in

Etats-Unis: des bénévoles musulmans au chevet des plus nécessiteux, lors de la Journée dédiée à Martin Luther King

Comment mieux honorer la mémoire du célèbre pasteur baptiste Martin Luther King, ardent défenseur des droits civiques des Noirs américains aux heures sombres de la ségrégation, passionnément engagé dans la lutte pour la paix et contre la pauvreté, qu’en faisant le bien autour de soi ?

A Baltimore, dans l’Etat du Maryland, l’association de bienfaisance Islamic Relief USA et l’Agence des services sociaux musulmans n’ont pas manqué de bras dévoués pour placer la grande Journée dédiée à celui qui marqua l’histoire des Etats-Unis en tant que plus jeune lauréat du prix Nobel de la Paix, en 1964, sous le signe de la solidarité envers les plus démunis, de toutes origines et confessions.

C’est en éprouvant un indicible bonheur à faire des heureux autour d’eux, conformément à ce qu’enjoint de faire le Coran, que des bénévoles musulmans ont passé leur dimanche matin à emballer des produits de toilette dans plus de 150 sacs et à préparer plus de 250 sandwiches au poulet frit, à la dinde et au thon, sous le regard bienveillant de l’imam Hassan A. Amin.

« C’est ce que nous faisons tous : venir en aide aux plus déshérités, aux sans-abri, aux femmes seules, précarisées, aux orphelins. C’est ce que notre religion nous commande de faire et c’est probablement ce qu’un homme de foi engagé, comme l’était le regretté Martin Luther King, aurait fait également de nos jours », a déclaré humblement le directeur des services sociaux musulmans.

En plein cœur de Baltimore, aux abords de l’église où se rassemblent les grands laissés-pour-compte de la société américaine, Aziza Mwidau, l’une des membres actives des services sociaux musulmans, se démène sans compter pour distribuer un maximum de paniers garnis, étreinte par l’émotion à chaque fois qu’elle lit la reconnaissance dans leurs yeux. « Faire le bien, ce n’est pas simplement prier, ce n’est pas seulement le jeûne, c’est aussi être conscient des besoins de ses voisins et des pauvres en particulier », a-t-elle insisté.

Du haut de ses 8 ans, Zakee Khlifi, le fils de l’imam Amin d’une rare précocité, marche avec empressement sur les traces de son père. Après avoir pris une part active à la distribution de victuailles, le petit garçon éprouve déjà le sentiment gratifiant d’être utile à son prochain. « Cela me fait me sentir merveilleux », a-t-il confié avec sa voix d’enfant attendrissante, avant de s’exclamer avec force : « Imaginer ces personnes affamées, ça je n’aime vraiment pas ça ! Nous devons les aider ! ».

Un commentaire

Laissez un commentaire
  1. Ces femmes n’ont pas perdu le sens , elles portent des gans, je n’ai pas vu ça dans les pays dits musulmans.

    Dans ces pays dit musulmans , on a une aide de guerre , comme la deuxième guerre mondiale en plein froid, on achète le pain avec un blouson. On choisit sa mort, mourir de froid ou mourir de faim.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Hijab découpé aux ciseaux à Toronto : L’agression n’a jamais eu lieu

Sept ans après la révolution, les jeunes Tunisiens rêvent de fuir leur pays