in , ,

Entre le Ramadan et le Mondial, les footballeurs musulmans doivent-ils choisir ?

Hasard du calendrier, le mois béni de l’islam, propice au jeûne purificateur du cœur, va télescoper la frénésie sportive du Mondial, posant un cruel dilemme aux footballeurs musulmans engagés dans cette grande compétition planétaire pour donner le meilleur d’eux-mêmes sur le terrain.

Moments uniques, le Ramadan, cette parenthèse sacrée placée sous le signe de la miséricorde et de l’abstinence, et la Coupe du monde de football, ce tournoi suprême, qui ont en commun d’être attendus fébrilement par des millions d’individus dans le monde, mais pour des raisons diamétralement différentes, sont-ils conciliables dans les vestiaires du sport roi, où les joueurs musulmans de toutes les nationalités comptent parmi les plus talentueux ?

Si les yeux sont rivés vers le Brésil, certains se focalisent sur les stars du ballon rond que sont Karim Benzema, avant-centre au Real Madrid, Mamadou Sakho, le franco-sénagalais, défenseur central de Liverpool FC, Bacary Sagna, défenseur d’Arsenal, Moussa Sissoko de Newcastle, ou encore les frères ivoiriens Yaya et Kolo Touré, jouant respectivement à Manchester City et Liverpool, ainsi que Gervinho, l’attaquant de l’AS Rome, Tioté Cheick milieu de terrain de Newcastle United, sans oublier les Belges Nacer Chadli, Marouane Fellaini et Moussa Dembele, Xherdan Shaqiri, l’homme clé de la Suisse, et l’Allemand Mesut Ozil.

Entre mouiller le maillot et observer le jeûne du Ramadan, faut-il choisir ? Là est la question qui taraude les esprits, dans et hors les stades, et à laquelle certains footballeurs, comme Kolo Touré, ont répondu sans tourner autour du pot : Non !

Cela exige une discipline. Pour moi, les cinq premiers jours sont difficiles mais après cela, le corps commence tout juste à [s’adapter] et vous vous sentez vraiment heureux. Vous nettoyez votre corps et ainsi vous vous sentez encore plus fort après le Ramadan. Je pense que c’est incroyable de voir comment le Ramadan peut vous rendre très fort”, a déclaré ce dernier au Daily Mail, en soulignant : “Avec le médecin et tous les gens dans le club, nous essayons de travailler sur cela. Ils me donnent des choses que je peux prendre pour m’aider à me sentir mieux.

Alors que nombre de joueurs musulmans se réservent le droit d’user de leur libre arbitre dans l’intimité, le Belge Nacer Chadli a d’ores et déjà indiqué avoir sollicité une dérogation, tandis que ses deux co-équipiers Marouane Fellaini et Moussa Dembélé n’ont pas encore fait connaître leur décision.

Le Ramadan approche à grands pas, enchevêtrant un Mondial qui battra alors son plein, et l’on imagine que le Juste Milieu sera la meilleure option pour les virtuoses musulmans du ballon rond et tous les joueurs de talent qui auront à cœur de se surpasser pour représenter l’Algérie (voir la photo des Fennecs ci-dessus), la République islamique d’Iran, ou encore la Bosnie-Herzégovine.

 

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

­L’identité heureuse penser l’islam de France, pour une nation unie, diverse et apaisée

Brésil : l’essor de l’islam dans les favelas (vidéo)