Subscribe

Switch to the dark mode that's kinder on your eyes at night time.

Switch to the light mode that's kinder on your eyes at day time.

Subscribe

Switch to the dark mode that's kinder on your eyes at night time.

Switch to the light mode that's kinder on your eyes at day time.

Publicité
in

En Tunisie, une bagarre au Parlement met le feu aux poudres

À quelques semaines du 10e anniversaire de la révolution tunisienne, qui avait contraint le dictateur Ben Ali à l’exil, la jeune démocratie se débat encore, otage d’une crise économique, sociale et politique. Lundi, dans les couloirs de l’Assemblée, des députés en sont venus aux mains. L’un d’eux a été blessé à la tête.

Des cris, des gros mots, et puis des coups. Sur les réseaux sociaux, les Tunisiens, médusés, ont suivi, lundi 7 décembre, en direct une bagarre indigne d’un Parlement, entre d’une part les députés d’Al-Karama, une coalition proche du parti islamiste Ennahdha mais sur une ligne plus radicale, et les députés démocrates d’Attayar. Dans la confusion générale, l’un de ces derniers, Anouar Bechahed, qui est le représentant des Tunisiens en France, se fait frapper avec une bouteille et s’ouvre légèrement la tête.

Comme le relate le quotidien La Presse, tout a dégénéré après une séance en commission des Affaires de la femme. L’affaire est devenue le point d’orgue de plusieurs jours de tensions au Parlement tunisien. La tension n’a cessé de monter après les propos d’un des élus d’Al-Karama, Mohamed Affes, selon lequel “les mères célibataires étaient ‘soit des trainées soit des femmes violées’”. Des déclarations “misogynes et dégradantes envers les femmes”, écrit Business News, qui ont suscité la polémique à l’Assemblée. “Colères, altercation” se sont succédé jusqu’à ce lundi 7 décembre.

Publicité
Publicité
Publicité

L’État en péril, dix ans après la révolution

La plaie sur le visage d’Anouar Bechahed met à nu celle d’une démocratie fragile et toujours balbutiante, dix ans après la révolution qui a mis fin au régime de Zine el-Abidine Ben Ali.

Lire la suite Courrier International

Publicité
Publicité
Publicité

Un commentaire

Laissez un commentaire
  1. Les démocrates Tunisiens n’ont pas compris que les Tunisiens eux même sont de fervent musulmans et que le soit disant vent de liberté que aurait acquis la femme Tunisienne c’est du vent et que cette politique etait forcé par les gouvernements de Ben Ali.
    Les femmes Tunisiennes sont dans l’ensemble musulmane et que leur tenue et comportement a toujours etait d’une tres grand pudeur.
    La Tunisie a une histoire musulmane riche et que Bourguiba etait un communiste qui s’ignorait.

Laisser un commentaire

Chargement…

0

Islam : Un haut responsable américain dit s’inquiéter pour la liberté de religion en France

edit de nantes

L’Etat royal et les minorités religieuses de l’édit de Nantes jusqu’à la révolution

Retour en haut
Partager sur

Se connecter

Ou avec le nom d'utilisateur :

Mot de passe oublié ?

Vous n'avez pas de compte ? Créer un compte

Mot de passe oublié ?

Saisissez les données de votre compte et nous vous enverrons un lien pour réinitialiser votre mot de passe.

Votre lien de réinitialisation de mot de passe semble être invalide ou expiré.

Se connecter

Politique de confidentialité

Pour utiliser le Social Login, vous devez accepter le stockage et le traitement de vos données par ce site web. %privacy_policy%

Add to Collection

No Collections

Here you'll find all collections you've created before.