi, derrière les barreaux de la prison californienne d’Orange, où l’épée de Damoclès de l’expulsion pèse actuellement sur ses épaules.  « Il semble que le gouvernement ne le suspecte pas d’avoir voulu commettre un crime, c’est la raison pour laquelle les autorités menacent de l’expulser », a déclaré mercredi Hani Bushra, son avocat.

Réalisant que ses rêves professionnels risquent d’être brisés, Emadeldin Elsayed, qui était apprécié par son instructeur et propriétaire de l’école d’aviation, Alex Khatib, ce dernier le décrivant comme un « étudiant sérieux et un honnête et bon garçon », attend fébrilement de connaître le sort qui lui sera réservé, redoutant qu’il ne soit d’ores et déjà scellé.

Dans un entretien à l’Associated Press, ce fils d’un ingénieur civil né au Caire et ayant passé une bonne partie de son enfance en Arabie saoudite, qui a foulé pour la première fois le sol américain en septembre dernier pour suivre une formation de pilote de ligne, avant de retourner en Egypte pour y faire carrière au sein d’une compagnie aérienne, a dit regretter amèrement sa réaction épidermique, insistant sur le fait qu’il n’a jamais voulu nuire à personne.

« C’est juste un post stupide, comme vous pouvez en lire tous les jours des milliers d’autres sur Facebook et les autres réseaux sociaux ! », s’est-il exclamé, en craignant un retour à la case départ imminent. « Je ne sais pas pourquoi ils pensent que je suis une menace pour la sécurité nationale à cause d'un post aussi stupide », a-t-il ajouté. De leur côté, les services d’immigration semblent avoir trouvé l’argument massue pour le bouter hors des Etats-Unis : « la violation des conditions de son admission sur le sol américain », arguent-ils, sans plus de détail.

Quant à Donald Trump, ce vil démagogue qui n’inspire rien de bon et rien que de mauvais sentiments, il s’est pour une fois muré dans le silence, nous épargnant exceptionnellement toute surenchère outrancière et outrageante.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Un supporteur du Bayern condamné pour avoir traité Ribéry d’«islamiste»

Marre des réfugiés – Cam Clash (vidéo)